«Ça m’a mis dans tous mes états» -Kevin Ranély | 7 Jours
/magazines/7jours

«Ça m’a mis dans tous mes états» -Kevin Ranély

Image principale de l'article «Ça m’a mis dans tous mes états» -Kevin Ranély
Photo : Bruno Petrozza, TVA Publications

Dans la deuxième saison de Fugueuse, le jeune comédien interprète le rôle de Karim, un proxénète qui semblait de prime abord plutôt attentionné, mais qui a finalement laissé éclater au grand jour toute la violence qui l’habite. Kevin admet qu’il s’agit d’un rôle en or — le plus important de sa carrière —, mais que certaines scènes lui ont donné du fil à retordre.

Kevin, est-ce que ç’a été difficile de tourner la scène où tu t’en prends à Daisie, interprétée par Jemmy Echaquan Dubé?

Oui! Je n’ai jamais frappé une fille de ma vie et je n’en ai jamais eu envie non plus, donc, pour jouer cette scène avec crédibilité, j’ai dû aller chercher quelque chose que je n’avais pas en moi. Comme c’est de la télé, il y avait un coordinateur de cascades sur le plateau qui nous disait quoi faire. Il fallait par exemple que je donne un coup de poing avec la main droite, puis que j’enchaîne avec un coup de genou avec la jambe gauche, etc. C’était vraiment très technique, et il fallait en plus que j’ajoute de l’émotion, de la colère et de la haine. Ce n’était pas facile, parce que la technique empiétait parfois sur le jeu. Mais, une fois la chorégraphie apprise, ça s’est bien passé. Je dois quand même dire que ça m’a mis dans tous mes états de tourner cette scène. Il faut dire que Jemmy, qui se fait tabasser par mon personnage, a aussi été incroyable. Elle en est à ses débuts en tant que comédienne, mais elle est vraiment formidable!

Bref, c’était une scène difficile à tourner pour vous deux...

Vraiment. Et, sans trop en dévoiler, disons que Daisie aura du mal à s’en remettre, parce que c’était toute une raclée!

La scène où son personnage violente Daisie (Jemmy Echaquan Dubé) a beaucoup fait réagir...

Photo : Laurence Grandbois Bernard, TVA

La scène où son personnage violente Daisie (Jemmy Echaquan Dubé) a beaucoup fait réagir...

Et qu’en est-il de ton personnage? On peut dire qu’il a de grandes aspirations...

Oui, il veut devenir comme Carlo (Iannicko N’Doua), mais il réalise que ce n’est pas aussi facile qu’il le pensait de jouer dans la cour des grands. Ça lui amène beaucoup de problèmes et de tracas. Dans la première saison de Fugueuse, Damien (Jean-François Ruel) devait 50 000 $ à Carlo. En fait, tout le monde lui devait de l’argent! Ce n’est pas compliqué: dès que quelqu’un s’approche trop de lui, il est dans le trouble, il lui doit quelque chose. Au début, Karim souhaitait devenir comme Carlo et travailler pour lui. Il voulait montrer que c’était lui, le boss, mais son stress et ses tracas l’amènent à être violent. Karim va vraiment se mettre dans le trouble avec Carlo, ça va être un gros bordel. Il va en baver, et pas rien qu’un peu!

• À lire aussi: Le retour de Carlo fait craindre le pire pour Fanny dans «Fugueuse la suite»

Revenons un peu dans le temps... Tu devais être excité quand tu as appris que tu avais obtenu un rôle dans Fugueuse la suite...

J’étais vraiment très content! J’ai passé une audition à la demande des producteurs, j’ai donné mon 110 %, et ça a fonctionné!

C’est un rôle important pour toi, mais tu n’en es pas exactement à tes débuts...

En fait, j’ai 26 ans, et ça fait 19 ans que je suis dans le métier. Mon premier contrat a été une publicité pour Danone quand j’avais 7 ans. J’ai principalement fait de la pub et des séries télé... J’ai entre autres joué dans Toute la vérité, L’heure bleue, Le club des doigts croisés et Plan B. Mais le rôle de Karim est celui qui m’apporte le plus de visibilité, et qui, je l’espère, va vraiment booster ma carrière. J’ai donné mon maximum, et j’espère qu’il y aura de belles retombées. Je réalise vraiment un rêve en ce moment. J’ai reçu de bons commentaires à propos de la série. Il y a des gens qui m’envoient de l’amour, d’autres qui m’envoient de la haine, mais ça fait partie du métier! 

On ne peut pas dire que tu joues le personnage le plus sympathique!

En effet, les gens aiment détester Karim... C’est le but! Et si je me fie aux réactions du public, j’ai bien fait ce que j’avais à faire! Je dois quand même dire que le résultat à l’écran est un travail d’équipe. Sur le plateau, chacun prenait les conseils des autres, tout le monde se soutenait. J’ai adoré jouer avec Robin L’Houmeau (qui prête ses traits à Yohan), Ludivine Reding et tous les autres. Ç’a été ma meilleure expérience de tournage à vie.

Kevin prête ses traits à Karim, un proxénète qui tente de faire ses preuves.

Photo : Laurence Grandbois Bernard, TVA

Kevin prête ses traits à Karim, un proxénète qui tente de faire ses preuves.

Y a-t-il des amitiés qui sont nées à la suite du tournage?

Je suis devenu ami avec Robin et aussi avec Jemmy, à qui j’ai donné des conseils et fait des suggestions, parce qu’elle aimerait vraiment devenir comédienne et pouvoir en vivre. On reste en contact et on prévoit se faire une petite soirée de retrouvailles bientôt.

• À lire aussi: Fugueuse la suite: Jemmy Echaquan Dubé, un talent naturel

Y a-t-il d’autres rôles qui s’annoncent cette année?

Je n’ai rien tourné d’autre que Fugueuse la suite, l’an dernier, mais là, je commence tranquillement à avoir des auditions. Je pense que ça va être une belle année; j’espère décrocher des rôles. Ma mère me rappelle tout le temps que lorsque j’avais deux ans, je disais: «Moi maman, quand je vais être grand, je vais être comédien et je vais conduire une limousine.»

Photo : Bruno Petrozza, TVA Publications

As-tu d’autres occupations que ton travail de comédien?

Oui, je suis aussi entrepreneur. J’ai ma compagnie, qui se nomme Olive Pressée. Il s’agit d’une compagnie familiale: je suis en affaires avec mon père et mon petit frère. On importe de l’huile d’olive et du vinaigre balsamique d’un peu partout dans le monde, et on redistribue ces produits à plusieurs endroits à travers le Québec sous un concept zéro déchet. Si des commerçants souhaitent vendre des produits liquides haut de gamme en vrac, on a la solution pour eux! Notre objectif est vraiment de limiter les déchets au maximum. 

La compagnie existe-t-elle depuis longtemps?

Ça fait maintenant six ans que je fais ça, et ça marche vraiment bien. C’est cool, et ça me donne aussi une liberté d’horaire. Ça me permet d’aller à des auditions ou de faire des tournages. Avant, quand j’avais des emplois, il arrivait que je me fasse congédier parce qu’on n’acceptait pas que je m’absente pour aller à une audition. Il m’est parfois arrivé de me retrouver sans emploi en plus de ne pas avoir décroché le rôle pour lequel j’avais auditionné. Avec la compagnie, j’ai maintenant le meilleur des deux mondes. Je suis certain que je vais connaître une belle année!

  • Fugueuse la suite, lundi 21 h, à TVA.

À lire aussi

Et encore plus