Geneviève Jodoin et Frédéric Boudreault: Unis dans la vie et en musique | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Geneviève Jodoin et Frédéric Boudreault: Unis dans la vie et en musique

Image principale de l'article Unis dans la vie et en musique
Photo : Julien Faugère, TVA Publications

Ils sont amoureux depuis l’adolescence et se connaissent mieux que quiconque. Geneviève Jodoin et Frédéric Boudreault vivent et travaillent ensemble. Le nouvel album de la gagnante de la dernière édition de La Voix a pour titre J’ai toujours su, et c’est ensemble qu’ils l’ont fait, lui aux textes et elle à la musique. Le couple nous parle de son processus créatif et de son quotidien, tant sur le plan professionnel que sur le plan personnel.

Avant même sa participation, et sa victoire, à La Voix, Geneviève Jodoin travaillait sur un nouvel album. La chanteuse, qui cumule quelques décennies de carrière, avait déjà sorti deux albums avec son premier groupe et trois en solo. Après l’ouragan télévisuel, elle a poursuivi ses recherches, sauf que le timing était parfait pour sortir un disque assez rapidement. J’ai toujours su est donc le fruit de ce travail, un album qu’elle a porté, comme les précédents, avec son conjoint, Frédéric Boudreault.«Avant La Voix, il y avait déjà des idées de chansons, raconte Frédéric. Ce qui a changé, c’est que plein de gens se sont identifiés à Geneviève dans le sens où, en participant à La Voix même à 40 ans, on peut encore aller au bout de ses rêves. Il suffit de plonger, d’y croire et d’aller jusqu’au bout.» L’émission a aussi accéléré le processus de création, puisque l’album devait sortir cet automne. «On a d’abord écrit tous les thèmes dont on voulait parler, a poursuivi Frédéric. Ensuite, il y a des chansons qui sont arrivées d’ailleurs, sinon ç’aurait été beaucoup trop introspectif.» 

Geneviève et Frédéric sont aussi complices dans le travail qu’à la maison.

Photo : Julien Faugère, TVA Publications

Geneviève et Frédéric sont aussi complices dans le travail qu’à la maison.

Dans le couple, il écrit et elle compose. «Je lance des idées, raconte Geneviève. Je commence quelque chose, et il le finit. Il y a parfois une seule phrase qui vient de moi. J’arrive plutôt avec des musiques, et il est capable de mettre des mots dessus. Mais quand il écrit des textes, on en parle ensuite ensemble. On fait le travail à deux.»

Une intimité créative

Frédéric Boudreault sait aussi qu’il doit s’adapter aux idées de sa blonde. «Il y a parfois des choses que je veux écrire, mais qui ne se chantent pas bien ou que Geneviève doit assumer. Même si on se connaît depuis 26 ans, je peux écrire des choses devant lesquelles elle se sent plus ou moins à l’aise. À ce moment-là, on retravaille les textes.» 

Il est également conscient que ce processus créatif est assez particulier. «C’est quasiment un cas de psychanalyse. Il faut que j’écrive une chanson pour ma blonde, il faut la mettre dans sa bouche. Mais quand on écrit une chicane, il faut prendre en compte la perception de l’autre. Je ne peux pas écrire juste ma version, sinon elle va refuser de la chanter. Ça prend beaucoup d’humilité.» 

Le fait de partager leur vie et leur travail au quotidien pourrait devenir lourd, mais tous deux poursuivent également des projets individuels.

Une histoire commune

«Quand on tournait dans les bars, Geneviève n’avait pas encore 18 ans. On a appris notre métier ensemble. C’est le sixième disque qu’on fait ensemble, et les deux premiers étaient complètement éclatés.» À cette époque, la chanteuse n’avait pas encore trouvé sa voix, sa direction, et elle incarnait des personnages sur scène. «Ça fait partie de mon histoire et de mon ADN de chanteuse, glisse Geneviève. Ce fut aussi ma plus grande école, car j’ai vraiment tout exploré à ce moment-là. J’ai eu différents styles musicaux. Mais on s’est ensuite un peu assagis. On n’est plus à 40 ans comme on était à 20 ans. Quand je vois mon fils, je ne peux pas croire qu’il a l’âge qu’on avait quand on a commencé à sortir ensemble, Frédéric et moi.»

Une tornade médiatique 

Après s’être mis en danger en partant s’installer dans une auberge dans Charlevoix, alors que les deux travaillaient en musique et à la télévision (elle à Belle et Bum, lui à l’émission Pour le plaisir avec France Castel et Michel Barrette), Geneviève Jodoin et Frédéric Boudreault ont pris un pari qu’ils semblent avoir réussi haut la main. «En participant à La Voix, je voulais prouver que ce n’est pas parce que je vis en région que je ne fais pas de musique et qu’il ne se passe rien. Dans Charlevoix, on ne fait pas juste tricoter toute la journée en regardant les vaches dans le pré. Les régions sont hyper vivantes, tant en gastronomie que culturellement; ça bouge beaucoup. Il faut juste faire comprendre ça aux gens.» 

Pour Frédéric, le fait de n’avoir jamais écouté La Voix l’a un peu plus déstabilisé. «On n’a plus de télé depuis au moins 15 ans, alors, je ne connaissais pas bien le déroulement de l’émission. J’étais tellement stressé lors de son audition à l’aveugle! Je n’aurais jamais été capable de faire ça et de prendre le risque que les coachs ne se retournent pas. Je n’ai jamais trouvé quelque chose d’aussi malaisant que les auditions à l’aveugle. Je pensais même que je faisais ma première crise cardiaque.»

Geneviève et Frédéric sont entourés de leurs enfants, Jules, 15 ans, Zénon, 11 ans, Félixe, 10 ans... et du chat!

Photo : Julien Faugère, TVA Publications

Geneviève et Frédéric sont entourés de leurs enfants, Jules, 15 ans, Zénon, 11 ans, Félixe, 10 ans... et du chat!

Une aventure familiale

La Voix a été une expérience que la famille a vécue ensemble, toujours aussi complice et soudée. «Au début, Geneviève n’était pas souvent absente, mais à partir des quarts de finale, on la voyait beaucoup moins à la maison. De mon point de vue, c’était le fun pour moi parce que, comme elle partait souvent, j’étais seul avec les enfants et j’en profitais. On venait la rejoindre à Montréal les fins de semaine. C’était la première fois que les enfants voyaient leur mère faire un concours de ce genre jusqu’à la finale. On s’est véritablement fait prendre au jeu; tout a été super positif.» 

La victoire de Geneviève devant près de deux millions de téléspectateurs a toutefois changé son statut auprès du grand public. Hormis Jules, 15 ans, les deux plus jeunes enfants du couple (Zénon, 11 ans, et Félixe, 10 ans) n’avaient jamais réellement vu leur mère à la télévision auparavant. «La reconnaissance du public a changé depuis la finale de La Voix. Aujourd’hui, les enfants trouvent ça spécial. Ils jouent à observer les gens qui me reconnaissent et à voir leurs réactions. Mais ils ont quand même eu une petite période d’angoisse où ils demandaient si je serais toujours à la maison. Il a fallu leur dire que je ne partirais jamais, qu’ils seraient inclus dans ce que je vivrais, que je ne partirais pas vivre à Montréal en les laissant là. On a toujours tout fait ensemble, et j’ai dû remettre les pendules à l’heure avec eux.» 

  • L’album J’ai toujours su est présentement disponible.

Photo : Courtoisie

À lire aussi

Et encore plus