Coups de food | Cinq saisons de gourmandise | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Coups de food | Cinq saisons de gourmandise

Vendredi le 11 octobre à 22 h, Zeste (Début de la saison 5)

Patrice Robitalle et l’animateur, Sébastien Benoit.
Photo : © Zeste

Patrice Robitalle et l’animateur, Sébastien Benoit.

Depuis cinq ans déjà, Sébastien joue les gourmands à Coups de food en découvrant les adresses gourmandes préférées des personnalités d’ici. Il nous met l’eau à la bouche avec le menu de sa savoureuse nouvelle saison!

Sébastien, croyez-vous que partager des repas avec vos invités permet de créer des liens plus profonds avec eux que lors d’entrevues conventionnelles?

C’est certain que la nourriture évoque toujours des souvenirs d’enfance, ça peut faire tomber des barrières et susciter des confidences. Je crois toutefois que la grande force de Coups de food est la longue période de temps que je passe avec mes invités. Nous les convoquons à 8 h 15 le matin et les libérons à 22 h 30 le soir, après avoir visité quatre commerces différents. Cette journée bien remplie me permet de créer des liens plus forts. 

Les menus sont costauds dans Coups de food. Comment préparez-vous votre corps à consommer autant de bonnes choses?

Je n’ai pas besoin de me préparer vraiment tellement je suis un gars gourmand de nature! Heureusement, je suis aussi très actif. Je m’entraîne au moins cinq jours par semaine. Pour moi, une journée où je ne bouge pas est une journée perdue. Ça me permet de garder mon métabolisme bien en santé. 

Vous déplacez-vous beaucoup d’une ville à l’autre cette saison?

Je suis heureux que deux épisodes soient tournés à Québec, ceux avec Patrice Robitaille et Ève-Marie Lortie. Nous n’y étions pas retournés depuis la deuxième saison de l’émission et je crois que c’était nécessaire d’y revenir. Nous visiterons aussi Sherbrooke pour la première fois, avec Pierre Hébert. Autre première: nous allons dans la région de Kamouraska avec Normand Laprise, le chef du Toqué. C’est dans ce coin qu’il a grandi. Il nous amène rencontrer des producteurs avec lesquels il fait affaire en restauration. J’ai mangé du phoque lors de cette journée!

Photo : © Zeste

Est-ce que tourner avec un chef réputé comme Normand Laprise est spécial?

Ce que j’aime de Coups de food, c’est que chaque épisode prend la couleur de l’invité. Kevin Raphaël, avec qui j’ai notamment mangé de la cuisine haïtienne, connaît très bien les endroits où il m’emmène, mais il ne peut pas analyser chacune de ses bouchées comme le fait Normand Laprise. L’épisode avec lui va plus dans l’humour tandis que celui avec Normand Laprise est plus cérébral.

Comment êtes-vous reçu par les restaurateurs?

Hyper bien! Après cinq saisons, j’ai la confiance de dire que notre passage fait la différence sur le plan de l’achalandage dans les commerces visités et que le mot s’est passé. C’est crayon à la main que nos téléspectateurs regardent l’émission pour noter de nouvelles découvertes gourmandes. Certains s’organisent même des «journées Coups de food». Mais au-delà de la possible augmentation d’achalandage, les commerçants sont heureux de nous recevoir parce qu’ils savent que nous mettons leur travail en valeur. 

Vous avez goûté à toutes sortes de mets au fil des saisons. Y a-t-il des aliments que vous n’aimez pas?

Les fidèles téléspectateurs savent que je n’aime pas beaucoup les huîtres. J’ai beau essayer et réessayer d’en manger, je ne comprends pas. Je ne raffole pas, non plus, des cœurs de palmier, des champignons et des oignons crus. Je le dis ouvertement et ça m’arrive quand même d’en manger. Cette saison, Karine Gonthier-Hyndman a choisi La boîte aux huîtres au Marché Jean-Talon. Le propriétaire, Luciano, a été très gentil et a essayé de trouver parmi toute sa variété de produits une huître qui rendrait mon expérience plus agréable. Et effectivement, elle l’a été.

Charlotte Aubin sera une invitée au cours de la saison.

Photo : © Zeste

Charlotte Aubin sera une invitée au cours de la saison.

Le premier épisode de la saison nous amène à la rencontre de Patrice Robitaille. À quoi peut-on s’attendre?

Je connais bien Patrice, avec qui je joue au hockey, et je le trouve extrêmement drôle. Il a grandi à Québec et adore y revenir. Avec lui, nous visitons un buffet pour une rare fois à l’émission. C’est le buffet déjeuner du Château Frontenac et je peux vous dire qu’il est parfait! Nous découvrons aussi la sympathique terrasse de L’Échaudé dans le Vieux-Québec, ainsi que Louise Taverne et bar à vins. On termine cette journée gourmande chez Patente et Machin.

Patrice et Sébastien sont allés au buffet déjeuner du Château Frontenac.

Photo : © Zeste

Patrice et Sébastien sont allés au buffet déjeuner du Château Frontenac.

À lire aussi

Et encore plus