Meghan, Harry et Archie: Un premier Noël loin du palais | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Meghan, Harry et Archie: Un premier Noël loin du palais

Image principale de l'article Meghan, Harry, Archie: premier Noël loin du palais
Photo : Getty Images

Archie Mountbatten-Windsor, fils du prince Harry et de la duchesse Meghan, vivra bientôt son premier Noël. À sept mois, il n’a évidemment pas conscience de l’ouragan qui souffle sur son univers... et qui déterminera probablement son avenir. Sa mère semble être au bout du rouleau; le torchon brûle entre son père et son oncle William; la monarchie est écorchée à cause de son grand-oncle Andrew; et son arrière-grand-mère, la reine, peine à sauver l’image de sa famille. Le fait que le poupon passe le temps des fêtes aux États-Unis semble ajouter de l’huile sur un feu déjà bien prêt à enflammer la maison... 

Depuis une décennie, le vent soufflait dans les voiles de la monarchie britannique. Le mariage de Kate Middleton et du prince William en 2011, puis les naissances de George, Charlotte et Louis sont bien sûr parmi les éléments qui ont ravi le monde entier et rehaussé l’image d’une institution parfois remise en question. 

Archie passera les fêtes avec ses parents, loin des scandales et du palais royal.

Photo : Getty Images

Archie passera les fêtes avec ses parents, loin des scandales et du palais royal.

Le début de la fin

L’union en grande pompe de Harry et Meghan, en mai 2018, devait s’inscrire dans cette suite d’heureux événements... mais les choses se sont rapidement gâtées, entre autres à cause du harcèlement médiatique négatif dont la duchesse de Sussex a été victime. À ceci s’ajoutent les rumeurs persistantes de rixe entre Harry et son frère qui ont alimenté les médias du monde, augmentant du coup la pression sur la famille royale.

Depuis quelques mois, et surtout depuis leur entrevue effectuée lors du voyage officiel en Afrique du Sud qui a amené son lot de tensions, il devient évident que les Sussex veulent acquérir une certaine indépendance et se bâtir une identité en dehors de leurs liens avec la famille royale. Et voilà qu’au cours des dernières semaines, le scandale provoqué par l’implication du prince Andrew dans l’affaire Jeffrey Epstein — et les accusations d’agression sexuelle sur une mineure qui pèsent contre lui — est la goutte qui a fait déborder le vase et plongé les Windsor dans l’embarras. 

Le scandale qui entoure Andrew est la goutte qui a fait déborder le vase et qui a plongé la famille royale dans l’eau chaude.

Photo : Getty Images

Le scandale qui entoure Andrew est la goutte qui a fait déborder le vase et qui a plongé la famille royale dans l’eau chaude.

La monarchie traverse une de ses plus grandes crises et, dans les circonstances, il est facile de comprendre que les nouveaux parents veulent prendre leurs distances, pour leur propre bien et celui d’Archie.

Noël aux États-Unis: c’est officiel

Après plusieurs semaines de rumeurs, le bureau des Sussex et le palais de Buckingham ont confirmé par voie de communiqué que la petite famille passera Noël aux États-Unis: «Le duc et la duchesse de Sussex ont hâte de passer de longues vacances familiales vers la fin du mois. Ayant passé les deux derniers Noëls à Sandringham, Leurs Altesses Royales passeront cette année le temps des fêtes, en tant que nouvelle famille, avec la mère de la duchesse, Doria Ragland.»

Kate et William ont déjà fait fi des célébrations à Sandringham, mais jamais en temps de crise.

Photo : Getty Images

Kate et William ont déjà fait fi des célébrations à Sandringham, mais jamais en temps de crise.

Le vrai test, toutefois, sera de voir ce que feront Meghan et Harry à la suite de leurs vacances et les décisions qu’ils prendront pour leur avenir. De fait, selon certaines sources, les Sussex songeraient à déménager de façon permanente aux États-Unis. Il semble que le couple pourrait acheter une seconde résidence en Californie et que son voyage actuel servirait à évaluer la faisabilité de ce projet.

S’ils décident de couper les ponts avec l’Angleterre, Harry et Meghan courent aussi le risque de perdre leur statut d’Altesses Royales et tous les avantages qui y sont associés.

La reine déçue

Photo : Getty Images

Bien qu’elle respecte le choix de son petit-fils, la reine Élisabeth est néanmoins profondément déçue par cette décision, elle qui aurait souhaité que toute sa famille soit réunie, non seulement pour respecter la tradition, mais aussi pour faire preuve d’unité en ce moment de crise profonde qui ébranle son règne. 

Cela dit, il y a eu des précédents à cette situation. Par exemple, d’une année à l’autre, Kate Middleton et le prince William ont alterné entre les célébrations de Noël à Sandringham et celles avec la famille Middleton. Toutefois, dans le cas des Cambridge, la monarchie n’était pas sens dessus dessous et les conséquences de l’absence des Sussex, si elle correspond à un éventuel déménagement, pourraient avoir des répercussions beaucoup plus profondes.

Un conflit fraternel non résolu

En filigrane de toute cette situation, le conflit persistant entre William et son cadet, Harry, déteint sur la famille royale. 

Le conflit perdure entre William et Harry, ce qui déteint sur la famille royale.

Photo : Getty Images

Le conflit perdure entre William et Harry, ce qui déteint sur la famille royale.

La division entre les deux fils de Lady Diana remonte à l’automne 2016, alors que William a reproché à son cadet d’aller trop vite dans sa relation avec Meghan, ce qui n’a pas du tout plu à Harry. Ce dernier a d’ailleurs avoué: «Inévitablement, des conflits peuvent survenir. Nous sommes des frères et nous le serons toujours... Mais nous sommes certainement engagés sur des chemins différents en ce moment.» Un ami des Sussex a par ailleurs commenté: «Il y a beaucoup de douleur et de problèmes non résolus entre les garçons. De petites frustrations peuvent devenir de grands conflits si elles sont mal gérées, et c’est ce qui arrive maintenant.» 

Le déballage de trop

Le fait que Harry et Meghan ont publiquement dévoilé dans un documentaire diffusé au Royaume-Uni leurs difficultés à subir la pression médiatique n’aurait pas arrangé leur relation avec le reste de la famille royale, qui accepte mal ce genre de déballage sentimental. De fait, fini les engagements caritatifs à quatre. Comme l’a dit Harry lui-même: «Les Cambridge d’un côté et les Sussex de l’autre.» 

Enfin, autre source d’animosité: l’éternelle comparaison entre les duchesses Kate et Meghan, Kate s’en sortant souvent haut la main. La différence entre les deux est importante: Kate, dont le sort est tracé d’avance, sera reine, tandis que Meghan, féministe engagée, refuse d’entrer dans le moule.

Le saviez vous ? 

Photo : Getty Images

La reine change jusqu’à sept fois de vêtements pour Noël à sa résidence de Sandringham, en Écosse: pour le petit-déjeuner, pour la messe de Noël, pour le lunch, pour une balade sur ses terres, pour le thé, pour le cocktail et pour le souper de Noël. Sa styliste, Angela Kelly, prend par ailleurs des dispositions pour éviter des faux pas de la part de ses servantes — afin qu’elles ne portent pas les mêmes couleurs que Sa Majesté. Kelly place donc une note dans les quartiers des domestiques détaillant ce que portera la reine afin que ceux-ci choisissent leurs vêtements en conséquence.

Les plus grands scandales de la famille royale

La controverse phénoménale causée par le prince Andrew, qui met actuellement la famille sur la sellette et exacerbe du même coup le malaise de Meghan et Harry, n’est certainement pas la première à affliger la couronne. Sans remonter à Henri VIII au XVIe siècle, voici un survol des trois principaux scandales des 100 dernières années.

1. Un changement de nom bénéfique

Photo : iStock

En 1917, au moment de la Première Guerre mondiale et tandis que des milliers de Britanniques mouraient dans les tranchées aux mains des Allemands, l’opinion publique s’est mise à reprocher au roi George V ses origines et ses liens avec l’Allemagne. Pour éviter une crise majeure, le nom de sa dynastie a donc été changé de Saxe-Cobourg-Gotha en Windsor, du nom du château du même nom, un patronyme beaucoup plus anglais. Dans le même temps, les cousins des Windsor, les Battenberg, deviennent les Mountbatten.

2. Une abdication controversée

Photo : Bettmann Archives

En 1936, Édouard VIII, alors roi du Royaume-Uni et des dominions britanniques et empereur des Indes, décide d’abdiquer en faveur de son frère George VI afin de pouvoir épouser Wallis Simpson, une roturière américaine qui était en instance de divorce d’avec son second mari. Ce mariage fut rejeté d’emblée par les gouvernements du Royaume-Uni, qui soulevèrent des objections religieuses, juridiques, politiques et morales. N’oublions pas qu’Édouard était chef nominal de l’Église d’Angleterre, qui ne permettait pas aux personnes divorcées de se remarier si leurs ex-conjoints étaient encore en vie. 

3. Un manque d’empathie supposé

Photo : Getty Images

À la suite de la mort tragique de Lady Diana, en 1997, l’absence de réaction de la reine a provoqué l’ire du public et des médias, qui lui reprochaient son manque d’empathie envers une femme remplie de générosité et de compassion qui avait laissé une empreinte indélébile dans l’esprit du monde entier. La grogne était importante. À tel point que le premier ministre anglais de l’époque, Tony Blair, a insisté auprès de la souveraine pour l’obliger à faire un discours sur la mort de son ex-belle-fille. C’est aussi ce qui l’a obligée à faire une apparition publique, avec William et Harry, pour constater l’importance des messages et des hommages du peuple devant les grilles du palais de Balmoral.

À lire aussi

Et encore plus