5 minutes avec Éric Bruneau | 7 Jours
/magazines/7jours

5 minutes avec Éric Bruneau

Image principale de l'article 5 minutes avec Éric Bruneau
Photo : Eric Myre, TVA Publications

Le comédien, qui a d’autant plus à cœur la cause des enfants malades depuis qu’il est lui-même papa, a aussi pris part à la soirée. Nous en avons profité pour prendre de ses nouvelles.

• À lire aussi: Éric Bruneau et Kim Lévesque Lizotte: des parents occupés

Éric, ta présence à la Soirée gastronomique Charles-Bruneau découle-t-elle d’une raison particulière?

Ma fille est suivie par un pédiatre au CHU Sainte-Justine et, encore dernièrement, j’y ai vu des enfants malades, contrairement à elle. Cette réalité me touche encore plus depuis que je suis moi-même père. La vie est injuste, alors si je peux aider un peu...

Ta fille, Marguerite, aura deux ans le 8 juin. A-t-elle déjà atteint la phase du Terrible Two?

Non, elle est merveilleuse et pleine d’énergie. C’est un beau bébé, un bébé heureux!

Ça ne peut faire autrement lorsque les parents sont heureux, non?

Pas nécessairement. Ces temps-ci, je suis justement fasciné par ce qui est acquis et inné chez les enfants. Ils arrivent avec leur propre bagage, et après, il faut les guider.

Tu as commencé tes études en théâtre au cégep de Saint-Hyacinthe en 2000, soit il y a 20 ans, n’est-ce pas?

Oui, c’est toi qui me le fais réaliser! (sourire) J’y ai étudié un an, puis je suis venu à Montréal afin de préparer mes auditions pour les écoles de théâtre. J’ai finalement été accepté à l’École nationale de théâtre du Canada.

T’arrive-t-il parfois de jeter un regard sur ton parcours des 20 dernières années?

Pas du tout! Je ne suis pas un nostalgique... Aujourd’hui, j’étais en répétition avec Evelyne Brochu pour la pièce Les 3 sœurs, qui sera bientôt présentée au Théâtre du Nouveau Monde. Elle m’a fait réaliser que nous nous connaissions depuis 16 ans! Alors, non, je dirais que je suis plus porté à regarder en avant, et c’est encore plus vrai depuis que j’ai un enfant.

Parlons donc de ce qui t’occupera au cours des prochains mois... En plus du tournage de la troisième saison de Coroner, qui se déroulera cet automne, tu t’apprêtes à jouer dans le film Crépuscule pour un tueur, non?

Oui, c’est pour cette raison que je porte la moustache depuis ce matin, une première pour moi! Je la porte depuis seulement huit heures...

Qui y interpréteras-tu?

Donald Lavoie, qui a été tueur à gages pour les frères Dubois. Il s’agit d’une histoire et d’un personnage fascinants! Donald Lavoie est encore vivant. Un jour, il a décidé de collaborer avec la police et, après sa participation au procès des Dubois, il a obtenu une nouvelle identité. Il a donc fini par connaître une certaine rédemption... 

Quand ce tournage aura-t-il lieu exactement?

Nous tournerons un premier bloc de scènes d’hiver au cours des prochaines semaines, et nous allons par la suite reprendre le tournage en mai.

À lire aussi

Et encore plus