«Je me sens comme si je faisais un premier album» -Marie-Pierre Arthur | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

«Je me sens comme si je faisais un premier album» -Marie-Pierre Arthur

Image principale de l'article «Je me sens comme si je faisais un premier album»
Photo : Valérie Blum, Échos Vedettes

Cinq ans après Si l’aurore, Marie-Pierre Arthur est de retour avec Des feux pour voir, un quatrième opus qui est davantage marqué par le renouveau. C’est dans le lieu de création du disque, l’appartement Pout, nommé ainsi en l’honneur du surnom de l’auteure-compositrice-interprète, qu’elle nous a donné rendez-vous pour en jaser.

L’appartement Pout, l’endroit où la création foisonne! C’est dans ce lieu même que Marie-Pierre Arthur a composé les chansons de son deuxième album, Aux alentours (2012); à l’époque, elle habitait dans cet appartement de son triplex. À la suite du départ de son locataire, qui y résidait, la chanteuse se cherchait un local pour créer. Plutôt que de relouer l’appartement, elle a décidé de s’en servir comme espace de création. Elle y a non seulement conçu les chansons de l’album Des feux pour voir, mais elle en a aussi enregistré quelques-unes sur place.

Une pause nécessaire

Il aura fallu cinq ans d’attente avant d’entendre du nouveau matériel, car Si l’aurore est paru en 2015. «Quand j’ai fini la tournée de Si l’aurore à l’été 2017, je me suis dit que j’allais prendre un an d’arrêt pour être avec ma famille (son fils, Léopold, a maintenant neuf ans) et qu’après ça j’allais commencer à composer. Il y avait des choses qui étaient plus importantes à ce moment-là. Mon chum (François Lafontaine) est aussi musicien. Tant que le petit n’allait pas à l’école, c’était facile pour la tournée. Il commençait la maternelle quand j’ai entrepris la tournée pour le dernier disque. Je l’ai finie complètement brûlée.»

Du renouveau

Au bout d’un an, elle a reçu des appels pour chanter et jouer de la basse sur d’autres albums. Puis, elle s’est petit à petit remise à la création de ce nouveau disque pour lequel elle s’est permis d’aller dans toutes sortes de directions musicales, notamment des références aux années 1990, décennie de son adolescence. «Je me sens comme si je faisais un premier album», lance la musicienne quand on lui dit que Des feux pour voir représente un renouveau dans sa façon de faire. Pour la première fois, ils étaient trois à réaliser l’album: François Lafontaine, Sam Joly et elle. Pour les autres disques, son conjoint était seul à la réalisation. «On a travaillé beaucoup en composant quelques tounes tous les trois. J’ai vu qu’à trois, on devenait une entité qui me plaisait musicalement. On se complète dans nos aptitudes.»

Pour les textes, elle a renoué avec Gaële et Louis-Jean Cormier, des amis et collaborateurs de longue date. Avec Gaële, Marie-Pierre a notamment écrit la chanson Tiens-moi mon cœur, dédiée à son fils. On peut d’ailleurs voir Léopold danser dans le teaser de la pièce, disponible sur son site Internet. «C’est un danseur dans l’âme. Il est très sensible artistiquement et très expressif.» Louis-Jean a écrit la dernière pièce du disque, Puits de lumière, sur laquelle on peut aussi entendre sa voix. «Je constate chaque fois que les bons vieux chums, ça donne quelque chose de nouveau dans la création.» Elle est par ailleurs allée chercher du sang neuf avec notamment Laurence Nerbonne, qui a coécrit avec elle et Gaële la pièce Les nuits entières. «Je vis les mots comme des sons. C’est vraiment inspirant d’entendre de nouveaux sons.»

Une toile en guise de pochette

Pour la pochette de l’album, Marie-Pierre a choisi une œuvre de sa belle-sœur, Élise Lafontaine, artiste visuelle. «Cette toile montre une femme qui se répand le plus qu’elle peut, mais qui est quand même confinée dans une petite boîte. Elle fait tout ce qu’elle peut pour vivre en s’étendant le plus possible, mais elle est prise. Je trouvais que ça exprimait exactement le point de départ de beaucoup de mes textes, surtout la chanson Faux

Même si l’album vient de paraître, la tournée a commencé en décembre. Son fils la suit les fins de semaine. «Je veux qu’il vive le trip avec nous. Il suit aussi son père avec Galaxie et Fred Fortin.»

Au printemps, elle pourrait aller en France. «À la sortie de mon deuxième disque, la toune Si tu savais a fonctionné là-bas. J’ai fait une couple de gros festivals. Je suis beaucoup allée me promener dans ce pays, mais j’avais un petit, et ce n’était pas simple.»

L’album <em>Des feux pour voir</em> est disponible.

Photo : Courtoisie

L’album Des feux pour voir est disponible.

À lire aussi

Et encore plus