Sauvetage ultime | Les héros de la SQ | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Sauvetage ultime | Les héros de la SQ

Lundi le 18 novembre à 22 h et 22 h 30, Explora (Début)

Image principale de l'article Les héros de la SQ
Photo : © Explora

Lorsqu’un homme s’égare dans une forêt dense, qu’une motoneigiste voit son véhicule englouti ou qu’un grimpeur blessé se retrouve en mauvaise posture sur une paroi rocheuse, c’est l’équipe de sauvetage de la Sûreté du Québec qui vole à leur secours à bord de son hélicoptère. Sauvetage ultime nous fait découvrir cette escouade à travers des situations périlleuses.

Qu’on les appelle par leurs noms, Karl Sasseville, François Gourbil, Martin Lecompte, Martin Leclerc et Denis Desruisseaux, ou leurs surnoms, K2, 514, TH, Moe et DD, les gars de l’équipe de sauvetage de la SQ sont de véritables forces de la nature! Ces héros aux capacités physiques impressionnantes et au calme olympien repassent chaque année des tests que seul un policier sur 600 réussit, afin de garder leur place dans l’escouade. Chaque semaine, on les suit au cours de leurs missions et de leurs entraînements.

Photo : © Explora

Perdu en forêt

Le premier sauvetage dont les téléspectateurs sont témoins est celui d’un homme perdu au Saguenay. Signalé disparu par un collègue qui s’est inquiété de ne pas le voir se présenter au travail, l’homme a passé plusieurs nuits en forêt. Il s’est égaré en allant rejoindre des amis à la pêche en plein hiver. Bien qu’il porte un manteau de camouflage pour la chasse et qu’il marche dans un bois dense, l’équipe de sauvetage le repère du haut des airs. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il est soulagé de les voir arriver. «Même si ça fait la 100e personne que je trouve, je suis aussi content que pour la première. Pour nous, c’est valorisant», explique 514. Pratiquant lui-même plusieurs sports extrêmes, K2 a toujours l’impression «d’aller chercher un ami» lorsqu’il part en mission.

Photo : © Explora

Jeune homme blessé à la tête

Le deuxième épisode de la soirée est particulièrement enlevant. Un jeune homme de 17 ans, blessé, se trouve au cœur des Monts-Valin. Ayant perdu le contrôle de son véhicule tout-terrain, il s’est frappé la tête et il est à demi-conscient. Il est impossible pour les ambulanciers d’accéder au site de l’accident, qui se trouve à 80 km de la route et à 100 km de l’hôpital le plus proche. Au beau milieu de la nuit, l’équipe de la Sûreté du Québec le rejoint là où ses amis ont fait de leur mieux pour panser ses blessures. Il s’en est fallu de peu pour que la vie d’Olivier se termine ce soir-là. Un mois plus tard, ses membres supérieurs et inférieurs sont toujours paralysés, et ses sauveteurs gardent contact avec lui pour l’encourager. «C’est un petit gars très motivé. Je pense que ça va être long (sa convalescence), mais Olivier nous épate chaque fois que j’ai des nouvelles de lui», rapporte K2 qui, en tant que père d’un garçon de 10 ans, est particulièrement touché par le drame que vivent Olivier et sa famille.

De l’empathie, ça en prend pour intégrer les rangs de l’escouade. «Ça prend un bon tempérament et de la disponibilité, c’est super important. Il faut s’oublier. Ce n’est pas la place pour des gens égoïstes», explique K2. Il faut aussi une très grande force de caractère, car les 130 missions annuelles des gars n’ont pas toujours un dénouement heureux. Parfois, ce sont des dépouilles qu’ils doivent aller chercher pour aider des familles à faire leur deuil...

Opération recrutement

L’équipe a dû composer avec les départs à la retraite de TH et Moe durant le tournage de Sauvetage ultime. Les téléspectateurs ont donc un accès privilégié à tout le processus de sélection de nouveaux équipiers au cours de la série. Les premiers tests d’endurance physique mettent un peu plus de la moitié des aspirants K.-O. Ceux qui les réussissent ont ensuite rendez-vous à la piscine où ils sont soumis à plusieurs épreuves. La troisième batterie de tests se passe en hauteur afin de vérifier que les futurs membres de l’escouade n’ont pas le vertige. Ils doivent grimper sur le pont Jacques-Cartier et se balader sur les poutres, uniquement sécurisés par un câble. Un camp de sélection de trois jours vient finalement écrémer le dernier groupe de candidats.

Photo : © Explora

À lire aussi

Et encore plus