Un nouveau chalet pour Émily Bégin | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Un nouveau chalet pour Émily Bégin

Image principale de l'article Un nouveau chalet
Photo : Valérie Blum, Échos Vedettes

C’est en solo qu’Émily Bégin est venue au lancement du EP de sa bonne amie Gaële, parce que son amoureux, Guillaume Lemay-Thivierge, gardait leur garçon Théodore, deux ans et demi, ainsi que ses fils nés d’une union précédente, Manoé (9 ans) et Miro (7 ans). L’aînée de Guillaume, Charlie, 18 ans, n’était pas à la maison. «Gaële et moi, on s’est connues dans Les nuits d’Émily, des soirées que je faisais au Cabaret Mado. On a habité dans le même immeuble d’appartements sur le Plateau et maintenant on se fait des soupers de couple, parce que son chum (Claude Legault) est un très bon ami de mon chum.» Dans les prochains jours, Guillaume et elle procéderont aux tournages de la nouveauté Si on s’aimait, qui devait à l’origine être présentée cet automne à TVA, mais qui le sera plutôt cet hiver. «Ce sont les gens de TVA qui ont pris la décision de reporter l’émission à l’hiver, parce qu’ils trouvaient qu’on pouvait aller encore plus loin dans le montage pour que ça soit encore meilleur. On avait déjà commencé à tourner des segments, mais comme le montage a changé, ce qu’on disait ne marche plus, parce qu’on commente ce que les téléspectateurs vont voir. On n’est pas en contact avec les participants.» 

Dès le 13 novembre, au Capitole de Québec, Émily se joindra à la gang de Ladies Night

«Je remplace Sylvie Boucher pour 10 spectacles, parce qu’elle ne pouvait pas les faire. C’est un beau défi, parce que j’embarque dans la pièce sans avoir fait de répétitions. Mon chum m’a aidée à répéter vu qu’on a beaucoup de scènes ensemble.» Décembre et janvier seront plus tranquilles pour le couple. «On a eu une grosse année avec la tournée de Fais-toi une belle vie, les projets de Guillaume et moi qui fais de plus en plus de mises en scène pour des événements corporatifs.» Ils pourront passer du bon temps loin de la ville. «On vient de s’acheter un chalet à Saint-Sauveur. Guillaume et moi, on est deux personnes des Laurentides et on s’ennuyait de la région. On a notre maison à Montréal, mais chaque fois qu’on peut sortir de la ville, on le fait. On n’est pas des citadins. Les enfants non plus. On s’est trouvé une belle maison de campagne proche du Sommet Saint-Sauveur. On va faire du ski.» 

À lire aussi

Et encore plus