«Le fait d’être TDAH est un plus dans ma vie» −Rosalie Vaillancourt | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

«Le fait d’être TDAH est un plus dans ma vie» −Rosalie Vaillancourt

Image principale de l'article «Le fait d’être TDAH est un plus dans ma vie»
Photo : Paul Ducharme, Échos Vedettes

Véritable bombe de créativité, Rosalie Vaillancourt promet de nous en faire voir de toutes les couleurs avec son premier spectacle, Enfant roi. Prête à prendre la route en compagnie de son chien, de son chum et de ses deux techniciennes, la jeune femme nous parle de son métier et de ses nombreux projets. 

C’est dans son appartement fraîchement rénové du Plateau-Mont-Royal que Rosalie Vaillancourt nous a accueillis, une tasse de thé à la main, pour s’entretenir avec nous de sa vie, de son métier et de ses aspirations. Reconnue pour son énergie débordante, à la télévision comme à la scène, on peut dire que l’enfant terrible de l’humour nage dans le milieu artistique comme un poisson dans l’eau. «Je ne suis pas portée à faire de l’anxiété, contrairement à d’autres artistes que je connais. Ma santé mentale est vraiment bonne. En ce qui me concerne, je suis plutôt fofolle. À mon avis, le fait d’être TDAH est un plus dans ma vie. Cependant, je dois travailler sur un seul projet à la fois, sinon je m’épuise. Lorsque mon chum m’a rencontrée, il croyait que j’étais up tout le temps, alors que je fais des siestes de deux à trois heures par jour. Avant un spectacle, je me tiens plutôt tranquille.»

Comme dans un film de Disney

Rosalie promet d’avoir autant d’énergie qu’un lapin Energizer lors de son spectacle Enfant roi, qu’elle présentera partout au Québec. «La mise en scène de mon spectacle, qui est signée Pierre-François Legendre, est à l’image d’un film de Disney. Au début, une vieille sorcière me lance un sort et, si mon personnage n’accomplit pas assez de bonnes actions, il se transformera en gros tas de merde. J’aime beaucoup ce genre de concept.» 

C’est dans cet univers éclaté que Rosalie aborde différents pans de sa vie. «Je reviens ainsi sur la peine d’amour que j’ai vécue l’an dernier avec mon ex, Pierre-Yves Roy-Desmarais. Je parle aussi du fait que mes parents, qui sont juge et vétérinaire pathologiste, étaient très stricts avec moi et mes deux sœurs. Je m’inspire ainsi de ce qui me fait rire dans la vie. Je n’ai cependant pas l’intention de choquer pour choquer.» 

Aspirante chanteuse

Rosalie a chanté en duo cette année avec le chanteur Jérôme 50 sur son succès Chaise musicale. Aussi laisse-t-elle la porte grande ouverte quant à l’éventualité de se lancer un jour en musique. «Je reste en contact avec Jérôme. J’ai eu l’idée d’enregistrer, pour rire, des chansons rap et, pour l’occasion, de changer mon nom pour Blondie Bitch. J’aimerais aussi faire un album de Noël sur lequel je reprendrais des chansons de La Poune, de La Bolduc et d’Angèle Arsenault, ainsi qu’un album de vieux succès français des années 1970. Si tout va bien, un de ces projets pourrait sortir l’an prochain.» De plus, Rosalie voue un grand amour au métier de comédienne. On peut d’ailleurs la suivre dans les deux saisons de la série de capsules Web On parle de sexe, disponibles sur le site de Télé-Québec. 

En dehors du travail, la jeune femme de 27 ans, qui est très proche de sa famille, se dit bien entourée. «Ça fait maintenant sept mois que je suis avec mon chum, Olivier. Avant, il travaillait à Ottawa pour la gouverneure générale et, récemment, il a décidé de venir vivre à Montréal. Il est maintenant attaché de presse en politique municipale. On vit ensemble avec mon chien, Chantal, et tout se passe très bien», conclut-elle. 

À lire aussi

Et encore plus