«C’était une femme très engagée» −Pauline Gill | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

«C’était une femme très engagée» −Pauline Gill

Image principale de l'article «C’était une femme très engagée»  −Pauline Gill
Photo : Frédéric Auclair, TVA Publications

Les jardins de Métis, dans le Bas-Saint-Laurent, jouissent d’une réputation exceptionnelle, mais on oublie souvent que ce magnifique domaine est l’œuvre d’une seule femme: Elsie Reford. Cette «bourgeoise d’exception» est l’héroïne du nouveau roman historique de Pauline Gill. Elle y retrace la jeunesse et la vie trépidante de cette femme au parcours inusité. 

En constatant que la plupart des livres sur les Jardins de Métis n’évoquaient jamais la jeunesse et l’origine de sa fondatrice, Elsie Reford, l’écrivaine Pauline Gill a eu envie de fouiller davantage dans la vie de cette riche héritière qui a vécu une existence hors de son rang. «Je ne comprenais pas pourquoi on n’évoquait jamais les 54 premières années de vie de cette femme et ce qui l’avait amenée à s’occuper des jardins. Elsie s’est passionnée pour l’horticulture à la suite d’un diagnostic plus ou moins erroné. En effet, elle a dû être opérée de l’appendicite à 54 ans, et le chirurgien lui a dit qu’elle ne pourrait plus faire d’exercice physique. Elle aimait pourtant aller à la pêche et à la chasse, et faire de l’équitation. Quand elle s’est demandé ce qu’elle allait faire du reste de sa vie, le médecin lui a répondu ironiquement: “Occupez-vous des fleurs!” Il ne s’attendait certainement pas à ce qu’elle prenne ce conseil au sérieux.» Profitant de ce domaine qu’elle avait hérité de son oncle, Elsie Reford a alors décidé de le transformer et d’y créer un jardin magnifique.

Des archives précieuses

Pauline Gill a toutefois dû enquêter longtemps avant d’arriver à trouver des informations sur la vie de son héroïne. «Je possède toute la correspondance secrète d’Elsie avec Lord Grey, qui était alors gouverneur général du Canada et aussi son grand confident; ç’a été une aide imprévisible. Je peux donc tirer des conclusions de ces correspondances.» 

L’auteure a pu avoir accès à ces archives grâce à Alexander Reford, l’arrière-petit-fils d’Elsie, qui lui a finalement fait confiance. «Il a mis 10 ans avant de me donner la permission d’écrire sur son aïeule. Elsie était très engagée. Elle a eu une éducation plus large que les femmes de son rang, et elle s’intéressait beaucoup à la politique. C’est d’ailleurs elle qui a mené la campagne de financement du tricentenaire de la fondation de Québec. Elle a aussi dirigé un hôpital de maternité. Elle a même déjà dit regretter de ne pas être un hom-me. Qu’elle soit habillée en robe longue ou en pantalon, elle portait toujours la cravate.»

La place des femmes

Pauline Gill a l’habitude d’écrire sur les femmes qui ont contribué à bâtir le Québec. «À un moment donné, j’avais fait une recherche sur les femmes de la Nouvelle France jusqu’à aujourd’hui. Je me suis aperçu qu’on ne parlait que des pionniers et des bâtisseurs. Mais les femmes qui avaient fait des carrières intéressantes, on n’en parlait pas. On donnait souvent à leur mari le mérite de ce qu’elles avaient fait. Je me suis dit que ça valait la peine qu’on sorte ces femmes de l’anonymat. J’en ai déjà sorti cinq, mais il y en a plein d’autres.»

Pour chacun de ses sujets, l’auteure déploie des stratégies incroyables afin de retrouver des archives crédibles et suffisantes qui lui permettent de bâtir ses récits. «Je dois même engager des assistants à la recherche pour m’aider dans le travail de documentation, sinon je n’arriverais pas à produire le texte à temps. Si on prend mon livre sur la Dre Irma LeVasseur, qui est allée partout dans le monde après avoir fait ses études aux États-Unis, je n’aurais pas pu écrire les trois tomes sans une aide à la recherche. Mon but, c’est que ces histoires deviennent inspirantes pour les jeunes femmes d’aujourd’hui.» 

Une bourgeoise d’exception raconte la fabuleuse histoire d’Elsie Reford, une riche héritière.

Photo : Courtoisie

Une bourgeoise d’exception raconte la fabuleuse histoire d’Elsie Reford, une riche héritière.

À lire aussi

Et encore plus