Marie-Élaine Thibert: dans le merveilleux monde de Disney | 7 Jours
/magazines/lasemaine

Marie-Élaine Thibert: dans le merveilleux monde de Disney

Image principale de l'article Dans le merveilleux monde de Disney
Photo : collection personnelle

Sa fille avait un grand souhait: celui d’aller un jour au pays de Mickey! Un vœu qui s’est réalisé en août dernier, quand Marie-Élaine Thibert et Marie-Félix se sont envolées pour la Floride afin d’entrer dans l’univers magique de Disney. Dix jours de fous rires, d’aventures et de complicité.

Marie-Élaine, vous avez récemment visité Disney avec Marie-Félix. Était-ce un rêve qui se réalisait?

Oui. Elle rêvait de visiter le pays de Mickey depuis l’âge de deux ans! Ce qui lui en a donné envie, c’est une photo de son frère Paul à neuf ans, avec son père et moi, à Disney. Elle a toujours dit qu’un jour ce serait son tour. 

Vous avez attendu qu’elle ait six ans pour le faire...

Oui. À cet âge, une petite fille est assez mature pour savoir avec quels personnages elle veut se faire photographier et, surtout, elle devrait être en mesure de se souvenir d’un grand moment comme celui-là!

Quels ont été les moments forts du voyage?

Nous avons visité plusieurs parcs, dont Magic Kingdom, Disney’s Animal Kingdom, Epcot et Disney’s Hollywood Studios. Nous avons eu un coup de cœur pour le manège en trois dimensions Soarin’ Around the World, à Epcot.

Marie-Félix a-t-elle pu voir le château de Cendrillon?

Oui. Nous avons même pu déjeuner au château avec les princesses, dont Cendrillon et Blanche-Neige! Mais ce qui a été le plus beau, ç’a été de passer du temps ensemble et de voir Marie-Félix si heureuse! Pour être honnête, je trouve le monde de Disney très commercial, mais j’ai fait ce voyage pour ma fille.

À quel hôtel avez-vous résidé?

Au Disney’s All-Star Music Resort. C’est un hôtel fort agréable, avec des piscines uniques: l’une en forme de guitare et l’autre en forme de piano. Marie-Félix en a bien profité. C’est même là qu’elle a vraiment appris à nager. Cet été, au camp de jour, elle s’était initiée à la natation, mais elle était très craintive. À la piscine de l’hôtel, elle pouvait toucher le fond, ce qui lui a donné confiance, et elle s’est mise à nager sous l’eau! Maman était très fière!

Votre voyage a-t-il été une belle aventure?

Tout s’est bien déroulé. Fidèle à elle-même, Marie-Félix avait beaucoup d’énergie, mais elle s’est bien comportée. Elle aime la vie et adore jouer. Par contre, elle peut avoir de la difficulté à canaliser son énergie et ses émotions! Dans sa vie, il y a beaucoup de joie, mais aussi de drames! Disons qu’on n’a pas de difficulté à savoir comment elle se sent!

A-t-elle pu jouir d’un peu plus de latitude que d’habitude pendant ce séjour?

Tout à fait. J’avais envie de lui laisser plus de liberté, de ne pas avoir d’horaire précis pour les repas si elle n’avait pas faim, et de ne pas mettre de règles trop strictes à table. Par contre, j’ai limité au maximum les appareils électroniques. Pendant notre séjour, elle n’avait pas accès à son iPad, mais elle pouvait écouter la télé de temps en temps à l’hôtel. De mon côté, je n’utilisais pas mon téléphone et j’allais sur les réseaux sociaux seulement quand elle dormait. L’important pour nous était de passer des moments de qualité ensemble. Ça fait du bien de se «déconnecter» à l’occasion!

Avez-vous l’impression que ce voyage vous a rapprochées davantage?

Nous sommes déjà tellement proches! Ce voyage a tout simplement confirmé notre très grande proximité. Nous en garderons un souvenir impérissable. D’ailleurs, j’ai bien l’intention de préparer un bel album avec toutes les photos que j’ai prises. Marie-Félix pourra donc se remémorer tous ces beaux moments.

Pourquoi êtes-vous partie sans votre conjoint, Rémy Malo?

Ça nous aurait coûté les yeux de la tête de partir toute la famille ensemble. Disney n’est pas à la portée de toutes les bourses. Et comme Paul avait déjà eu la chance d’y aller, je me suis dit que c’était au tour de sa sœur. Pendant ce temps, Rémy et Paul ont eu de belles vacances père-fils. Ils ont fait du camping au Québec. 

Avez-vous l’intention de refaire des voyages mère-fille?

Pour l’instant, Rémy et moi voulons faire un voyage en couple! C’est important de se retrouver en amoureux. Nous prévoyons un voyage au printemps ou à l’automne 2020. Quant à Marie-Félix, je ne crois pas que je ferai des voyages avec elle tous les ans. Par contre, je suis certaine qu’on fera d’autres voyages de ce type. Ma fille et moi aimons la chaleur, et Rémy préfère l’hiver. Elle et moi, nous risquons donc de nous retrouver dans des endroits chauds, au bord de la mer. J’ai l’impression que plus elle va vieillir, plus nous aurons envie de faire les mêmes choses. Pour le moment, elle aimerait voir Paris et la tour Eiffel avec son père. 

Marie-Félix vient de commencer sa première année, n’est-ce pas?

C’est exact! Elle est en terrain connu, car elle allait à la maternelle à la même école. Elle était heureuse de revoir tous ses amis. Elle avait très hâte de rencontrer son professeur et de faire des devoirs! Marie-Félix apprend vite et, pour l’instant, elle n’a aucune difficulté à faire ses devoirs. Elle a une énergie très positive, et tout le monde à l’école l’apprécie. De mon côté, son retour à l’école me permet de m’accorder du temps et de travailler sur mes différents projets. 

Est-ce que Marie-Félix suit des cours de musique?

Pas pour l’instant. Ce qu’elle a surtout aimé l’année dernière comme activité parascolaire, c’était le programme Sciences en folie. Elle adore faire des expériences scientifiques! Nous avons déjà songé à lui faire suivre des cours de guitare et de piano, mais une amie qui enseigne la musique nous a fortement conseillé d’attendre, car à son âge, la concentration n’y est pas. De toute façon, ma fille n’arrête pas de chanter, de s’inventer des mélodies et de danser. Si un jour elle manifeste le goût de suivre des cours, nous y verrons. Pour nous, c’est très important de ne pas la surcharger.

Croyez-vous qu’elle suivra vos traces?

Son désir n’est pas d’être sur scène et de faire comme sa maman. Elle a du plaisir à chanter, mais seulement pour elle, dans sa chambre. La dernière fois que je l’ai fait monter sur scène, il y a deux ans, j’ai senti une certaine timidité de sa part et j’ai constaté qu’elle n’avait pas tellement d’intérêt pour ça. 

Est-elle remontée sur scène depuis?

Non. Pourtant, plus jeune, elle me demandait de chanter avec moi! Aujourd’hui, quand elle m’accompagne, elle préfère jouer pendant mes prestations. Elle va trouver son chemin par elle-même, et nous serons toujours là pour l’accompagner.

À son âge, comment étiez-vous?

Mes parents m’ont dit que j’adorais chanter devant mes toutous alignés sur le divan, qui me servaient de public. J’écoutais Marie Carmen, Julie Masse ou Mitsou, et je chantais en même temps qu’elles. Je disais à ma famille que je voulais devenir chanteuse. À l’adolescence, j’avais toujours ce rêve, mais je croyais qu’il serait impossible à réaliser.

Quels sont vos projets pour l’automne?

J’ai une fin d’année bien remplie! En septembre, je suis allée en famille en Croatie pour le tournage de Partir autrement en famille, qui sera diffusé sur Évasion. En novembre, je vais participer à deux spectacles en collaboration avec l’OSM: un en hommage à Félix Leclerc et l’autre en hommage à Renée Claude. En décembre, je ferai partie de la tournée Noël, une tradition en chanson. Je travaille également sur mon prochain album. D’ailleurs, ce sera une grande première pour moi, car j’écrirai deux des chansons de ce disque! Une tournée avec Paul Piché est aussi prévue en 2020.

  • En novembre, elle chantera avec l’OSM, qui présentera Hommage à Félix Leclerc le 14 novembre et Renée Claude, la mémoire du cœur le 15 novembre (osm.ca/fr/concerts). Du 30 novembre au 23 décembre, elle sera du spectacle Noël, une tradition en chanson (productionsmartinleclerc.com). 

À lire aussi

Et encore plus