Pascale Bussières revient sur son rôle de Blanche et son rapport à la célébrité | 7 Jours
/magazines/7jours

Pascale Bussières revient sur son rôle de Blanche et son rapport à la célébrité

Image principale de l'article Pascale Bussières revient sur son rôle de Blanche
Capture d'écran

Le deuxième épisode de cette saison de La vraie nature nous a donné un trio assez improbable, alors que les trois invités de la semaine étaient Chantal Lacroix, Philippe-Audrey Larue-Saint-Jacques et Pascale Bussières. Durant l'émission, cette dernière est revenue sur son rôle de Blanche, qui a marqué une génération.

 

Capture d'écran



• À lire aussi: Claude Legault se confie sur l'absence de son père durant son enfance

Malgré les succès qui s'enchaînaient pour elle depuis ses débuts, Pascale Bussières a révélé qu'elle n'a jamais vraiment voulu être comédienne. Elle avoue d'ailleurs que cela lui a procuré, pendant longtemps, un grand sentiment d'imposture, d'autant plus qu'elle n'avait non plus jamais fait d'école de théâtre.

Même si elle est révélée au public en 1984, alors âgée de 13 ans, dans le film Sonatine de Micheline Lanctôt, c'est réellement en 1993 que sa vie bascule du jour au lendemain, alors qu'elle se fait véritablement connaître du grand public dans le rôle de Blanche Pronovost, dans la série Blanche, qui faisait suite à la populaire série Les filles de Caleb.

 

Capture d'écran



Lorsque questionnée par l'animateur Jean-Philippe Dion à savoir si elle était prête à faire face au succès qui a suivi l'émission, Pascale Bussières a répondu automatiquement par la négative, en riant.

«Non, non, non. J'ai pas vu ça venir, pantoute. J'avais même pas regardé Les filles de Caleb, pour te dire comment j'étais décalée!», a-t-elle confié autour de l'îlot de cuisine.

 

Capture d'écran



Après avoir regardé un extrait de l'émission, la comédienne a révélé qu'elle a eu beaucoup de mal avec la célébrité qui est venue avec la série, qui était regardée par près de trois millions de personnes.

«J'étais mal avec la célébrité. Je me sentais très envahie par ça. T'sais, tu te fais appeler Blanche. Ma grand-mère m'appelait Blanche! C'était puissant», a-t-elle expliqué.

La même année, elle remporte le prix de la personnalité de l'année au Gala Métrostar devant des grands noms comme Claire Lamarche et Sonia Benezra, évoquant toute l'ampleur que son rôle a eu sur le public québécois. Lorsque Jean-Philippe Dion évoque qu'elle n'avait pas l'air à l'aise, qu'elle avait, à la limite, l'air froide face à cela, Pascale Bussières reconnaît que c'est une étiquette qui l'a suivie longtemps.

 

Capture d'écran



«C'est un peu la réputation que j'avais. Ça m'a suivie toute ma vie: froide, distante, snob, hautaine. Mais j'ai toujours mis ça sur le compte de ma timidité, d'une part, pis du fait que je voulais pas devenir une star de la télé. Puis après ça a complètement changé, mon point de vue là-dessus s'est transformé», a-t-elle avoué.

Voyez l'extrait complet:



 

Ne manquez pas La vraie nature tous les dimanches à TVA

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus