«Je me trouve très privilégiée» –Maripier Morin | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

«Je me trouve très privilégiée» –Maripier Morin

Image principale de l'article «Je me trouve très privilégiée»  –Maripier Morin
Photo : Julien Faugère, TVA Publications

Après avoir été la tête d’affiche du film La chute de l’empire américain, de Denys Arcand, en 2018, Maripier Morin est de retour au jeu dans la série La faille, nouvellement offerte sur Club illico. Croisée lors du visionnement de presse de cette nouveauté, la jeune femme nous a parlé de ses défis et de ses aspirations pour 2020. 

Maripier Morin se souviendra toujours des six jours qu’elle a passés à Fermont, sur la Côte-Nord, où se déroule l’intrigue de La faille. «Je n’ai été là que quelques jours en mars 2019, mais c’était assez long pour vivre le climat hostile de cette région et prendre conscience de cette réalité-là, qui est unique en son genre. C’est rare qu’on se retrouve dans une ville où il peut faire jusqu’à -60 °C avec le facteur vent. Toutefois, au-delà du froid, les gens qui vivent à Fermont ont été extrêmement accueillants et chaleureux envers les membres de l’équipe de tournage. En plus, là-bas, il n’y a qu’une place pour aller manger et prendre un verre après une journée de travail. Notre réalité se passait donc dans un huis clos, un peu comme dans la série.» 

Un défi renouvelé

Comblée par cette nouvelle aventure en tant que comédienne, Maripier nous a annoncé au passage que son personnage de Sophie sera de retour dans la deuxième saison de ce thriller polaire, qui sera tournée prochainement. «Ça tombe bien, car je n’avais rien à mon agenda pour cet hiver. Je sais déjà qu’il y a des affaires intéressantes qui s’en viennent pour Sophie... J’ai très hâte!» confie-t-elle. Ainsi, la jeune femme aura à nouveau la chance de donner la réplique à Isabel Richer et à Alexandre Landry qui reprendront aussi leurs rôles respectifs. 

• À lire aussi: Maripier Morin se confie sur son audition pour son rôle dans «La Faille»

Une escapade française

Par ailleurs, après avoir passé le mois de novembre à Paris, l’animatrice aspire à décrocher un rôle en France. «J’ai vécu de bien belles expériences là-bas. J’ai rencontré des directeurs de casting et des producteurs français. Pour l’instant, il n’y a rien de signé et je ne peux rien annoncer. Ces projets sont encore trop embryonnaires.» Toutefois, Maripier n’envisage pas de partir s’établir en France à court terme. «Je me trouve très privilégiée d’avoir la carrière que j’ai déjà ici. Je ne me verrais pas tout abandonner pour aller me consacrer à un autre marché. Je suis trop heureuse ici. Néanmoins, je ne ferme la porte à rien. À Paris, j’ai eu l’occasion de croiser Antoine Bertrand, qui tournait un film là-bas. Il m’a fait réaliser qu’il était possible de travailler en France tout en ayant des projets au Québec.» 

2019, une grosse année

On ne se le cachera pas: 2019 aura été une grosse année pour Maripier, tant sur le plan personnel que sur le plan professionnel. Non seulement elle a vécu une rupture avec son ex-époux, Brandon Prust, avec qui elle partageait sa vie depuis 10 ans, mais Maripier a aussi su relever plus d’un défi. Après avoir coanimé pour une deuxième année d’affilée la Soirée Artis avec Jean-Philippe Dion, été à la barre de Studio G sur les ondes de TVA, et tourné la série documentaire Mais pourquoi?, diffusée à Z, Maripier confie avoir profité de la période des fêtes pour dormir et se reposer. «Pour l’instant, j’ignore si mes émissions reviendront en 2020. Quoi qu’il en soit, le retour de La faille fait mon bonheur!» 

À lire aussi

Et encore plus