Jonathan Roy dévoile un projet secret auquel il a participé | 7 Jours
/magazines/7jours

Jonathan Roy dévoile un projet secret auquel il a participé

Image principale de l'article Jonathan Roy révèle un projet secret
Mathieu Belanger/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Dans les derniers mois, Jonathan Roy a sillonné les États-Unis dans son véhicule récréatif. Maintenant revenu au Québec, il s'est entretenu avec le magazine 7 Jours pour parler de son prochain album, ainsi que d'un projet secret auquel il a pris part.

«J’ai participé à l’émission America’s Got Talent! Un recherchiste m’a tout d’abord contacté pour m’offrir d’auditionner. Le timing était bon: j’étais en train de travailler sur mon album à Los Angeles, et j’avais donc le temps de plonger dans cette aventure. J’ai passé trois premières auditions fructueuses, suivies d’une quatrième devant les membres de la production. Puis j’ai finalement auditionné devant les juges de ce populaire concours télévisé»

Malheureusement, on ne pourra pas voir la performance du Québécois à la télévision. En effet, même si les juges ont voté pour lui, ce ne sont pas tous les artistes choisis par les juges qui se retrouvent en ondes.

Malgré tout, Jonathan Roy garde un beau souvenir de son aventure.

«Cela dit, je ne regrette rien, puisque j’ai eu la chance de chanter devant le producteur de renommée mondiale Simon Cowell. Et puis, cette aventure m’a confirmé que la musique me fait toujours autant vibrer. Quand je suis sur une scène, je me sens vivant», mentionne l'artiste.

Mathieu Belanger/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

Le prochain album de Jonathan, qui sera son cinquième en carrière, aura, selon ses dires, un son plus rock. On peut d'ailleurs se faire une idée en écoutant sa plus récente pièce, intitulée Keeping Me Alive.

«L’inspiration de Keeping Me Alive m’est venue alors que je vivais une période de remise en question. La vie est semblable à des montagnes russes, faite de hauts vertigineux, mais également de creux. Lorsqu’on vit une période difficile et que l’on combat des démons intérieurs, que ce soit à cause de la maladie, de la drogue, de l’alcool, de la dépression ou d’une peine d’amour, il faut relever la tête et continuer d’avancer vers ce qui nous garde vivant», mentionne-t-il.

Lisez l'entrevue complète avec Jonathan Roy dans la plus récente édition du magazine 7 Jours

Sur le même sujet

À lire aussi

Et encore plus