Ce nouveau docuréalité nous amène dans le quotidien d’un entraîneur canin | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Ce nouveau docuréalité nous amène dans le quotidien d’un entraîneur canin

Image principale de l'article Le quotidien d’un entraîneur canin
Radio-Canada

Dans son immense chenil de Saint-Jean-de-Matha, Mathieu Lavallée héberge des centaines de chiens venus pour s’amuser, se reposer et apprendre. On rencontre l’éducateur canin et ses pensionnaires dans la nouvelle émission Vies de chiens.

• À lire aussi: «Ma petite vie»: Découvrez les participants de cette nouvelle émission

Ceux qui ont vu l’émission Maître chez soi connaissent bien les techniques d’éducation modernes de Mathieu Lavallée, qui pratique le métier d’entraîneur et d’intervenant en comportement canin depuis 20 ans. Lorsqu’il n’est pas à la télé, le propriétaire du Centre canin Mathieu Lavallée prend soin des 1000 chiens qu’on lui confie chaque année, leur permettant de batifoler sur une terre de 350 arpents spécialement aménagée pour leurs besoins.

On s’intéresse à ce travail dans les 10 épisodes du docuréalité Vies de chiens, une production de Zone 3 qui nous emmène au cœur de la forêt de Lanaudière. Tandis qu’on suit Mathieu dans son quotidien bercé par le rythme de la nature, on s’inspire de son expérience, de ses trucs et de ses rencontres avec des clients et des spécialistes pour redécouvrir et repenser notre relation avec les chiens.

L’espace, la solution
On comprend pourquoi le chenil de Mathieu est si populaire lorsqu’on constate la beauté du terrain, dès le début de la série. Le long des sentiers, on peut admirer une rivière, un vaste boisé, des clairières clôturées ainsi qu’une maison et sa pension attenante, qui peut accueillir 24 chiens à la fois. Le propriétaire explique que ce grand espace naturel était essentiel à la création de son centre canin, puisque les chiens de la ville ont rarement droit à la liberté dont ils ont cruellement besoin. Confinés dans des espaces restreints, sans possibilité de courir, de japper ou de mâcher ce qu’ils veulent, bien des chiens finissent en effet par développer des problèmes de comportement. Au centre, ces clients récalcitrants retrouvent pourtant leur calme après avoir exploré plus de 10 km de territoire en toute liberté au cours de leurs marches quotidiennes. Surveillés par Mathieu ou son assistante, Julie Raymond, ils se montrent très obéissants lorsqu’ils comprennent que les entraîneurs respectent leur espace au lieu d’agripper leur collier aussitôt qu’ils répondent à un rappel.

Le respect avant tout
Cette technique d’éducation respectueuse se montre étonnamment efficace, puisque Mathieu et Julie ne comptent plus le nombre de clients satisfaits — des policiers, des chasseurs et des agents des services frontaliers, entre autres, qui y amènent leurs chiens élevés pour répondre à leurs besoins bien spécifiques. Luc Campbell, qui a fondé l’école professionnelle des métiers du chien CynoDo, en 1989, a de quoi être fier de ses anciens élèves: lorsqu’il visite le chenil, il est ravi de constater que Mathieu et Julie ont su adapter son enseignement basé sur la communication et la compréhension afin de transformer la vie de milliers de chiens. Quick, une femelle labrador de passage au centre canin, est sur le point d’en faire l’expérience. Après avoir été déposée par ses maîtres, qui souhaitent qu’elle apprenne la marche au pas pendant qu’ils sont partis en voyage de pêche, la chienne a droit à un petit cours qui révèle les bases de la technique. La facilité avec laquelle Mathieu et Quick s’adaptent l’un à l’autre est si impressionnante qu’on a hâte de voir la suite de Vies de chiens afin de savoir comment l’entraîneur gère les cas les plus difficiles! 

Vies de chiens, le mardi, 19h30 à Radio-Canada, dès le 21 avril.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus