Éric Lapointe: Une vie en montagnes russes | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Éric Lapointe: Une vie en montagnes russes

Image principale de l'article Une vie en montagnes russes
Photo : Julien Faugere, TVA Publications

Depuis trop longtemps, Éric Lapointe mène ouvertement une vie dissolue. Son alcoolisme est toujours aussi présent, voire handicapant, autant pour sa carrière que dans sa vie privée. Les deux dernières années ont été emblématiques d’une existence faite de hauts et de bas.

À la sortie de son dernier album, Délivrance, à l’automne 2018, Éric Lapointe confiait à demi-mot avoir retrouvé l’amour depuis quelques années avec une psychologue qu’il connaissait depuis près de 25 ans. «J’ai enfin trouvé une relation simple, confiait-il à notre journaliste. Elle est autant ma grande amie, ma confidente, mon soutien moral, ma conseillère, mon amante, mon amour que ma mère à certains égards.» Mais cette relation semble avoir connu son lot de soubresauts. Au printemps dernier, une rumeur évoquait une possible séparation du couple. En juin, le chanteur nous disait: «J’ai le tatouage d’une rose pour chaque femme qui a été importante dans ma vie, et elle l’a été. Notre situation est présentement ambiguë, mais ça ne regarde personne.»

Problèmes de santé

Éric Lapointe n’a jamais caché son alcoolisme, mais il ne semble pas avoir pris conscience de la sévérité de sa maladie. En juin dernier, il avançait que sa santé était bonne. «Mon médecin me dit que tout va bien.» Le chanteur avait aussi évoqué sa maladie en octobre 2018. «Je n’ai plus le même rapport avec l’alcool que dans la trentaine. Aujourd’hui, je réussis quand même à boire occasionnellement, et je fais aussi de longs bouts d’abstinence.» Dans les deux dernières années, le chanteur a aussi dû combattre une méchante infection qui s’était attaquée à ses cordes vocales. En juillet 2018, Éric Lapointe a été contraint d’annuler plusieurs spectacles en raison d’une bactérie à la gorge. La même infection l’a obligé à annuler deux spectacles l’été dernier. 

Soutien du public

Chaque fois, il a pris le temps de se reposer et il est revenu en pleine forme. L’été dernier, il a notamment triomphé lors des différents spectacles organisés dans le cadre des célébrations de son 50e anniversaire, que ce soit lors du grand spectacle au Festival d’été de Québec ou au Festival des montgolfières de Gatineau. La foule a répondu présente à chacun de ces concerts. Dans les prochaines semaines, Éric poursuivra d’ailleurs sa tournée, souvent à guichets fermés, et sera sur la scène du centre Vidéotron le 31 décembre pour son traditionnel party du jour de l’An.

Problèmes judiciaires

Dans la dernière semaine, le chanteur et son équipe ont décidé de se retirer de plusieurs engagements prévus ou en négociation, en raison des accusations portées contre lui. Après avoir reçu le Félix de l’album rock lors du Premier Gala, il a notamment annulé sa participation au récent Gala de l’ADISQ et à l’émission En direct de l’univers avec Garou ainsi que sa présence en tant que coach à La Voix. Une période de recul qu’il pourrait mettre à profit pour se reprendre en main. Ce serait un beau cadeau à faire à ses fidèles fans. 

FACE À LA JUSTICE

La soirée du jeudi 24 octobre a été le début d’une très grosse fin de semaine pour Éric Lapointe. Ce soir-là, via Facebook, le rockeur publiait un message indiquant qu’il quittait l’aventure de La Voix pour des raisons personnelles. Quelques heures plus tard, Le Journal de Montréal publiait une nouvelle selon laquelle Éric Lapointe avait été inculpé dans une affaire de violence conjugale qui remonte au 30 septembre dernier. Le lundi 28 octobre au matin, à la cour municipale de Montréal, Éric Lapointe a plaidé non coupable à l’accusation qui pèse contre lui par l’entremise de son avocat. Sur la dénonciation, on peut lire notamment que, le 30 septembre, l’accusé «s’est illégalement livré à des voies de fait sur une femme» en commettant ainsi «l’infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire». Le procès-verbal de la comparution fait savoir que la cause reviendra devant la cour le 30 janvier.

À lire aussi

Et encore plus