Dave Morissette: Les vrais héros - Compostelle au Québec | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Dave Morissette: Les vrais héros - Compostelle au Québec

Image principale de l'article Dave Morissette: Les vrais héros
Photo : Production ©

L’été dernier, Dave Morissette est retourné à Baie-Comeau, son patelin d’enfance. Léger détail à souligner: il a fait le trajet en vélo! CE périple extraordinaire lui a donné l’occasion de faire de belles rencontres, qui lui ont inspiré une série documentaire.   

Dave Morissette a voyagé sur le chemin de Compostelle à plus d’une reprise, et chacun de ses pèlerinages a été riche en rencontres et en moments d’introspection. L’animateur a été transformé par ces expériences, notamment parce qu’il a fait la connaissance de gens inspirants et engagés. «J’ai rencontré des personnes qui sont juste bonnes, sans raison», laisse-t-il savoir d’entrée de jeu. Une idée lui est alors venue: «Pourquoi ne pas faire un périple au Québec et mettre en lumière des gens de chez nous qui sont tout aussi inspirants et engagés dans leur milieu?» La série documentaire Dave Morissette: Les vrais héros est ainsi née.    

De belles rencontres   

Le sportif, qui s’entraîne pratiquement tous les jours, a choisi de faire le trajet à vélo entre Saint-Basile-le-Grand, où il habite avec sa famille, et Baie-Comeau, où il a vécu jusqu’au début de son adolescence. «Ce n’est pas un show de vélo, assure-t-il. J’ai choisi le vélo parce que je me sens bien et libre quand j’en fais. J’avais aussi le goût de redécouvrir ma région.» Pendant 18 jours, accompagné d’une équipe de tournage, Dave Morissette a pédalé et rencontré des gens de tous les milieux. Certains rendez-vous avaient été planifiés, mais plusieurs belles surprises se sont ajoutées à l’horaire.    

Parmi les nombreuses surprises survenues lors de son périple d’environ 800 km — à raison de 60 à 70 km par jour —, il y a sa rencontre avec deux jeunes tout près du quai de la traverse L’Isle-aux-Coudres–Saint-Joseph-de-la-Rive. «Sacha et sa cousine sont venus me voir et ils ont commencé à me parler de leurs vacances d’été. Chaque année, ils vont dans ce coin. Ils m’ont expliqué à quel point c’était important pour eux de passer cette période de l’année avec leurs mères et leurs grands-parents. Ils m’ont parlé de l’importance de la famille. Quelle belle rencontre!» Dave relate aussi que, parfois, il s’arrêtait dans des endroits et les gens l’invitaient à rentrer chez eux spontanément. «Tout le monde a une histoire.» Quant aux rencontres planifiées, elles ont été pensées pour mettre à l’avant-plan des thèmes comme nos racines, notre identité, le partage, le sport, la solidarité et l’entraide.    

Ses sentiments ont changé  

Dave Morissette le raconte sans filtre: pour lui, retourner à Baie-Comeau n’était pas la partie la plus jojo de son aventure, même s’il avait le goût de redécouvrir sa région. «J’ai 47 ans et j’ai passé un bon bout de temps à bouder la Côte-Nord. J’avais des choses à régler et je l’ai fait tout au long du chemin.»    

Le solide gaillard confie ensuite: «Je suis parti de chez nous très tôt en me disant que jamais plus je ne retournerais à Baie-Comeau. Le petit gars de 14 ans que j’étais voulait partir. Mes parents venaient de se séparer et mon frère s’est suicidé à l’âge de 21 ans à côté de chez mon père. Pour moi, Baie-Comeau, c’était un peu dark. Il y avait un gros nuage gris...» Heureusement, le malaise s’est dissipé et l’homme a recommencé à voir son patelin sous un autre jour. «Je suis reparti de Baie-Comeau en me disant que c’était donc beau, la Côte-Nord!»   

On termine l’entrevue en lui demandant s’il avait déjà pensé à la possibilité d’emprunter d’autres chemins l’an prochain. En riant, l’animateur confie: «J’ai promis à mon épouse et aux enfants que j’allais leur en parler. Habituellement, autour de la période des fêtes, j’ai plein d’idées et de projets!»    

  • La série documentaire Dave Morissette: Les vrais héros, tournée en juin et juillet, compte huit épisodes de 30 minutes. La diffusion débute le mercredi 30 octobre à 19 h 30, à MOI ET CIE.  

À lire aussi

Et encore plus