À vos manettes | Guylaine Tanguay | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

À vos manettes | Guylaine Tanguay

«Je suis fascinée lorsque je regarde En direct de l’univers»

Image principale de l'article Guylaine Tanguay
Photo : Eric Myre

Les artisans de la télé sont des télévores comme vous, chers lecteurs. Voici les émissions qui font vibrer la chanteuse Guylaine Tanguay, qui animera la nouvelle émission Tout simplement country dès le 5 décembre, à ARTV.

Quel est votre premier souvenir télé?

C’est le dessin animé Candy. Quand la chanson d’ouverture débutait, je m’imaginais être elle! Pourtant, c’était triste et ça me faisait pleurer.

Quelle émission vous a passionnée à l’adolescence?

C’est Top jeunesse, une émission de variétés animée par Roch Voisine. À cette époque, il était au top de sa popularité, tout le monde était après lui. C’était fou! Je capotais sur lui. 

Quelle a été votre première apparition à la télévision?

C’était au téléthon de la dystrophie musculaire animé par Michel Louvain. J’avais 11 ans, et c’est le duo country Jerry et JoAnne qui m’avait amenée présenter un numéro. C’était très impressionnant pour moi d’être sur un aussi gros plateau, où je voyais passer plusieurs vedettes. J’avais chanté une version française de la chanson Break It to M e Gently, qu’on avait intitulée Dis-moi tout doucement.

Quelle est votre émission de variétés préférée?

C’est En direct de l’univers. C’est aussi agréable de la regarder que d’y participer. Chaque semaine, l’équipe arrive à se renouveler. Je ris, je pleure, je suis fascinée lorsque je regarde ça.

France Beaudoin, En direct de l’univers.

Photo : Radio-Canada

France Beaudoin, En direct de l’univers.

Quel est votre coup de cœur télé de la dernière année?

Ça demeure O’, même si la série s’est terminée au printemps. Je l’ai écoutée depuis le début. J’ai toujours trouvé que chacun de ses acteurs y était à sa place, à un point tel que j’aurais eu envie de croire que leurs personnages existaient pour vrai! Ce n’était pas rare que je la regarde à 4 h du matin quand je revenais de donner un spectacle et que je n’avais pas eu le temps de la visionner durant la semaine.

O', avec Marie Tifo et Guy Nadon.

Photo : Serge Gauvin

O', avec Marie Tifo et Guy Nadon.

Quelle émission québécoise vous a le plus marquée?

C’est 19-2, particulièrement pour la scène de la tuerie dans l’école. J’ai arrêté de respirer durant cet épisode, j’ai eu de la misère à le regarder au complet. Ça m’a fait réfléchir, parce que ce sont des choses qui peuvent arriver. En plus, le grand plan séquence était grandiose.

Réal Bossé et Claude Legault, 19-2.

Photo : Bertrand Calmeau

Réal Bossé et Claude Legault, 19-2.

Quel est votre plus grand plaisir coupable au petit écran? 

J’enregistre les épisodes de La vie à 600 lb et Chirurgie botchée. Je les regarde la nuit, lorsque je suis de retour d’un spectacle. Après m’être démaquillée et douchée, je suis encore sous l’adrénaline. Ce genre d’émission me vide la tête. Ça me permet de décompresser. 

Qui est votre plus gros coup de foudre au petit écran?

C’est Jean-Philippe Dion. Ce gars-là, je l’aime profondément. Les premières fois que je l’ai vu à la télévision, je me suis surprise à espérer qu’il soit aussi gentil dans la vie qu’à l’écran. Il m’a prouvé que c’était le cas lors de mon passage à La vraie nature. Cette émission est faite à son image, ce n’est que du vrai. Il ne m’a jamais déçue!

Jean-Philippe Dion, La vraie nature.

Photo : Eric Myre

Jean-Philippe Dion, La vraie nature.

Quel méchant avez-vous préféré détester?

C’est Yannick Dubeau, de District 31. Quel homme épouvantable! C’est drôle parce que j’ai participé à plusieurs salons du livre et que son interprète, Patrice Godin, était souvent assis à mes côtés. Je me demandais comment je pouvais le détester autant à l’écran et le trouver si gentil dans la vraie vie. C’est la preuve qu’il joue bien!

Patrice Godin, District 31.

Photo : Radio-Canada

Patrice Godin, District 31.

Quelle personnalité de la télévision vous inspire?

J’ai énormément d’admiration pour France Beaudoin. Avec elle, tout a l’air facile, mais je sais très bien qu’il y a énormément de travail derrière ce qu’elle fait. C’est une femme très préparée et structurée, qui demeure capable d’être spontanée et sincère. De plus, même si elle roule à 200 milles à l’heure, elle m’a fait sentir importante chaque fois que je l’ai rencontrée. Pour elle, tout est une priorité: son travail, sa famille, ses enfants, ses amis. C’est ce à quoi j’aspire dans la vie.

Qu’est-ce qui vous séduit le plus dans l’animation de Tout simplement country?

C’est le côté humain et vrai de cette émission. C’était important pour moi d’être authentique sur le plateau. J’ai dit à l’équipe de production: «Vous allez me prendre comme je suis, avec mes défauts et mes qualités. Si vous cherchez à me transformer pour l’émission, ça ne marchera pas.» Autant dans les prestations que dans les entrevues, je ne cherche pas la perfection. Je souhaite plutôt montrer l’humanité de mes invités.

À lire aussi

Et encore plus