Nouveaux visages | Kevin Ranély | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Nouveaux visages | Kevin Ranély

«Je suis acteur et entrepreneur»

Image principale de l'article Kevin Ranély
Photo : Bruno Petrozza

Kevin Ranély est l’un des nouveaux visages de la série Fugueuse la suite, dans laquelle il prête ses traits à Karim. Le comédien, qu’on a aussi pu voir dans L’auberge du chien noir, Toute la vérité et Un sur 2, nous parle de ce rôle et de son métier, qu’il adore et qu’il exerce depuis l’enfance.

Kevin, qu’est-ce qui t’a amené vers le métier de comédien?

J’ai su parler couramment à 11 mois. Ma mère me répète souvent que, quand j’étais petit, je disais: «Moi, je serai un acteur et je vais conduire une limousine.» J’ai joué dans ma première pièce à trois ans, et mes parents ont vu à quel point j’étais à l’aise. Au primaire, j’ai commencé à faire de l’impro, du théâtre et du cinéma, des activités parascolaires liées au métier de comédien. Quand j’avais sept ans, ma mère a rencontré une directrice de casting qui lui a demandé si ça m’intéresserait de passer des auditions pour des rôles. Elle a dit oui, et j’ai réussi ma première audition pour une publicité de Danone. À 19 ans, j’étais membre de l’UDA. J’ai joué dans plusieurs pubs; j’ai aussi suivi énormément de formations ainsi que des cours de jeu et de diction. Par ailleurs, j’ai pratiqué des arts martiaux. J’ai obtenu un rôle principal dans la série jeunesse Le club des doigts croisés ainsi que beaucoup d’autres rôles.

Pour que tu aies eu envie de devenir comédien aussi jeune, y a-t-il des gens, des membres de ta famille ou de ton entourage qui pratiquent ce métier?

Non, pas du tout. Je viens plutôt d’une famille de sportifs. 

Y a-t-il eu un moment dans ta vie, à l’adolescence peut-être, où tu as eu envie de faire autre chose?

En fait, j’ai deux métiers. Ma mère m’a dit à l’adolescence que je devais avoir un plan B, car le métier d’acteur est ingrat et incertain. J’ai entrepris des études, que je n’ai pas terminées, mais je me suis rendu compte que j’aimais le travail d’entrepreneur et j’ai laissé tomber l’école pour travailler dans ce domaine. Je suis donc acteur et entrepreneur! L’entreprise s’appelle Olive pressée: j’importe de l’huile d’olive et du vinaigre, dans un concept zéro déchet. 

Tu as dit que tu as tenu ton premier rôle dans Le club des doigts croisés. Quel était ton personnage?

J’incarnais Dylan, membre d’un groupe de quatre jeunes qui réalisaient les vœux des gens. Par exemple, si une amie de sa mère soulignait qu’elle aimerait aller en vacances dans le Sud ou si un enfant disait vouloir remporter une compétition, le groupe faisait tout ce qu’il fallait pour que ce soit possible. Cette série m’a forgé en tant que comédien. J’ai beaucoup appris et ça m’a confirmé que je voulais pratiquer ce métier.

Lequel de tes contrats t’a le plus marqué?

Il y en a deux. Grâce au premier, j’ai fait un beau voyage pour tourner une publicité à Mexico. J’avais déjà prévu partir en Martinique pour trois semaines; avec le tournage, ça m’a donné un mois de vacances. J’ai pu voir Mexico et travailler dans un grand studio, celui où a été tourné le film Roméo et Juliette, avec Leonardo DiCaprio. C’était une petite pub, mais une occasion énorme pour moi! Le deuxième contrat était également une publicité. Mon agente m’a annoncé qu’une pub de Tide serait tournée à Los Angeles. J’ai passé l’audition, mais je n’ai pas été retenu. J’étais arrivé en retard, ma voiture s’est fait remorquer, j’ai reçu une contravention... Bref, ce n’était pas ma meilleure journée! Cependant, quelques semaines plus tard, mon agente m’a dit que la personne choisie ne faisait pas l’affaire et que l’équipe voulait tourner la pub de nouveau, avec moi. Je suis donc parti pour Los Angeles. Ces deux tournages m’ont marqué, car ils m’ont fait voyager. 

Quelles sont les autres productions auxquelles tu as pris part?

Avec Camille Felton dans Un sur 2.

Photo : © TVA

Avec Camille Felton dans Un sur 2.

Il y a eu Un sur 2, Toute la vérité, L’heure bleue, L’auberge du chien noir, Plan B et 30 vies, la série qui m’a donné le plus de visibilité. J’ai joué dans la deuxième saison, quand la prof était Marina Orsini. C’était la semaine avec Sarah-Jeanne Labrosse. J’étais un des jeunes de la classe.

Comment as-tu obtenu un rôle dans Fugueuse la suite?

J’ai changé d’agent récemment, et le nouveau m’a envoyé passer plusieurs auditions, souvent pour des rôles de mauvais garçons, mais je ne les ai pas décrochés. Quand j’ai vu les textes de Fugueuse la suite, je n’ai pas voulu passer à côté. Je me voyais en Karim. Avant l’audition, je me suis acheté des vêtements et une fausse chaîne en or afin de me mettre dans la peau du personnage. J’ai même pris congé la veille pour faire le vide et me préparer. Habituellement, je ne suis pas stressé en audition, mais cette fois-là, je l’étais. J’avais le trac et je me suis rappelé que mon coach, Jean-Pierre Bergeron, me disait de travailler ma détente. J’ai tout donné, et il n’y a eu qu’une audition avant qu’on m’annonce que j’avais le rôle. 

Comment décrirais-tu Karim, ton personnage?

Dans Fugueuse la suite.

Photo : Bertrand Calmeau

Dans Fugueuse la suite.

C’est quelqu’un de très ambitieux, qui a des idées de grandeur. Son idole, c’est Carlo! Il veut mériter le respect des gens comme lui. Évidemment, il veut jouer dans la cour des grands, mais il part de loin et va se retrouver dans un engrenage infernal.

Que savais-tu du personnage au début?

J’avais deux scènes pour l’audition, dont une avec Carlo, où Karim essayait de se vendre à lui, car il voulait faire de l’argent. Je ne connaissais rien de sa vie privée, mais par son côté ambitieux, il me rejoignait. 

Comment s’est passé le tournage?

Ç’a été incroyable! J’ai eu envie de pleurer quand il s’est terminé. J’ai rencontré des gens merveilleux et j’ai cliqué avec le réalisateur, Éric Tessier, dès l’audition. Il a su me mettre en confiance et m’aider à trouver ma place. Souvent, on se comprenait sans même avoir à parler. 

Que rêves-tu de faire maintenant?

J’aimerais jouer au cinéma, dans une comédie ou quelque chose du genre, comme mon idole, Jim Carrey!

À lire aussi

Et encore plus