«J’ai des choses à raconter aux jeunes» −Catherine Trudeau | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

«J’ai des choses à raconter aux jeunes» −Catherine Trudeau

Image principale de l'article «J’ai des choses à raconter aux jeunes»
Photo: Collaboration spéciale, Blanches Bulles photographie

En plus d’être actrice et animatrice, Catherine Trudeau est auteure. Pour son premier livre, Bérénice ou La fois où j’ai presque fait la grève de tout!, illustré par Cyril Doisneau, elle s’inspire de l’univers de Réjean Ducharme. 

Catherine Trudeau était presque destinée à publier un roman. Outre son rôle de porte-parole des Prix jeunesse des libraires au Québec depuis huit ans, elle présente une chronique jeunesse à Plus on est de fous, plus on lit!, à ICI Première. «En baignant là-dedans depuis plusieurs années, beaucoup de livres jeunesse me sont passés entre les mains, et j’ai réalisé un jour que j’étais capable d’en écrire moi aussi, confie Catherine. J’ai des choses à raconter aux jeunes. Les Éditions de la Bagnole m’ont sollicitée, et j’ai vite manifesté le désir de créer un livre documentaire. J’aime les livres qui racontent la vie de quelqu’un de connu. Dans le roman graphique, Réjean Ducharme est en filigrane, mais ça se passe à travers le regard de Bérénice.»

Bérénice a entre 9 et 11 ans, et elle n’aime pas son prénom parce qu’il rime avec «réglisse», «saucisse» ou «Elvis». Elle envoie donc une mise en demeure à ses parents. Elle exige de changer son prénom sans quoi elle fait la grève de tout: manger, se laver, aller à l’école. «Sa mère est très heureuse de cette mise en demeure: c’est l’occasion de lui dire qu’elle porte le prénom de Bérénice parce que c’est l’héroïne d’un livre qui a changé sa vie, L’avalée des avalés, explique Catherine. C’était une manière pour moi de marcher dans les pas de Réjean Ducharme. Je n’ai pas la prétention de tout connaître sur lui, mais je voulais présenter aux jeunes un personnage mythique de la culture québécoise sous forme de fiction.»

Dédicacé à ses fils

Son livre s’adresse à des jeunes de 8 à 11 ans. «Je voulais particulièrement le faire lire à mon fils de 11 ans parce qu’il est en plein le lecteur typique pour Bérénice, relate Catherine. Mais Élie ne voulait pas! Il souhaitait attendre à la toute fin pour avoir le livre achevé entre ses mains.» L’auteure a d’ailleurs dédicacé son livre à ses deux fils, Élie et Miro, et à ses parents. «Je devrai le lire à Miro, mon plus jeune, parce qu’il est seulement en deuxième année. Mon chum (Patrick Belzile) vient tout juste de le lire. À l’occasion, je lui parlais de l’histoire et des nœuds du récit, mais lui aussi voulait attendre le résultat final.» Son fils aîné a particulièrement apprécié le travail de sa mère et de l’illustrateur Cyril Doisneau. «Il a aimé mon livre, il a trouvé ça rigolo. Il était content, fier. Il l’a même prêté à sa professeure, son enseignante de 6e année!»

Des moments privilégiés 

Quand on demande à Catherine Trudeau quelle place occupait la lecture dans sa jeunesse, sa réponse ne surprend pas. «Je lisais beaucoup. Les livres des aventures de Martine m’ont beaucoup accompagnée durant ma petite enfance. J’ai encore la collection; je ne suis pas capable de m’en départir! La lecture avait une grande place à la maison. D’ailleurs, mes parents et mes frères lisent beaucoup. On m’offrait souvent des livres. On allait également à la bibliothèque et c’était des moments privilégiés pour moi.» Catherine aimait tellement la lecture qu’elle l’a éventuellement menée en études littéraires à l’université pendant un an.

Autres incursions dans le monde littéraire

Catherine a deux autres projets en chantier: un roman non illustré pour les adolescents et un livre pour les plus jeunes. «Je travaille sur un album pour les tout petits: un format classique pour les cinq, six et sept ans, avec des textes beaucoup moins développés, au sujet de l’anxiété.» L’anxiété est d’ailleurs un thème cher à l’auteure. «Ce sont souvent les choses proches de moi qui m’inspirent; je n’essaie pas d’inventer une réalité que je ne connais pas. C’est vrai que j’ai un tempérament plus anxieux et mes enfants aussi, un peu. L’anxiété est comme le grand mal du siècle en ce moment...»

Catherine participe également à l’émission de radio Pas tous en même temps à ICI Première. On peut également l’apercevoir dans l’ultime saison de Ruptures sur les ondes de Radio-Canada jusqu’en décembre.

Bérénice ou La fois où j’ai presque fait la grève de tout! s’adresse aux jeunes de 8 à 11 ans.

Photo : Courtoisie

Bérénice ou La fois où j’ai presque fait la grève de tout! s’adresse aux jeunes de 8 à 11 ans.

À lire aussi

Et encore plus