«J’étais comme dans une bulle sur scène» -PETiTOM | 7 Jours
/magazines/7jours

«J’étais comme dans une bulle sur scène» -PETiTOM

Image principale de l'article «J’étais comme dans une bulle sur scène» -PETiTOM
Photo : OSA images

Il n’a fallu que quelques secondes à Cœur de pirate avant de retourner son fauteuil pour voir la prestation de PETiTOM, qui a également réussi à charmer Garou et Pierre Lapointe. Chanteur d’exception, le jeune homme, qui a participé à la première saison de Révolution au sein de la troupe MARVL, est aussi un excellent danseur. Ce candidat qui déborde de talent promet de nous surprendre pour la suite de la compétition.

PETiTOM, qu’est-ce qui t’amène à La Voix?

Ça faisait longtemps que j’y pensais... J’étais venu lors de la première saison, mais j’étais si jeune! Aucun fauteuil ne s’était retourné... Cette année, j’avais prévu me concentrer sur mon EP, mais on m’a convaincu de tenter ma chance. Alors me voilà!

Quel souvenir gardes-tu de ton audition à l’aveugle?

C’était fou! Sérieusement, une fois sur la scène, j’étais comme dans une bulle. Je sentais une énergie de fou et je ne me suis même pas rendu compte que les coachs s’étaient retournés. Ma prof m’avait conseillé de ne pas faire un side flip et de plutôt me concentrer sur mon chant, mais sous le coup de l’adrénaline, je me suis lancé quand même!

Tu as choisi de te joindre à l’équipe de Cœur de pirate. Pourquoi?

Je dois avouer que, comme j’ai dansé pour Marc Dupré sur scène, j’aurais vraiment aimé travailler avec lui, mais il ne s’est pas retourné. Cela dit, je suis heureux de faire partie de l’équipe de Cœur de pirate. J’ai décidé d’y aller avec elle parce que ses paroles m’ont séduit et qu’elle a semblé bien me cerner. Je pense que sa profondeur pourra m’aider à m’améliorer sur certains aspects.

Quelle est ta priorité entre le chant et la danse?

Je me suis rendu compte que l’un vient avec l’autre. J’ai longtemps été un danseur qui chante, mais après quelques blessures — et donc, quelques pauses forcées —, je me suis mis à la guitare et au piano plus souvent, et j’ai commencé à faire plus de  musique. C’est ainsi que je comblais mes élans créatifs. Aujourd’hui, j’ai l’impression que je suis plus un chanteur qui danse, même si la danse fera toujours partie de qui je suis. Je pense que je chante avec mon corps, pas seulement avec ma voix.

Il a interprété <em>Call Me in the Afternoon</em>, de Half Moon Run.

Photo : OSA Images

Il a interprété Call Me in the Afternoon, de Half Moon Run.

Comment est née ton envie de faire partie du show-business?

Enfant, mes parents me faisaient écouter du funk, du James Brown, et je pense que mon envie de faire ce métier est née comme ça. J’adorais regarder cet artiste danser et chanter. Puis, comme je bougeais tout le temps, mes parents m’ont inscrit à des cours de breakdance. J’ai eu la piqûre pour la danse et, à 16 ans, j’ai vécu l’incroyable expérience de MixMania.

Tu as rapidement été propulsé au sommet grâce à cette émission de téléréalité musicale. Que retiens-tu de cette aventure?

Ç’a été une belle expérience. J’ai été choyé de pouvoir faire ça. Ça m’a fait réaliser que c’était possible de cheminer dans ce métier. Mais, à cet âge, j’ai trouvé ça difficile quand tout s’est arrêté. Ma popularité s’est estompée presque du jour au lendemain. Ç’a été très  éphémère, et j’ai eu besoin d’une année ou deux pour m’en remettre.

En 2015, tu as lancé un album sous le nom de Tommy T, intitulé Soul Mate. L’album n’a pas connu le succès escompté. Est-ce que ç’a été difficile à digérer pour toi?

Non, parce que je ne croyais pas tellement à ce projet. Bon, j’étais emballé de faire un disque, mais ça n’a pas vraiment cliqué avec l’équipe et, au final, le projet ne me ressemblait pas du tout.

PETiTOM, Tommy de son vrai nom, est un artiste multidisciplinaire qui voit grand et qui souhaite partager ses nombreuses passions avec le public.

Photo : Magali Cancel ©

PETiTOM, Tommy de son vrai nom, est un artiste multidisciplinaire qui voit grand et qui souhaite partager ses nombreuses passions avec le public.

Tu as aussi participé à l’aventure Révolution avec le groupe MARVL. Que retiens-tu de cette expérience?

Ç’a été une belle expérience de gang, alors que La Voix est vraiment plus une expérience en solo. Je me lance vers autre chose; j’ai envie de faire mes projets à moi. Je ne fais donc pas partie de la tournée de spectacles du groupe, mais je suis danseur substitut si quelqu’un se blesse. J’ai mis la danse de côté afin de me concentrer sur mon projet de EP.

Tu t’es souvent blessé en dansant. Est-ce difficile pour le corps?

Oui, surtout que je suis plutôt du genre téméraire. Ça fait en sorte que, parfois, je me casse le cou. Dernièrement, je n’ai pas pu terminer la tournée de la comédie musicale Mamma Mia! parce que je me suis blessé au genou. Ça a aggravé une blessure que j’avais déjà à la rotule, et ça s’est transformé en bursite! Ç’a été un coup dur pour moi, parce que j’aimais faire ce spectacle. 

En conclusion, de quoi es-tu le plus fier dans ton parcours?

De ce que je fais en ce moment, c’est-à-dire de me donner la liberté de faire la musique qui me plaît, comme ça me plaît. J’ai reçu plusieurs offres de compagnies de disques, mais j’ai refusé, parce que je voulais garder le contrôle et rester maître de mon art. J’ai moins d’argent, mais j’ai toute ma liberté, et je suis fier de ça!

Photo : Magali Cancel ©

Ce qu'ils ont dit 

  • «Il est la bébitte que je cherchais.» — Garou
  • «Il incarne le concept d’art total, il est bon dans tout et a un grain de voix magnifique.» — Cœur de pirate
  • «Il chante bien, il danse bien et il a un charisme fou. Il m’intimide un peu.» — Pierre Lapointe

À lire aussi

Et encore plus