Sébastien Benoît se confie sur la manière dont la situation actuelle l'affecte | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Sébastien Benoît se confie sur la manière dont la situation actuelle l'affecte

Image principale de l'article Sébastien Benoît se confie sur sa nouvelle réalité
Photo : Patrick Seguin / TVA Publications

Il y a quelques semaines, Sébastien Benoit a vu les tournages de La poule aux œufs d’or être suspendus en raison de la COVID-19, mais il est toujours en poste à la radio de Rythme FM. Si l’animateur tente de rester optimiste face à cette crise mondiale, il avoue vivre des moments d’anxiété et constate qu’il y a une prise de conscience collective à faire.   

• À lire aussi: Benjamin Gratton remporte un prix inoubliable à la Poule aux oeufs d'or  

Le jour où nous lui avons parlé, le 24 mars, il se rendait à la station Rythme FM pour animer l’émission Le retour de Mitsou & Sébastien, diffusée en direct de 16 h à 18 h, du lundi au jeudi. Au moment de mettre sous presse, il animait toujours en studio, tout en appliquant la consigne de distanciation sociale.    

Toutefois, depuis le 19 mars, les tournages de La poule aux œufs d’or ont été suspendus. Une triste nouvelle, mais qui allait de soi pour le coanimateur du jeu télévisé. «On aurait tous besoin de voir des gens heureux parce qu’ils gagnent de l’argent, mais puisqu’il faut garder une distance de 2 mètres entre nous et qu’une partie des gens qui participent à l’émission sont plus âgés, plus vulnérables, c’était la bonne décision à prendre.    

Pour l’instant, on ne sait pas quand ça va revenir. On reste optimiste malgré tout. On essaie de garder le moral», explique Sébastien Benoit.    

L’école à la maison

Sa conjointe, Karine Dumont, est médecin et travaille habituellement dans une clinique pédiatrique à Laval, mais au moment où nous avons parlé à l’animateur, elle faisait du télétravail depuis quelques jours.

«Pour l’instant, elle travaille à la maison, mais on ne sait pas s’il y aura une perte de contrôle sur la situation et si tous les médecins devront être mobilisés pour lutter contre la COVID-19. C’est sûr qu’elle est en étroite communication avec ses collègues qui œuvrent dans des cliniques de dépistage ou dans des hôpitaux.»

«Je salue tout le personnel de la santé. Je leur lève mon chapeau, ainsi qu’à tous les enseignants du Québec! J’avais déjà du respect pour eux et j’en ai encore plus aujourd’hui. En ce moment, c’est moi qui fais l’école à la maison le matin pour mon garçon. On a reçu des instructions claires et précises, et j’essaie de faire de mon mieux», dit-il.    

À sept ans, son fils, Laurent, qui est en deuxième année, a une certaine conscience de la crise que l’on vit. «Il est à l’âge où il tripe encore beaucoup sur sa mère et son père. Il est content de nous avoir à temps plein à la maison. Un des points très positifs pour moi dans tout ça, c’est que je passe beaucoup plus de temps avec Laurent.»

«Il y a quelque chose qui nous porte à réfléchir à notre rythme de vie, au fait qu’on travaille tout le temps et qu’on est moins présent. J’essaie de focusser sur le temps que je peux avoir avec lui. C’est bien le fun. Est-ce qu’il comprend ce qui se passe? Oui. Il aime encore ça être avec nous autres, mais ça l’embête quand même de savoir qu’il ne peut pas jouer avec ses amis et qu’on doit rester dans nos maisons.    

«Il comprend que le virus s’attrape si on est trop proches les uns des autres et qu’on doit tous faire un effort si on veut s’en sortir.»    

En dépit de cette quarantaine, le confinement se passe bien pour Sébastien Benoit et sa famille. «C’est sûr que je pense à mes parents, qui ont plus de 70 ans. Je suis allé leur porter des affaires, mais je ne suis pas entré dans la maison. Je suis resté à distance. Je leur parle sur FaceTime.»

«Ils voient aussi Laurent et, comme dirait ma mère: “Laurent est une pilule de bonheur pour mon père.” Les grands-parents sont bien heureux quand ils peuvent voir leur petit-fils.»

• À lire aussi: Voici comment ces 40 vedettes québécoises occupent leur temps

Remonter le moral  

De nature optimiste, Sébastien Benoit avoue tout de même vivre des moments d’anxiété face à cette crise. «Je ne suis pas un gars anxieux dans la vie, mais à présent j’ai des moments d’anxiété tous les jours. Je regarde mon gars et je me dis: “Mon Dieu, ce genre de situation qu’on vit en ce moment, est-ce que ça va devenir plus fréquent?” “Dans quel genre de monde mon enfant va-t-il grandir?”

Comme tout le monde, je me dis qu’on va s’en sortir et que ça va bien aller. Je me le répète comme un mantra. Des fois, ma blonde ne va pas bien, et je lui remonte le moral; d’autres fois, c’est moi qui flanche, et c’est à son tour de me rassurer.»    

Plus unis que jamais  

Le 5 mars, l’animateur soulignait sur les réseaux sociaux l’anniversaire de son amoureuse avec qui il est depuis bientôt 12 ans. «Ce confinement à la maison nous renvoie en pleine face tout ce qui compose le style de vie qu’on a choisi.   

«C’est vraiment une bonne occasion de réévaluer nos choix. Même si je n’avais pas de doute avant, tout ce temps passé avec ma blonde dans ces moments plus difficiles que tout le monde vit me confirme ma conviction que c’est avec elle que je veux finir mes jours. Je n’aime pas être négatif, mais je pense malheureusement que, pour les couples, ce qu’on vit va solidifier ou briser leur relation. Il y aura peut-être un baby- boom — tant mieux si c’est le cas —, mais quand je regarde l’état de notre monde en ce moment, je me dis: “Câline, est-ce que j’amène- rais quelqu’un d’autre là-dedans?”   

Ma blonde et moi, on n’a pas pour le moment le projet d’avoir un deuxième enfant. On a Laurent, et ça se passe bien. On n’a pas fermé la porte à en avoir un autre, mais ce qui se passe actuellement est inquiétant. Je suis un athée, mais je me dis que quelqu’un quelque part nous a envoyé ça (le coronavirus) pour qu’il y ait une prise de conscience collective sur notre monde.    

C’est comme si la planète nous disait: “Vous avez vu comment vous me traitez ces dernières années? Je vais envoyer quelque chose que vous ne verrez pas, qui sera super petit, invisible, et ça vous changera à tout jamais.”»    

Je ne peux m’empêcher de conclure la discussion en lui demandant quelle est sa perception de la gestion de la crise au niveau politique. «Je trouve que François Legault, c’est le bon père de famille: calme, mais ferme, et aussi rassurant. Je sens qu’on a vraiment quelqu’un qui a les mains sur le volant et je n’ai aucun problème à lui lever mon chapeau ainsi qu’à son équipe, le Dr Arruda et Mme McCann. Je suis même très fier d’être québécois quand je vois ça!»    

À VOIR AUSSI: CES VEDETTES QUÉBÉCOISES QUI ONT UN JUMEAU   

s

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus