«Comme père, je ne peux pas être indifférent à cette cause» -Jean-François Guérin | 7 Jours
/magazines/lasemaine

«Comme père, je ne peux pas être indifférent à cette cause» -Jean-François Guérin

Image principale de l'article «Je ne peux pas être indifférent à cette cause»
Photo : Dominic Gouin, TVA Publications

À titre de journaliste à LCN, Jean-François Guérin couvre les faits divers depuis fort longtemps. Témoin des conséquences des drames familiaux, il s’est attaché à la cause des enfants. Depuis quelques années, c’est toujours avec bonheur qu’il reçoit Mme Josée Fortin sur son plateau pour parler de La Maison Kangourou, un centre d’urgence de première ligne unique à Montréal, qui offre du répit aux parents débordés. Ils nous parlent de cette précieuse ressource.  

Monsieur Guérin, vous soutenez La Maison Kangourou. Comment en êtes-vous venu à soutenir cette cause?  

Mme Fortin et moi, nous nous sommes connus en 2012 dans le cadre de l’émission JE. Je préparais un reportage au sujet d’un drame familial qui était survenu dans les Bois-Francs; deux enfants avaient été tués par leur père. Je voulais terminer sur une note positive en proposant des solutions pour éviter des drames comme celui-là. C’est à ce moment que j’ai présenté La Maison Kangourou. C’était une ressource relativement peu connue à l’époque. On invitait les parents qui vivaient des périodes critiques de tension extrême ou de détresse à s’adresser à cet organisme. C’est une ressource unique au Québec.  

Avez-vous été en mesure de constater à quel point La Maison Kangourou a été utile dans la vie des familles?  

J’ai tout de suite vu qu’il y avait chez ces intervenants une réelle volonté d’aider les familles. Nous ne saurons jamais combien de vies cette maison a contribué à sauver, car nous ignorons combien de personnes seraient passées à l’acte, mais bien des enfants ont une vie beaucoup plus heureuse grâce à Mme Fortin. Dès que j’ai la possibilité de donner de la visibilité à cette maison, je le fais. Comme je le dis toujours, j’ai le privilège de faire un métier que j’aime. Il faut utiliser notre pouvoir à bon escient.  

Josée Fortin et l’animateur devant le VR qui sert à faire connaître La Maison Kangourou et sa cause.

Photo : Dominic Gouin, TVA Publications

Josée Fortin et l’animateur devant le VR qui sert à faire connaître La Maison Kangourou et sa cause.

Le fait d’être père joue-t-il aussi dans votre engagement?  

Oui. J’ai deux filles, de 16 et 20 ans. Je ne peux pas être indifférent à cette cause. Comme le rappelle si bien Mme Fortin, ces enfants proviennent de tous les milieux: certains d’un milieu riche, d’autres d’un milieu pauvre, de parents professionnels, de parents ouvriers. Personne n’est à l’abri d’un problème comme celui-là. Quand on est au bout du rouleau, plutôt que de commettre l’irréparable, c’est bon de savoir qu’une ressource comme La Maison Kangourou existe. Quand j’entends dire que quelqu’un aimait tellement ses enfants qu’il les a amenés avec lui dans l’autre monde, je ne suis pas d’accord. Ce n’est pas de l’amour, c’est un geste impossible à comprendre! Malheureusement, La Maison n’est pas une ressource suffisamment connue.  

En tant que journaliste, vous avez dû être témoin des répercussions de ces tragédies. 

Oui, j’ai vu les conséquences des drames familiaux. Pendant 10 ans, j’ai couvert les faits divers. J’arrivais sur place quand l’irréparable avait été commis... Je voyais les proches. J’ai couvert beaucoup de cas où des enfants ont perdu la vie. J’ai aussi animé plusieurs émissions judiciaires. Je comprends le but de La Maison et ce qu’elle peut faire de bien dans une vie. Si certains avaient connu cette ressource avant de poser des gestes tragiques, des vies auraient pu être sauvées.  

Services d’urgence familiale offerts par La Maison Kangourou.

Photo : Dominic Gouin, TVA Publications

Services d’urgence familiale offerts par La Maison Kangourou.

Madame Fortin, c’est précieux pour vous de pouvoir compter sur un homme tel que M. Guérin pour faire connaître La Maison Kangourou?  

Josée Fortin: Absolument! Son engagement envers La Maison est inestimable! Je me souviens de notre première rencontre, sur un plateau. Personne ne me connaissait. Il m’avait dit: «Votre cause est importante et, dorénavant, vous avez une carte chouchou ici...» Ses propos m’étaient allés droit au cœur!  

Qu’est-ce que La Maison Kangourou  

Photo : Dominic Gouin, TVA Publications

À la suite de nombreux drames familiaux qui ont touché les Québécois, Josée Fortin a fondé La Maison Kangourou en 2011. «Je me suis demandé pourquoi nous n’avions pas une maison ouverte 24 heures où les parents qui ne se sentent pas bien peuvent aller porter leurs enfants de leur plein gré. J’ai alors fondé ce premier centre d’urgence. Chez nous, ce sont les parents qui vont porter leurs enfants en prévention. Nous offrons 350 dodos d’urgence par an et nous recevons plus de 700 appels de parents qui sont aux prises avec toutes sortes de problématiques familiales. L’objectif initial, c’était de nous adresser aux parents potentiellement à risque de commettre un infanticide, mais nous répondons dorénavant à toutes sortes d’urgences familiales: mamans en post-partum; parents en processus de séparation; mères qui viennent d’un centre de violence conjugale, etc.» Mme Fortin a créé le programme 1 dodo 1 voyage en collaboration avec CAA voyage. Un voyage à Orlando sera tiré parmi tous les donateurs.   

À lire aussi

Et encore plus