Tony Conte: L’amour et la passion plus forts que tout | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Tony Conte: L’amour et la passion plus forts que tout

Image principale de l'article L’amour et la passion plus forts que tout
Photo : Eric Myre, TVA Publications

De retour à la télévision dans la minisérie Mon fils sur Club Illico, Tony Conte se dit chanceux de pouvoir à nouveau satisfaire sa passion pour le jeu. Voici un retour sur le parcours tumultueux de ce comédien qui, grâce à l’amour de sa conjointe et à la passion qu’il éprouve pour son métier, a réussi à surmonter bien des épreuves.

Au milieu des années 1990, la carrière d’acteur de Tony Conte connaît une ascension fulgurante. En 1996, il attire le regard du public grâce à son excellente interprétation du mafioso Vincenzo Spadolini dans la série Omertà, diffusée à Radio-Canada. À l’époque, le comédien, né d’un père italien et d’une mère québécoise, multiplie les rôles dans les séries de l’heure, dont 4 et demi, Urgence et Virginie. Toutefois, les années 2000 s’avèrent moins fastes pour l’acteur qui, après avoir connu une période à vide et des problèmes financiers, décide en 2007 d’ouvrir un bar à Montréal, qui fera faillite à peine trois mois après son ouverture. Aigri d’avoir vu sa carrière artistique connaître une chute aussi brutale, il confie en entrevue au magazine 7 Jours: «Au début, j’en voulais à tout le monde. Je ne comprenais pas... C’était très blessant, car je me sentais rejeté.» 

Alors que plus rien ne va, Tony Conte voit sa vie basculer le 28 octobre 2008, lorsque son implication dans une transaction de cocaïne mène à son arrestation.

Un long chemin de croix

Entre 2008 et 2012, Tony Conte multiplie les visites au palais de justice de Montréal, se présentant devant les journalistes le plus souvent aux côtés de sa mère ou de sa conjointe, Manon. En septembre 2010, quand il reçoit la date de son procès, il nous apprend qu’il vit le deuil de sa mère, Nicole Lavoie, morte deux semaines plus tôt des suites d’un anévrisme. Le comédien perd alors un pilier d’une grande importance dans sa vie.

Le 20 février 2012, le verdict tombe: l’acteur est reconnu coupable de complot et de possession de cocaïne en vue d’en faire le trafic. Il écope du coup d’une sentence de 42 mois de prison. Ce n’est que 21 mois plus tard qu’il retrouve une semi-liberté en maison de transition et obtient un emploi dans le milieu de la restauration.

En 2016, Tony Conte parle de cette période difficile au magazine La Semaine: «En prison, tu es obligé de te reconstruire. J’ai entrepris une thérapie et j’ai compris beaucoup de choses sur moi. Ma vie a pris un tournant positif. En regardant en arrière, je comprends qu’inconsciemment je voulais qu’il se passe quelque chose dans ma vie. Je ressentais une sorte de vide à l’intérieur.»

Une lumière dans les épreuves

En compagnie de son amoureuse, Manon Carufel.

Photo : Patrick Seguin, TVA Publications

En compagnie de son amoureuse, Manon Carufel.

Dans sa traversée du désert, Tony Conte se dit extrêmement choyé et chanceux d’avoir toujours pu compter sur le soutien indéfectible de sa conjointe, Manon Carufel. «Quand le fatidique épisode est arrivé, nous nous fréquentions depuis seulement un an. Tout ce qu’elle a connu, c’est la tourmente dans laquelle j’étais. Je me demande comment elle a fait pour passer à travers ça.» Encore aujourd’hui, le couple file le parfait amour. «Dans les 14 dernières années, on s’est soutenus dans tout ce qui est arrivé. De son côté, Manon se tient occupée. Elle a ouvert son salon de coiffure. Je considère avoir trouvé la bonne personne pour moi», souligne Tony Conte, qui ne ferme pas la porte à l’idée de se marier un jour. 

De retour à la télé

Sur le plan professionnel, le comédien décroche depuis cinq ans des petits rôles ici et là, tout en travaillant à l’écriture d’un projet télé intitulé Parking, portant sur le quotidien d’un agent de stationnement. Aujourd’hui, il est de retour au petit écran dans la minisérie Mon fils, disponible depuis le 12 mars sur Club illico. «Lorsqu’on m’a appelé pour ce rôle, j’étais vraiment content. Je prête mes traits à Roberto Pitti, qui est propriétaire d’une compagnie de construction. Il est le boss de Marielle, jouée par Élise Guilbault et à qui j’ai eu un grand plaisir à donner la réplique. Je n’ai rien d’autre à annoncer pour l’instant.» Une chose est certaine, le comédien affable et sympathique continue d’entretenir sa passion pour le jeu et espère bien décrocher d’autres beaux rôles dans l’avenir. 

À lire aussi

Et encore plus