Daniel Parent: des créations en bois | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Daniel Parent: des créations en bois

Image principale de l'article Des créations en bois
Photo : Bruno Petrozza, TVA Publications

Quand il n’est pas sur une scène ou à la télé, Daniel Parent crée tout autant. 

«Ça fait une dizaine d’années que je travaille le bois. Quand je n’ai pas de contrat d’acteur, il faut que je crée, que je fasse quelque chose d’artistique. J’ai commencé à fabriquer des cuillères et des assiettes en bois. Il y a quelqu’un qui a entendu parler de ça et, de fil en aiguille, j’ai participé au Salon des métiers d’art de Boucherville en novembre dernier. Je voulais rencontrer le public. Je ne le rencontre pas quand je fais de la télé. Et après une pièce de théâtre, je fais mon salut aux spectateurs, mais je ne leur parle pas. Les gens ne comprenaient pas pourquoi un comédien qui fait de la télé fait des cuillères en bois. Alors, je leur expliquais: “Je ne crée pas assez. Mon métier ne m’en demande pas assez.” La télé, c’est le fun, mais ça ne fait pas appel à tous mes outils artistiques. Là, je travaille fort pour faire des choses que je vends entre 10 $ et 60 $. J’ai un site Web, mais il n’y a plus rien à vendre, parce que tout a été vendu au Salon des métiers d’art de Boucherville! J’avais fait une centaine de créations, et ça a beaucoup marché.» 

Photo : Collection personnelle

Les gens peuvent tout de même aller sur son site Internet pour passer une commande. «Mon but, c’est que les gens m’apportent une branche d’arbre fruitier — parce que c’est du beau bois pour faire des ustensiles — et que je leur fasse une création. La plupart de mes créations proviennent de branches d’arbres émondés que j’ai prises à Montréal.» Le comédien fait également du coaching d’auditions et il sera l’été prochain au TNM dans la pièce Arlequin, serviteur de deux maîtres. Par ailleurs, si ses créations en bois se vendent comme des petits pains chauds, les affaires vont tout aussi bien pour sa conjointe, Rosalie Bergeron, dont la boulangerie, 22 mai, a pignon sur rue dans le quartier Villeray, à Montréal, depuis deux ans déjà. 

À lire aussi

Et encore plus