La belle vie avec Go-Van | En toute liberté | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

La belle vie avec Go-Van | En toute liberté

Jeudi le 27 février à 20 h, Unis TV (Début)

L’animateur, Julien Roussin Côté.
Photo : © UNIS TV

L’animateur, Julien Roussin Côté.

Faut-il vraiment habiter dans le confort d’un château pour être heureux? Dans La belle vie avec Go-Van, Julien Roussin Côté va à la rencontre de gens qui ont fait le pari inverse en choisissant le minimalisme. Ils ont trouvé le bonheur dans des minimaisons, des géonefs, des autobus, des yourtes et même des bateaux!  

Julien Roussin Côté

Photo : © UNIS TV

Julien Roussin Côté

Ayant lui-même vendu son condo de Rosemont pour s’installer dans son van il y a six ans, Julien Roussin Côté sait très bien ce que c’est de vivre mieux avec peu. Il a trouvé le bonheur sur la route depuis qu’il a décidé d’arrêter de s’entourer de murs et de vivre pleinement à l’extérieur. En direct d’une plage californienne, il nous a expliqué au téléphone sa nouvelle aventure télévisuelle.  

«Mon mode de vie alternatif m’a inspiré pour la création de La belle vie avec Go-Van, mais je ne voulais pas d’une émission traitant uniquement de gens qui sont sur la route comme moi; ça aurait été redondant. Je rencontre plutôt diverses personnes super inspirantes qui se soucient de l’environnement et qui, en termes de consommation, ont une envie de minimalisme», explique Julien Roussin Côté.  

Moins de 3000 $ par an  

Emma, Marie et Francis vivent dans leur autobus une partie de l’année; le reste du temps, ils habitent dans un géonef.

Photo : © UNIS TV

Emma, Marie et Francis vivent dans leur autobus une partie de l’année; le reste du temps, ils habitent dans un géonef.

Durant leur long périple dans l’Est canadien, à bord de deux vans, les quatre membres de l’équipe de tournage se sont d’abord arrêtés dans Chaudière-Appalaches. Ils y ont fait la connaissance de Marie, Francis et leur fille, Emma, une petite famille vivant dans un géonef construit à partir de matériaux recyclés. En partie sous terre, la coquette maison est alimentée en eau par la pluie et en énergie par un panneau solaire. Un poêle à bois réchauffe les soirées d’hiver, et la famille a installé un foyer plutôt qu’une télévision. Chaque année, le clan passe plusieurs mois sur la route, dans son bus, afin de faire la promotion des produits du chanvre. Fait étonnant, le trio a des revenus de moins de 3000 $ par an.«C’est difficile de joindre les deux bouts avec un montant comme ça, évidemment. Il a fallu faire beaucoup de compromis. Mais quand je fais un calcul rapide, sans compter l’alimentation, j’arrive à des dépenses de moins de 300 $ par mois. C’est sûr qu’on est très, très loin d’un mode de vie conventionnel», affirme Marie.  

À Snow Lake Keep, en Nouvelle-Écosse, 10 hommes se partagent un terrain de 140 acres.

Photo : © UNIS TV

À Snow Lake Keep, en Nouvelle-Écosse, 10 hommes se partagent un terrain de 140 acres.

Toutes les raisons sont bonnes  

Julien a rencontré des gens installés dans des minimaisons...

Photo : © UNIS TV

Julien a rencontré des gens installés dans des minimaisons...

Au fil des 13 épisodes, toutes sortes d’autres raisons sont évoquées pour quitter la normalité au profit d’une vie plus innovatrice. Chez les Nadeau-Pruneau, le changement de cap s’est fait après une forme de révélation. Le père, qui possédait une entreprise de construction, a réalisé qu’il pressait constamment ses filles afin d’avoir plus de temps à consacrer à son emploi et de gagner plus d’argent. Le jour où il a réalisé qu’une grosse voiture n’était pas ce qui rendrait les siens heureux, il a acheté un autobus qu’il a rénové pour le rendre habitable et a entrepris une vie nomade avec les siens.  

... dans des yourtes...

Photo : © UNIS TV

... dans des yourtes...

D’autres, dont Craig et Connie, ont choisi de devenir autonomes afin d’accéder plus tôt à la retraite. Quant à An, c’est l’esprit de communauté qui l’a incité à rejoindre Snow Lake Keep, en Nouvelle-Écosse, où 10 hommes se partagent un terrain de 140 acres. Ils habitent tous dans des maisons construites à partir de matériaux trouvés sur les lieux et se partagent différentes tâches comme les soins à apporter au troupeau de chèvres.  

... sur des bateaux...

Photo : © UNIS TV

... sur des bateaux...

Nous devrions tous repenser nos habitudes de consommation, mais Julien a quelques conseils pour ceux qui cherchent à changer leur destinée. «Il faut planifier un peu son coup, surtout lorsque des enfants sont impliqués. Moi, j’ai fait le saut brutalement, et ça m’a pris deux ans avant de retrouver l’équilibre dans ma vie. Il est bon d’avoir un peu d’argent de côté avant de tenter l’aventure et trouver de quoi on va vivre. Enfin, avoir un bon réseau d’amis ou pouvoir compter sur les membres de sa famille est indispensable», affirme-t-il.  

... et même sous terre!

Photo : © UNIS TV

... et même sous terre!

À lire aussi

Et encore plus