Pour me sentir bien... Joannie Rochette | 7 Jours
/magazines/7jours

Pour me sentir bien... Joannie Rochette

Image principale de l'article Pour me sentir bien... Joannie Rochette
Photo : Patrick Séguin, TVA Publications

En ce mois du cœur, l’ex-athlète Joannie Rochette s’implique avec Cœur + AVC pour sensibiliser la population par rapport aux symptômes parfois atypiques des maladies cardiovasculaires chez la femme. À travers ses journées très bien remplies à l’hôpital — puisqu’elle sera bientôt médecin —, voici ce qu’elle fait pour prendre soin d’elle.

... quand je m’emporte

Si possible, je prends une pause pour laisser tomber la poussière, puis j’essaie de prendre un peu de recul pour évaluer la situation de façon plus objective. 

... quand je me couche

J’essaie de conserver la même routine avant de me coucher. Chaque soir, je me dis que le lendemain je vais me coucher plus tôt... Après avoir appliqué ma crème hydratante, j’ajoute quelques gouttes d’huile essentielle pour me relaxer. Ensuite, je fais quelques étirements.

... quand je me lève

Si c’est une journée de travail, ma routine du matin est bien établie et optimisée pour pouvoir dormir le plus possible! J’ai quand même besoin de déjeuner, sinon j’ai du mal à fonctionner. Normalement, un muffin anglais, une banane, un jus d’orange et un café. J’aime prendre une douche en me levant pour me sentir bien réveillée. Si c’est le week-end, je prends mon temps. J’aime déjeuner en pyjama et lire les nouvelles avec un bon latté!

... quand je suis fatiguée

J’essaie de faire de courtes siestes dans la journée si mon horaire le permet. Sinon, j’essaie de me coucher plus tôt le lendemain. Pour améliorer la qualité de mon sommeil, j’essaie de faire un peu d’activité physique après ma journée. Ça peut être simplement une marche ou un cours de yoga.

... quand je suis «à boutte»

Je fais de la relaxation guidée. J’utilise les enregistrements du Dr Peter Jensen depuis plus de 10 ans! J’en faisais souvent quand je m’entraînais et, aujourd’hui encore, ça m’aide beaucoup. 

... quand je suis au travail

Je n’ai pas encore de travail et je fais un stage différent chaque mois. Quand je dois passer de longues heures debout, j’essaie de penser à ma posture pour éviter les maux de dos. Si je suis assise devant un ordinateur une bonne partie de la journée, j’essaie de me lever souvent. 

... quand je suis dans le trafic

Je déteste le trafic. J’essaie d’organiser mes déplacements pour l’éviter ou bien j’utilise le transport en commun. Si je me trouve dans le trafic malgré tout, j’écoute de la musique, je fais mes téléphones (mains libres, bien sûr!) et je respire par le nez!

... quand je me sens triste

Je regarde des vidéos de bébés animaux sur YouTube ou Instagram. Ensuite, j’essaie de faire un peu de sport et d’activité physique. 

... quand j’ai eu un coup dur

J’essaie de me garder occupée sur le coup. Par la suite, j’en parle à quelqu’un quand j’en ressens le besoin.

... quand je suis en vacances

Ça me prend souvent quelques jours avant d’arriver en mode vacances et de voir le niveau de stress diminuer. J’ai souvent tendance à planifier trop de choses ou à essayer de tout visiter chaque jour, car je ne veux rien manquer. Je dois apprendre à alléger l’horaire et laisser des moments libres pour relaxer et ne rien faire! J’aime bien aller marcher dans la ville et découvrir la culture, apprécier l’architecture, m’arrêter pour un café et goûter la cuisine locale.

On se souvient...

L’histoire de Joannie Rochette est très émouvante. Il y a 10 ans, toute une nation retenait son souffle devant la performance qui allait lui valoir une médaille de bronze. Deux jours avant, sa maman avait succombé à un arrêt cardiaque. Malgré sa grande peine, elle a fait la compétition. Depuis, elle a raccroché ses patins, a entamé des études en médecine et, d’ici un an, on l’appellera Dre Rochette. Un parcours inspirant!

Le clin d’œil de Saskia : se redécouvrir 

J’ajoute des nouveautés dans ma vie et j’ai décidé de découvrir de nouveau. Ça peut avoir l’air banal comme ça, mais en vieillissant, j’ose un peu moins. J’ai décidé d’ouvrir un peu plus mes horizons. Parce que manifester de l’ouverture et découvrir de nouvelles idées, de nouvelles perspectives et envisager les choses autrement, ça fait du bien. Et parfois, on se redécouvre soi-même. 

À lire aussi

Et encore plus