«Je me considère chanceux d’être encore là» −Maxime Landry | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

«Je me considère chanceux d’être encore là» −Maxime Landry

Image principale de l'article «Je me considère chanceux d’être encore là»
Photo : Sebastien St-Jean, TVA Publications

En 2009, Maxime Landry a remporté Star Académie. Depuis, il s’en est passé, des affaires, dans la vie de l’artiste! Pour remercier les gens d’être toujours au rendez-vous, il a lancé l’automne dernier un disque de nouvelles chansons et nous réserve plein d’autres belles surprises pour cette année.

À la fin de novembre, Maxime Landry a sorti son sixième album, 10 ans déjà, qui marque ses 10 ans de carrière. Pour la première fois, c’est lui qui l’a réalisé. «Depuis deux ans, j’ai ma propre maison de disques, Productions Le Veilleur. J’ai aussi produit mes deux albums précédents.»

10 ans déjà est composé essentiellement de nouvelles chansons, à l’exception de sa reprise de Cache-cache, une pièce touchante que sa grande amie Lynda Lemay lui a écrite à propos de son père, qui s’est enlevé la vie. Elle figurait sur son premier album, Vox Pop, paru en décembre 2009, et lui a valu le Félix de la chanson populaire de l’année au Gala de l’ADISQ en 2010. «Je l’ai réenregistrée piano-voix. J’ai même changé la dernière phrase parce que la chanson se termine par: “C’est qu’une bonne fois, je ne t’en voudrai plus.” Dix ans plus tard, je suis capable de dire: “C’est qu’aujourd’hui, je ne t’en veux plus.”» 

En 10 ans, Maxime Landry en a vécu, des affaires! «C’est un album pour remercier les gens qui me suivent depuis tout ce temps. Chanter et faire de la musique, c’est ce que j’aime le plus au monde. Je me considère chanceux de pouvoir le faire encore aujourd’hui, parce qu’on dit souvent qu’il est de plus en plus difficile de faire de la musique, de vendre des disques, mais je suis encore là.» 

Les spectacles n’arrêtent pas: il chante dans la revue musicale Francostalgie, et sa tournée 10 ans déjà s’enclenchera l’automne prochain. Il entrera également en studio ce mois-ci pour enregistrer un autre disque de nouvelles chansons qui sortira à la fin de l’année, et il promet que ça va bouger. «Ce sera un album de partys de famille, du temps des fêtes.»

Parler d’homosexualité

Après avoir fait la tournée des salons du livre avec Fils cherche père, si affinités, sorti au printemps dernier, l’auteur-compositeur-interprète retrouve sa plume d’écrivain pour s’atteler à l’écriture de son cinquième roman, qui verra le jour à la fin de l’année. «Le printemps dernier, j’ai parlé pour la première fois, à Y’a du monde à messe, de mon homosexualité. Par la suite, il y a plein de gens qui sont venus me voir pour me dire qu’ils avaient parlé de leur homosexualité à leur famille. On fait ce métier-là pour inspirer les gens. J’ai écrit sur ce que j’avais vécu par rapport au suicide de mon père, et je sais que ç’a aidé des gens. Il y en a qui sont venus me voir pour me dire qu’ils avaient eu peur qu’un de leurs proches se suicide, qu’ils lui avaient donné mon livre et que celui-ci l’avait aidé, ou qu’eux-mêmes avaient pensé poser ce geste-là et que mon livre les avait aidés. Le prochain livre ne sera pas autobiographique, mais ça touchera le sujet de l’homosexualité, parce que c’est ce que je vis, et on écrit sur ce qui nous touche.»

En affirmant publiquement qu’il est homosexuel, Maxime Landry ne se départissait pas d’un poids qui lui pesait. «J’en ai parlé parce que c’est venu comme ça dans la conversation, mais tout le monde dans mon entourage le savait. Je ne me suis jamais caché de rien. Si j’étais avec un gars après mes shows, je ne le cachais pas au monde. J’ai été trois, quatre ans avec la même personne. Il (Christian Bégin, l’animateur de Y’a du monde à messe) m’a demandé si j’avais peur de vieillir sans enfant. J’ai 32 ans. En ce moment, je suis célibataire. J’aimerais avoir des enfants, mais je ne veux pas les élever tout seul. Je veux avoir la bonne personne avec moi. C’est sûr que c’est une inquiétude que j’ai en ce moment; ça fait partie des choses qui m’habitent.» C’est un peu ce dont il traitera dans son prochain roman. 

À lire aussi

Et encore plus