François Papineau revient sur sa première impression de Debbie Lynch-White | 7 Jours
/magazines/7jours

François Papineau revient sur sa première impression de Debbie Lynch-White

Image principale de l'article François Papineau parle de sa première impression
Capture d'écran

Dimanche soir, c'était au tour de la lumineuse Debbie Lynch-White d'être l'invitée vedette de l'émission Studio G.

Conviés par l'animatrice Maripier Morin, plusieurs des ses amis étaient présents autour de la table pour célébrer la comédienne. Et, parmi ceux-ci, on pouvait compter sur la présence de Céline Bonnier et François Papineau, deux acteurs qui ont joué aux côtés de Debbie dans le rôle qui l'a révélée au grand public, soit l'IPL Nancy Prévost dans Unité 9.  

Capture d'écran



Questionnés par Maripier Morin à savoir quelle était leur première réaction face à la grande comédienne blonde lorsqu'ils l'ont rencontrée pour la première fois, François Papineau a répondu à la question.

«J'avais lu la description du personnage, pis je savais qu'elle [Debbie], elle s'en venait, t'sais, on avait entendu un peu d'avance. Pis quand je l'ai vue arriver, j'ai fait: ''Elle est ben trop fine! C'est comme un poussin, ça marchera pas. On va refaire les scènes sans arrêt», a-t-il raconté. 

Capture d'écran

  

La principale intéressée, qui semblait étonnée d'entendre ce qu'avait à dire son ancien collègue de jeu, a rétorqué avec un «C'est-tu vrai?!».

François a ensuite poursuivi: «Mais ça a pris dix minutes et c'était correct. Parce que c'est vraiment un anti-casting, dans un sens. Tout le monde au Québec pensait que t'étais bête et plate. Pis même, t'as été comme un jalon d'air bête. Moi, fallait que je pédale, t'sais, pour te rattraper. Mais vraiment, au début, j'ai fait: ''Mon dieu! Elle est tellement fine!''. Mais c'est ça. C'est juste une façon de te dire que j't'aime pis que j'te trouve fine!» 

Le tout s'est terminé par un calin entre les deux comédiens. 

Capture d'écran

 

Ne manquez pas Studio G tous les dimanches à TVA.

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus