Madame Wilson | Une double vie | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Madame Wilson | Une double vie

Samedi le 9 novembre à 20 h, Radio-Canada (1er de 3 épisodes)

Alison (Ruth Wilson) tente de cacher à ses fils, Nigel et Gordon (Otto Farrant et Calam Lynch), la terrible vérité qu’elle vient d’apprendre.
Photo : Radio-Canada

Alison (Ruth Wilson) tente de cacher à ses fils, Nigel et Gordon (Otto Farrant et Calam Lynch), la terrible vérité qu’elle vient d’apprendre.

Le jour de la mort de son mari, Alison Wilson reçoit la visite d’une femme qui affirme être la véritable épouse de celui-ci. Alison croit d’abord à une erreur, puis elle se rend à l’évidence: son bonheur était construit sur un mensonge.

Londres, 1963. Alison Wilson s’absente de son travail et rentre chez elle pour dîner avec son époux, Alec. À son arrivée, il l’informe qu’il a presque terminé son roman et qu’il espère l’envoyer à son éditeur la semaine suivante. Une fois le repas prêt, Alison appelle Alec. Comme il ne répond pas, elle va voir ce qu’il fait et le trouve étalé sur le plancher de leur chambre à coucher. Il a succombé à une crise cardiaque.

Espions

Après avoir appelé le révérend Timothy pour lui annoncer la mauvaise nouvelle, Alison compose le numéro d’une personne que son mari lui avait demandé de prévenir à son décès. En entendant la voix à l’autre bout du fil, Alison est surprise de découvrir qu’il s’agit de Coleman, l’officière traitante d’Alec au MI6.

Plus tard, alors qu’Alison se remémore les premières années de son mariage avec Alec, on apprend qu’en 1940 elle avait été embauchée par Coleman au centre d’écoute des services secrets et que son travail consistait à transcrire à la dactylo les conversations interceptées par leurs agents dans toutes les ambassades de Londres. Plus précisément, elle retranscrivait les échanges entendus par le major Alexander Wilson. 

L’autre femme

Le soir de la mort d’Alec, plusieurs voisins sonnent à la porte des Wilson pour offrir leurs condoléances à Alison. Parmi eux, il y a Gladys Wilson, la première épouse du disparu. Sous le choc, Alison lui ferme la porte au nez. Elle savait que son défunt époux avait été marié avec Gladys, mais elle était également persuadée qu’ils étaient divorcés depuis 1940. 

Alec (Iain Glen) n’a jamais divorcé de sa première femme.

Photo : Radio-Canada

Alec (Iain Glen) n’a jamais divorcé de sa première femme.

Le lendemain, Alison rend visite à Coleman pour obtenir une copie du jugement de divorce, qui n’était pas dans les affaires d’Alec. La femme ne peut pas l’aider, car elle n’a jamais vu le document. D’ailleurs, comment savoir s’il a existé? Alec aurait très bien pu le falsifier pour lui faire croire à son divorce.

Gladys Wilson (Elizabeth Rider) a de bonnes raisons d’être amère...

Photo : Radio-Canada

Gladys Wilson (Elizabeth Rider) a de bonnes raisons d’être amère...

La veuve réalise qu’elle ne pourra pas prétendre qu’il n’est rien arrivé quand Dennis Wilson, l’aîné des trois enfants d’Alec et Gladys, se présente chez elle au nom de sa mère afin d’exiger la preuve du mariage d’Alison avec Alec. Il demande également un exemplaire du certificat de divorce. 

Dennis (Patrick Kennedy), le fils de Gladys, veille à ses intérêts.

Photo : Radio-Canada

Dennis (Patrick Kennedy), le fils de Gladys, veille à ses intérêts.

À la suite de cette rencontre, Alison se rend chez Gladys et Dennis pour leur remettre le document demandé. Dès que Dennis se rend compte qu’il s’agit d’un faux, il rappelle à sa visiteuse que la vie de sa mère a été anéantie et que si elle continue de nier l’évidence, il ira voir la police. 

Afin que ses enfants, Gordon et Nigel, ne découvrent pas que leur père menait une double vie, Alison fait les démarches nécessaires pour qu’Alec soit enterré au cimetière choisi par Gladys. À la fin de la cérémonie, à laquelle elle assiste avec ses fils — qui croient que Gladys est la cousine de leur père —, un homme demande à Alison si elle est bien Dorothy, la fille d’Alec.

La vérité dépasse la fiction

La minisérie britannique de trois épisodes est inspirée de la vie d’Alison Wilson, la grand-mère de l’actrice britannique Ruth Wilson (Luther, The Affair). Comme ce qui est raconté dans le premier épisode, c’est à la suite du décès de son mari, Alec, qu’Alison a découvert qu’il n’avait jamais divorcé de Gladys Kellaway, qu’il avait épousée en 1916. En ce qui concerne Ruth Wilson, elle avait 15 ans quand Alison lui a fait lire le mémoire qu’elle avait écrit au sujet de son mariage, qui avait été construit sur les mensonges d’Alec. Dans la section du site de la chaîne américaine PBS (PBS.org) consacrée à la série, Ruth Wilson, qui incarne Alison, affirme que ce rôle est le plus difficile qu’elle ait joué et qu’un des moments les plus étranges du tournage a été celui où son personnage donne naissance à Nigel, son deuxième enfant... — qui est en fait le père de la comédienne!

À lire aussi

Et encore plus