Silicon Valley: la fabrique des géants | Au centre du monde | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Silicon Valley: la fabrique des géants | Au centre du monde

Lundi 21 h, Explora (1er de 3 épisodes)

Les pères de la Silicon Valley, David Packard et William Hewlett.
Photo : Explora

Les pères de la Silicon Valley, David Packard et William Hewlett.

Au cours des dernières décennies, la Silicon Valley n’a pas cessé de se réinventer afin de demeurer le plus grand et le plus avant-gardiste des centres technologiques du monde. Pour savoir comment, on écoute le documentaire Silicon Valley: la fabrique des géants

Depuis près de 90 ans, tous les regards sont tournés vers la Silicon Valley, dont les innovations technologiques, électroniques et informatiques continuent de dicter les tendances mondiales. Si on en croit les intervenants de Silicon Valley: la fabrique des géants, un documentaire de Michael Schwarz, la plus grande innovation de la vallée n’est cependant pas l’une de ses dizaines d’entreprises milliardaires. Ce serait plutôt la vallée elle-même, qui a su surmonter tous les défis grâce à son héritage de créativité, de liberté et de partage des idées. 

La méthode HP

C’est en 1938 que Frederick Terman, professeur à l’Université Stanford, décide de financer le projet de deux anciens étudiants afin de les encourager à s’établir en Californie. David Packard et William Hewlett, qui travaillent dans leur garage, fondent alors la compagnie Hewlett-Packard à Palo Alto. Leur oscillateur audio et leur calculatrice scientifique connaissent le succès, mais pas autant que leur méthode de travail moderne, axée sur le bien-être des employés et l’échange intellectuel. 

L’oscillateur audio d'HP est un tel succès que bien des compagnies, comme Ampex, surfent sur cette idée.

Photo : Explora

L’oscillateur audio d'HP est un tel succès que bien des compagnies, comme Ampex, surfent sur cette idée.

La vision de HP est si emballante que huit scientifiques et ingénieurs s’en inspirent pour fonder Fairchild Semiconductor, en 1957. Quelques mois plus tard, c’est la révolution: grâce à un nouveau procédé qui permet de relier de minuscules transistors de silicium sur un circuit intégré, Charlie Spock et ses collègues créent la puce électronique avant d’empocher pas moins de 20 millions de dollars en deux ans.

Au centre de recherche de Palo Alto, le bien-être et le partage sont les priorités.

Photo : Explora

Au centre de recherche de Palo Alto, le bien-être et le partage sont les priorités.

Enfants de la révolution

Les cofondateurs de l’entreprise sont des têtes fortes, et ils décident bientôt de prendre des chemins séparés. En 1961, la fragmentation de l’équipe annonce un tournant historique, puisque des dizaines de sociétés évaluées à plus de 2000 milliards de dollars en découleront au fil des décennies suivantes. Parmi les «Fairchildren» qui ont donné son nom à la Silicon Valley, on retrouve notamment Intel, qui monopolise le marché de la puce à mémoire vive pendant sept ans. 

L’ordinateur personnel compte évidemment parmi les plus importantes innovations de la vallée.

Photo : Explora

L’ordinateur personnel compte évidemment parmi les plus importantes innovations de la vallée.

Malheureusement, les espions asiatiques n’hésitent pas à profiter de la générosité intellectuelle des propriétaires d’Intel pour voler leurs idées et prendre le contrôle du marché dès 1985. Pour des spécialistes de la finance tels qu’Arthur Rock, il est clair que c’est la fin de la vallée... mais Intel a tôt fait de leur prouver le contraire en lançant le microprocesseur. 

Une usine à idées

Ébranlée par l’éclatement de la bulle Internet de 1995, puis par l’effondrement du NASDAQ de 2000, la Silicon Valley tient bon. Malgré les échecs, les entrepreneurs bénéficient en effet de l’aide d’investisseurs qui transforment la vallée en véritable incubateur d’idées. Les jeunes pousses se multiplient à une vitesse folle et elles n’hésitent d’ailleurs pas à redonner au suivant: c’est le cas de Paypal, rachetée par eBay en 2002, qui finance 80 % des projets qu’on retrouve dans la Silicon Valley. 

La «Paypal Mafia», composée de compagnies telles que Facebook, LinkedIn et Yelp, représente aujourd’hui plus de 100 milliards de dollars. Bien que cette manne attire les esprits les plus ambitieux, elle n’est pas sans défauts: par exemple, l’anthropologue Jan English-Lueck explique qu’on y retrouve une culture masculiniste toxique, ainsi qu’une disparité socioéconomique extrême. On ne doute cependant pas que les entrepreneurs de la vallée sauront corriger ces défauts grâce à la créativité et l’ouverture d’esprit qui ont fait leur succès!

Dans les épisodes suivants

Après avoir découvert l’histoire de la Silicon Valley, on s’intéresse à ses secrets les mieux gardés dans la seconde partie de Silicon Valley: la fabrique des géants. Le troisième et dernier épisode de la série nous amène finalement à la rencontre des grands noms qui ont participé à forger sa légende!

À lire aussi

Et encore plus