Hélène Florent s'ouvre sur sa difficulté à s'éloigner de son fils pour un tournage | 7 Jours
/misc

Hélène Florent s'ouvre sur sa difficulté à s'éloigner de son fils pour un tournage

Image principale de l'article Hélène Florent en tournage cet été
Patrick Séguin

Hélène Florent fera bientôt un retour au grand écran après quelques années d’absence au cinéma. La comédienne interprétera la maman du clan Chapdelaine dans la quatrième version cinématographique du classique littéraire de Louis Hémon, Maria Chapelaine, réalisée par Sébastien Pilote. La comédienne nous parle de ce nouveau projet.   

• À lire aussi: Un nouveau Maria Chapdelaine en chantier  

Hélène, que représente ce rôle pour toi?
Je suis bien contente de faire ce retour au cinéma. L’automne dernier, j’ai aussi tourné dans le film Les oiseaux ivres aux côtés de Claude Legault, avec qui je n’avais jamais joué. On peut dire que cette année marque mon retour au cinéma.      

Dans Maria Chapdelaine, tu incarnes la maman de Maria. Comment vois-tu ce personnage?
C’est une maman enveloppante; elle est un peu le pilier de la famille. C’est une femme de cœur, mais aussi une femme de tête qui se tient debout. Le père va travailler, et elle gère la vie de famille de façon bienveillante. Ce que j’aime, c’est qu’elle est égale à son mari; ils forment un couple uni et fort. Et elle aime aussi beaucoup sa Maria.

As-tu écouté les films pour te plonger dans l’histoire?
Oui, j’ai regardé le film de Gilles Carle et des bouts d’une autre version cinématographique de cette histoire. Amulette Garneau interprétait le rôle de la maman dans le film de Gilles Carle. C’est drôle parce que Gilbert Sicotte, qui incarnait l’un des fils dans ce film de 1983, jouera aussi dans la nouvelle version.

Celle qui campera Maria, Sara Montpetit, n’a aucune expérience de tournage. Comptes-tu la prendre sous ton aile?
Oui, on s’entend super bien, et je suis bienveillante avec elle. Je m’assure qu’elle est à l’aise et qu’elle vit bien chacune des étapes. C’est une jeune fille super.      

Ton ex-conjoint et le père de ton fils, Danny Gilmore, participe aussi au film, dont le tournage aura lieu au Lac-Saint-Jean. Est-ce que ça complique les choses?
Non. Comme on ne se croisera qu’une seule journée sur le plateau, ce ne sera pas compliqué. Au pire, notre fils, Joseph, passera deux jours avec sa grand-maman.      

Est-ce difficile pour toi de laisser ton fils à Montréal pour aller tourner au Lac-Saint-Jean?
Oui, surtout que, depuis sa naissance, ce sera la plus longue période que je passerai sans le voir. Tout le monde me dit que je peux l’emmener, mais je ne le verrais que 45 minutes par jour et je ne saurais pas ce qu’il fait de ses journées avec une gardienne qu’il ne connaîtrait pas, loin de chez lui. Je préfère qu’il reste à la maison, dans ses affaires. Je suis habituellement une maman très présente et je me dis que c’est seulement trois semaines de tournage. Il a déjà quatre ans; c’est un petit gars curieux, allumé et sensible. Il est dans une passe Lego et superhéros. Il est très affectueux; c’est surtout ça qui va me manquer.      

Le film Maria Chapdelaine devrait prendre l’affiche à Noël, mais la date de sortie reste à confirmer.  

À VOIR AUSSI: DISTRICT 31: 20 FOIS OÙ LES COMÉDIENS NOUS ONT AMENÉS DANS LES COULISSES DE L'ÉMISSION  

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus