Émilie Ferland: Des fêtes pas comme les autres! | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Émilie Ferland: Des fêtes pas comme les autres!

Image principale de l'article Des fêtes pas comme les autres!
Photo : Aurélie Girard, Les Publications Charron

La popularité du Miller Zoo ne se dément pas. Après l’émission, on a eu droit au livre, et voilà qu’à l’occasion de la période des fêtes, Émilie Ferland et Clifford Miller ouvrent les portes de leur domaine aux visiteurs qui désirent voir leurs pensionnaires, devenus des vedettes à part entière. Émilie nous explique ce qui se passe l’hiver au royaume des animaux. 

Émilie, vous avez récemment sorti votre livre — une première — et rencontré vos fans au Salon du livre de Montréal. Comment avez-vous trouvé l’expérience?

Ç’a été spécial. Je n’avais jamais vécu une chose pareille. Les gens faisaient la file pour faire signer leur livre. C’est un autre monde! Les gens nous ont souvent dit que nous leur faisions du bien. Certains nous ont raconté qu’ils avaient vécu des choses difficiles et qu’en écoutant l’émission ils avaient retrouvé le sourire. Quelqu’un m’a même dit: «On était sur le point de laisser tomber notre projet, notre rêve, et votre émission nous a donné envie de continuer.» C’est touchant. L’émission, c’est bien plus que des téléspectateurs qui aiment les animaux et qui voient notre travail avec nos pensionnaires. Ça a un impact vraiment positif.

Photo : Aurélie Girard, Les Publications Charron

Le public vous aime et a l’impression de vous connaître.

J’ai senti que c’est le fait qu’on est naturels qui leur plaît. On a de la broue dans le toupet, on est cernés et des fois Clifford et moi, on s’obstine, alors ils se sentent proches de nous. Ils ont l’impression qu’on leur ressemble, parce qu’on reste nous-mêmes. Malgré le fait qu’on en soit à la troisième saison, on a la même énergie, la même personnalité. 

Cela faisait-il longtemps que vous aviez l’idée de faire un livre?

L’été dernier, Marie-Ève Potvin, directrice au contenu de l’émission, qu’on connaît depuis longtemps, nous en a parlé. Même s’ils avaient écouté Un zoo pas comme les autres, les gens du public nous posaient des questions, ils voulaient plus de détails, surtout concernant nos débuts et nos histoires avec les animaux. On a donc élaboré pour ceux qui étaient passionnés par notre parcours. Le livre, ce n’est pas ce que vous voyez à la télé, c’est du contenu exclusif.

Photo : Aurélie Girard, Les Publications Charron

Vous vous apprêtez à recevoir beaucoup de visiteurs au cours des prochaines semaines. Est-ce une première pour vous d’ouvrir l’hiver?

Non, on l’a toujours fait, mais c’était pour des groupes et sur réservation seulement. Cette année, durant deux semaines à partir du 21 décembre, on propose des heures d’ouverture pour que les gens profitent d’une visite libre du zoo pendant les fêtes, sept jours sur sept. Ensuite, ils pourront venir voir les animaux les fins de semaine seulement jusqu’à la relâche, où le zoo sera alors ouvert sept jours. Beaucoup veulent savoir comment ça se passe l’hiver pour les animaux exotiques. On le leur explique, mais le voir, c’est encore mieux!

En quoi est-ce différent durant la saison froide?

D’abord, c’est une nouvelle expérience que de voir le décor. Les animaux nordiques, qui sont à l’extérieur, ont leur fourrure d’hiver; c’est leur saison! Ça donne l’impression de ne pas voir le même animal. Quant aux espèces exotiques, elles sont dans les quartiers intérieurs. Les visiteurs peuvent les voir dans les bâtiments adaptés à chaque espèce. 

Certains pensionnaires ont tout ce qu’il faut pour affronter le froid!

Photo : Aurélie Girard, Les Publications Charron

Certains pensionnaires ont tout ce qu’il faut pour affronter le froid!

Pour Clifford et toi, est-ce moins de travail l’hiver?

C’est moins exigeant, parce qu’il y a une période où le zoo est fermé. Comme on n’a pas de visiteurs la semaine, l’horaire est moins serré. Par contre, il y a le déneigement, l’entretien des sentiers... L’an passé, avec toute la neige qui est tombée, c’était rough: on devait souvent passer une demi-journée à pelleter avant de commencer notre travail. Les journées étaient longues, et on finissait tard. Finalement, c’est autant de travail, mais c’est différent.

Est-ce à cette période que vous faites l’acquisition d’animaux en prévision de l’été?

Non. Le moment où on se fait offrir le plus d’animaux, c’est à l’automne. Il y a souvent des zoos dont c’est la dernière année d’opération, ou encore d’autres où il y a eu des naissances. C’est vraiment à l’automne que ça bouge le plus, surtout pour les animaux exotiques. On est sollicités par ceux qui ne peuvent pas leur offrir des milieux adaptés. C’est pour ça qu’on ferme une bonne partie de l’automne: parce qu’on ne sait pas si on aura des cas plus difficiles et ça leur donne un environnement plus calme pour s’adapter aux humains.

Voir les félins Shangai et la belle Sheira marcher dans la neige offre un magnifique contraste!

Photo : Aurélie Girard, Les Publications Charron

Voir les félins Shangai et la belle Sheira marcher dans la neige offre un magnifique contraste!

Ceux qui viendront au zoo durant les fêtes verront-ils des animaux qu’ils ne connaissent pas?

Oui, on a de nouveaux pensionnaires qui sont arrivés cet automne. 

Un zoo pas comme les autres aura une troisième saison. Êtes-vous excités?

Oui, et ce sera différent des deux autres. Les gens vont pouvoir suivre les castors, dont on a refait l’habitat intérieur, et aussi les coyotes qui seront relâchés dans une réserve. 

Quels sont les animaux qui ont le plus touché les gens?

L’ours Buddy, c’est sûr, et notre babouin aveugle aussi. Mais Buddy, c’est vraiment le coup de cœur des gens, parce que ce qu’il a vécu n’est pas évident. Il s’est bien réadapté et il est attachant, alors je te dirais que c’est lui, la star du zoo.

Et toi, as-tu un attachement particulier à un de vos animaux?

Buddy, c’est le seul que je peux toucher et qui vient me coller. C’est l’un de mes gros chouchous. Il y a aussi mes loups, qui sont ma deuxième famille.

Photo : Aurélie Girard, Les Publications Charron

En quoi le succès que vous vivez depuis trois ans vous a-t-il changés, Clifford et toi?

Pour notre couple, ça n’a rien changé. Ç’a toujours été important pour moi de ne jamais me dire que tout est parfait, parce qu’on avait l’air d’amateurs au début! Les gens nous disent que c’est grand ce qu’on fait. Ça me fait apprécier encore plus ce que j’ai et le cheminement que j’ai fait. Quand je vois nos amis qui ont fini leur journée et qui font autre chose, des fois je les trouve chanceux. Mais eux aussi nous trouvent chanceux! 

À travers tout ça, avez-vous le temps de prendre des vacances?

Quand l’hiver est vraiment commencé, c’est dur pour nous de partir, à cause du déneigement. Mais à l’automne, entre le moment où on reçoit les animaux et celui où l’hiver s’installe, on peut prendre quelques jours de congé. 

Photo : Aurélie Girard, Les Publications Charron

  • Le livre Un zoo pas comme les autres est en vente.
  • Clifford, Émilie et leurs pensionnaires vous attendent dès le 21 décembre.
  • Allez au millerzoo.ca pour les heures et les dates d’ouverture à l’hiver.
  • Une troisième saison de l’émission a été confirmée.

À lire aussi

Et encore plus