La maison bleue | Monsieur le président | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

La maison bleue | Monsieur le président

Dès le 13 février, Tou.tv Extra

«J’ai toujours eu un intérêt marqué pour la politique, sans me douter que ça me servirait un jour à camper le président Hamelin», confie Guy Nadon.
Photo : Bertrand Calmeau

«J’ai toujours eu un intérêt marqué pour la politique, sans me douter que ça me servirait un jour à camper le président Hamelin», confie Guy Nadon.

Une comédie mettant en scène un Québec indépendant et souverain, réalisée par nul autre que Ricardo Trogi? En voilà déjà assez pour attiser notre curiosité. Guy Nadon, qui se glisse dans la peau de Jacques Hamelin, le président de la République du Québec, nous révèle quelques secrets sur La Maison Bleue. 

«Les scènes de discours politiques, tournées en plan continu, sont les plus ardues que j’ai eu à jouer, mais ce sont aussi celles dont je suis le plus fier», précise le comédien.

Photo : Bertrand Calmeau

«Les scènes de discours politiques, tournées en plan continu, sont les plus ardues que j’ai eu à jouer, mais ce sont aussi celles dont je suis le plus fier», précise le comédien.

Guy Nadon, comment se prépare-t-on à camper un politicien? 

Je me suis inévitablement inspiré des politiciens que j’ai observés au fil des ans dans les médias et de ceux que j’ai croisés ici et là dans le cadre de différents événements. Mais je ne me suis pas attardé à un seul, le but n’étant pas de faire une caricature, mais plutôt de créer mon propre personnage en combinant toutes mes références.  

Quel genre de président est Jacques Hamelin? Est-il efficace ou maladroit? 

L’un n’empêche pas l’autre! (rires) Jacques Hamelin, quatrième président de l’histoire du Québec indépendant, est parfois audacieux et bien intentionné, parfois maladroit et lâche. Il n’est pas parfait et, selon moi, c’est ce qui le rend particulièrement attachant. Lorsqu’on fait sa connaissance, au début de la série, le président cherche à reconquérir le cœur des Québécois, car sa popularité ne cesse de baisser dans les sondages.  

L’offre du président américain, qui consiste à échanger une partie du Grand Nord québécois contre une parcelle de la Floride, arrive donc à point pour Jacques Hamelin! 

Tout à fait, puisqu’il s’agit d’un projet rassembleur pour le peuple québécois. Savez-vous ce qui est le plus fou dans cette intrigue? Quelques semaines après le tournage de La Maison Bleue, Donald Trump a montré de l’intérêt pour l’achat du Groenland! Les auteurs ont écrit une intrigue qui se voulait une pure absurdité, sans savoir que la réalité rejoindrait la fiction! (rires)  

En quoi La Maison Bleue est-elle une comédie?  

Même si j’exerce mon métier depuis de nombreuses années, la comédie a toujours quelque chose de mystérieux pour moi. Si toutes les comédies étaient aussi drôles qu’elles le prétendent, nous serions tous morts de rire depuis longtemps! (M. Nadon réfléchit et poursuit.) Je pense qu’il y a un indice qui ne ment pas lors d’un tournage: la réaction de l’équipe sur le plateau, notre premier public. Quand j’entends un caméraman ou un directeur photo réprimer un rire lorsque je livre mes répliques, je me dis qu’on tient quelque chose de drôle, comme ç’a été le cas sur le plateau de La Maison Bleue.  

En terminant, les téléspectateurs souhaiteront-ils vivre dans un Québec indépendant en regardant cette série? 

S’ils regardent La Maison Bleue pour trouver des réponses à propos de l’indépendance du Québec, ils n’en auront pas, pour la simple et bonne raison que le président Hamelin passe plus de temps à discuter de niaiseries que de grands enjeux politiques. (rires) Cette vision loufoque de ce à quoi ressemblerait un Québec indépendant est une satire, qui a pour seul but de faire rire le public et de le divertir.  

Travailler avec Ricardo Trogi 

Le réalisateur sur le plateau.

Photo : Steve Madden

Le réalisateur sur le plateau.

«Ricardo Trogi est réalisateur et coscénariste — avec Daniel Savoie — de La Maison Bleue. Il peut donc faire des ajustements aux répliques jusqu’à la dernière minute. Comme un capitaine, il mène sa barque d’une main de maître, sans perdre de vue le propos sérieux derrière la comédie», souligne Guy Nadon. 

Les personnages qui gravitent autour de Jacques Hamelin 

 

Le Chef des forces armées québécoises (Roger Léger)

Photo : Bertrand Calmeau

Le Chef des forces armées québécoises (Roger Léger)

La dévouée la conseillère en communications (Geneviève Schmidt)

Photo : Bertrand Calmeau

La dévouée la conseillère en communications (Geneviève Schmidt)

La première dame (Anne-Marie Cadieux)

Photo : Steve Madden

La première dame (Anne-Marie Cadieux)

Le garde du corps (Dominic Paquet

Photo : Steve Madden

Le garde du corps (Dominic Paquet

Le vice-président (Claude Despins)

Photo : Bertrand Calmeau

Le vice-président (Claude Despins)

À lire aussi

Et encore plus