Victor Lessard | Péril en la demeure | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Victor Lessard | Péril en la demeure

Club illico, dès le 24 octobre (Début de la saison 3)

Pour aider son ancienne coéquipière, Victor (Patrice Robitaille) se met dans une situation dangereuse... et est pris pour cible par un inconnu.
Photo : Yan Turcotte

Pour aider son ancienne coéquipière, Victor (Patrice Robitaille) se met dans une situation dangereuse... et est pris pour cible par un inconnu.

Nouvelle saison, nouvelle enquête. Cette fois, cependant, l’ennemi auquel se frottent Victor et Jacinthe n’a rien d’un illuminé ou d’un psychopathe œuvrant en solitaire: les deux héros devront affronter toute une armée! Contournant les règles, ils ne pourront compter que sur leur instinct et leur courage pour désamorcer un complot dont les effets pourraient être dévastateurs.

Détective à l’âme tourmentée, Victor Lessard a l’habitude de traquer des criminels à l’esprit tortueux. Cependant, les limites que lui imposaient les règles inhérentes à son travail de policier l’ont toujours forcé à respecter certaines frontières qu’il ne devait pas dépasser.

Au début de cette nouvelle saison, Victor a remis son insigne et son pistolet à ses supérieurs afin de partir à la recherche de réponses concernant le passé trouble de son père, qui a posé un geste irréparable. Cela dit, malgré une marge de manœuvre plus élastique, la vie de loup solitaire comporte ses risques. Séparé du groupe, un individu travaillant en solo peut en effet devenir une cible plus aisée pour ses ennemis.

«Le drame familial que Victor a vécu est un peu la pierre d’assise de l’homme qu’il est devenu, de sa personnalité, explique Patrice Robitaille, qui prête une fois de plus ses traits à l’antihéros. C’est son mythe fondateur, et on revient beaucoup là-dessus. Au début de la saison, on comprend qu’il a choisi de quitter la police pour une question de principe. Il n’était pas d’accord avec certains agissements de ses supérieurs, alors il est parti.»

Jacinthe et Nadja (Julie Le Breton et Sarah Dagenais-Hakim) soutiennent Victor de leur mieux.

Photo : Yan Turcotte

Jacinthe et Nadja (Julie Le Breton et Sarah Dagenais-Hakim) soutiennent Victor de leur mieux.

Pris pour cible

Les choses prennent une tournure inattendue lorsque la loyale Jacinthe, un brin désemparée depuis le départ de son coéquipier, lui demande de l’aider à trouver des pistes qui lui permettront de mettre la main sur le meurtrier d’un journaliste influent. D’abord réticent à s’impliquer de nouveau dans une affaire policière, Victor accepte de mettre son flair au service de son amie. Cette décision est lourde de conséquences, puisqu’il devient lui-même la cible du tireur.

Photo : Yan Turcotte

Forcé de se terrer le temps de panser ses blessures, l’ex-policier doit utiliser toute sa jugeote afin de découvrir le mobile de ceux qui ont entrepris de l’éliminer. 

«Martin (Michaud, l’auteur) s’est réinventé dans sa façon de raconter son histoire. Au cours des saisons précédentes, tous les personnages pouvaient être des meurtriers, et le téléspectateur tentait de trouver le coupable. Cette fois, ce n’est pas du tout la même chose: quelqu’un se fait tirer dessus, et on voit qui a appuyé sur la gâchette. Le public est en avance sur les personnages. C’est amusant. À la lecture, c’est la saison que j’ai trouvée la plus captivante», souligne Patrice Robitaille.

Le fardeau d’Abel

Au fil de leur enquête, Victor et Jacinthe, aidés par Étienne Fortin, un nouveau venu incarné par Marc Beaupré, remonteront la piste qui les mènera dans l’antre de la bête: le Ghetto X. Le repaire abrite les membres d’un groupe d’extrême droite mené par un leader charismatique nommé Abel Parker. Cet ancien tireur d’élite a fait la guerre en Afghanistan, pays dont il est revenu transformé et souffrant du syndrome de choc post-traumatique. 

Nouveau venu, Étienne Fortin (Marc Beaupré) est un ancien enquêteur aux affaires internes du SPGM.

Photo : Yan Turcotte

Nouveau venu, Étienne Fortin (Marc Beaupré) est un ancien enquêteur aux affaires internes du SPGM.

«Abel a vu des choses terribles en Afghanistan, révèle Danny Gilmore, qui incarne l’antagoniste de Victor. À son retour, il s’est trouvé une cause qu’il croit être juste, mais il y a plein de failles dans son discours. C’est un gars idéaliste et son combat, c’est le multiculturalisme. En fait, un autre personnage de la série se sert de lui et de sa gang à ses propres fins. Il y a des choses qui échappent à Abel. C’est quelqu’un qui paraît avoir une parfaite maîtrise de lui-même, mais ce n’est pas le cas.»

Les intentions d’Abel Parker (Danny Gilmore) sont pures, mais son groupe est manipulé de l’extérieur.

Photo : Yan_Turcotte

Les intentions d’Abel Parker (Danny Gilmore) sont pures, mais son groupe est manipulé de l’extérieur.

Une chose est claire, Victor et Jacinthe devront faire vite, car s’ils ne parviennent pas à neutraliser Abel et les membres de son clan avant que ceux-ci ne mettent leur plan à exécution, de nombreux innocents pourraient perdre la vie.

À lire aussi

Et encore plus