«Les gens qui ont été maltraités ne pensent pas avoir droit au bien-être» -Marie Laberge | 7 Jours
/magazines/7jours

«Les gens qui ont été maltraités ne pensent pas avoir droit au bien-être» -Marie Laberge

Image principale de l'article Traverser la nuit, nouveau roman

Les romans de Marie Laberge sont toujours attendus, et pour cause! L’auteure a le don de nous plonger dans ses univers remplis de personnages attachants. Dans Traverser la nuit, son 14e récit, elle raconte le parcours d’une femme extrêmement discrète, Emmy, qui décide de tout quitter pour finalement partir à la recherche d’elle-même. Il en résulte un roman d’une grande douceur, mais également d’une grande force...   

Ce roman est assez court: 184 pages. Était-ce voulu?  

Ça ne pouvait pas être une brique. Je n’aurais pas été capable. Emmy est totalement étrangère à moi... J’ai essayé de voir ceux à qui on ne donne rien. J’ai imaginé Emmy à notre façon de ne pas voir certains êtres humains. On ignore nos devoirs envers eux, comme on le fait avec nos aînés. On vit dans une ère égocentrique, on juge à l’aune de notre propre validité. Le point de départ de cette histoire est une naissance perçue comme une erreur. Reste-t-on une erreur toute sa vie? Emmy a juste un désir d’être, mais la peur l’en empêche. Le mépris de l’autre est une prison.    

Comment est née cette histoire?  

Elle est née avec cette question: comment peut-on traverser sa vie alors que personne ne nous voit tel qu’on est? C’était tellement opaque qu’il fallait que je mette Emmy sur papier pour la comprendre. Elle était tout le temps dans mon esprit. Je ressentais Emmy; elle avait un tel besoin de douceur que je pense que j’en avais besoin moi aussi. Quand Raymonde lui offre sa cuisine — sa façon de jouir de la vie —, c’est pour montrer à Emmy ce que c’est. Elle ne le sait pas. Raymonde lui offre un peu de paix, quelque chose de paisible. Je sentais Emmy en péril, mais entre bonnes mains. Ce qui fait que généralement elle ne s’attache pas, c’est que le manque lui semble plus dur à supporter que l’absence de douceur. Les gens qui ont été maltraités ne pensent pas avoir droit au bien-être.   

Emmy rencontre sur sa route Jackie, puis Raymonde, deux femmes qui vont changer son destin...  

Jackie est fascinée par cette femme, allant jusqu’à lui demander si elle a été privée de curiosité tant elle ne réagit pas à ses propos. Emmy devient un défi pour elle... Quant à Raymonde, elle est la bienveillance incarnée. Cette gentillesse, ce sont les petits maillons qui forment l’humanité dans ce qu’elle a de plus beau. Ces trois personnages sont plus grands que nature.    

Que souhaitez-vous aux lecteurs qui vont lire Traverser la nuit?  

J’espère qu’ils vont recevoir de la lumière et de l’espoir en le lisant. Tant que les humains existeront, il restera de l’humanité. Je raconte juste qui est Emmy et j’espère qu’elle va toucher autant les lecteurs qu’elle m’a touchée moi.   

Photo : Courtoisie

 

À lire aussi

Et encore plus