Pénélope McQuade émue aux larmes grâce à un geste de bienveillance | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Pénélope McQuade émue aux larmes grâce à un geste de bienveillance

Image principale de l'article Pénélope McQuade émue aux larmes
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Le Québec est sur «pause» depuis maintenant près d'un mois et pour plusieurs personnes, particulièrement celles vivant seules, cela signifie que leurs contacts avec d’autres humains sont très limités. Cela inclut tout le monde, même les personnalités publiques.

• À lire aussi: «Ça va bien aller»: Cette prestation de Jean-François Breau égayera votre journée

Justement, dans un long témoignage publié sur sa page Facebook, Pénélope McQuade a témoigné d'une situation bouleversante qui lui est arrivée la semaine dernière alors qu’elle faisait des courses pour sa mère.  

«Donc, je tire avec entrain, de mes mains 7 fois lavées -entre le poissonnier, la boulangerie, la fromagerie et cie-, mon caddie à roulettes bien plein, mon sac IKEA pesant fortement sur mon épaule et m'empêtre dans moi-même, tombant en pleine face avec un cri tout ce qu'il y a de moins gracieux. Sérieux, je tombe fort.»  

Même si on est en période de distance sociale, deux âmes charitables ont tout de même insisté pour lui venir en aide.  

«Deux personnes, un joli jeune homme et une femme avec un non moins joli masque maison à pois se précipitent à mon secours. Ayant intégrée rapidement que je suis une pestiférée potentielle, je leur crie (vraiment trop fort) "on n'a pas le droit de se toucher, on n'a pas le droit de se toucher!" Le joli jeune homme me regarde, en me prenant le coude de ses blanches mains -probablement 7 fois lavées- "quand même, je vais vous aider à vous relever madame", pendant que la femme au joli masque me prend l'autre coude. Et hop, je me retrouve sur mes pieds, comme quand ma mère et mon père me levaient chacun de leur côté, pour que je bondisse par-dessus les trottoirs. Avec bienveillance et détermination.»  

Après cet acte de bienveillance, l'animatrice raconte s’est effondrée en larmes.  

«Ce qu'il me reste, c'est la certitude que je peux vivre encore un peu sans être touchée par des mains, mais que je ne pourrai jamais, jamais survivre sans être touchée par la bonté.»

On vous invite à lire la publication dans son entièreté juste ici:

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus