Marie-Élaine Thibert honorée de la parodie de Marc Labrèche à son sujet | 7 Jours
/magazines/7jours

Marie-Élaine Thibert honorée de la parodie de Marc Labrèche à son sujet

Image principale de l'article Marie-Élaine Thibert honorée de sa parodie
Photo Agence QMI, Toma Iczkovits

On dit souvent que l'imitation est la plus sincère forme de flatterie. Et au Québec, s'il y a bien un maître de l'imitation, c'est bien Marc Labrèche. Sa plus récente «victime»? Marie-Élaine Thibert.

• À lire aussi: Marie-Élaine Thibert prépare un nouvel album

• À lire aussi: Marie-Élaine Thibert souligne ses 16 ans d'amitié avec Émily Bégin

Dans le cadre de son émission Cette année-là, diffusée à Télé-Québec, le comique s'est glissé dans la peau de Marie-Élaine Thibert, la chanteuse la plus courte du showbiz, pour célébrer le mois le plus court de l'année, soit février. Évidemment, la parodie implique d'accentuer certains aspects. Pour la chanteuse, ça a été sa personnalité ainsi que ses mollets.

Dans son sketch, le comédien propose de découvrir «le nouvel album complètement inédit et surprenant de Marie-Élaine Thibert», intitulé Les plus belles chansons de février.

Heureusement, celle que le public a découvert lors de la première mouture de Star Académie, en 2003, s'est dite honorée d'être personnifiée par Marc Labrèche.

Marie-Élaine a publié sur sa page Facebook publique la vidéo de la parodie, en mentionnant qu'elle a beaucoup ri.
  


• À lire aussi: Des vacances en République pour Marc Labrèche

«Magnifique! Marc Labrèche m’imite à son émission CETTE ANNÉE LÀ. Il a révélé les chansons qui se retrouveront sur mon album, à l’automne prochain... Avec mes beaux mollets qui sont mis de l’avant. Je l’ai pas mal ri», a-t-elle écrit pour accompagner la vidéo.

Dans les commentaires, plusieurs ont relevé à quel point il s'agissait d'un honneur d'être imité par Marc Labrèche. On est heureux de voir que Marie-Élaine était satisfaite du résultat!  

La vidéo a été visionnée plus de 100 000 fois depuis sa mise en ligne.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus