Doc humanité: Aznavour, autobiographie | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Doc humanité: Aznavour, autobiographie

Samedi le 28 septembre à 22 h 30, Radio-Canada

Image principale de l'article Charles Aznavour par lui-même

Artiste de légende, Charles Aznavour a été mille fois raconté, mais jamais comme le fait le documentaire Aznavour, autobiographie. Le chanteur passionné de photographie et de vidéo y relate lui-même les moments forts de sa vie grâce à plus de 21 heures d’archives personnelles. Un salut de l’au-delà, puisque l’artiste s’est éteint le 1er octobre 2018, à 94 ans.

Pendant 70 ans, Charles Aznavour a documenté sa vie trépidante. De Las Vegas à Hong Kong, où il a composé Emmenez-moi, il a capté les visages des membres de sa famille, de ses proches et de parfaits inconnus. Ses clichés et ses vidéos traduisent sa vie en images dans le documentaire Aznavour, autobiographie, présenté en deux parties d’une heure dans le cadre de Doc humanité. Ils sont complétés par le travail du réalisateur Marc di Domenico, qui a suivi Aznavour de 2014 jusqu’à la fin de sa vie. 

Un drôle de numéro

Sans narration ni question formelle, le documentaire montre Aznavour tel qu’il était. Rien n’a été maquillé, ni son franc-parler, ni les faiblesses de son âge, ni son humour bien particulier. «Les enfants, j’aime bien me marrer, j’aime bien dire des conneries. C’est ma joie», disait-il en riant. On apprend par ailleurs que son humour rempli de jeux de mots tapait sur les nerfs de Lino Ventura, son compagnon d’Un taxi pour Tobrouk — un des nombreux films auxquels il a pris part.

Lino Ventura n’est pas le seul à avoir goûté aux rigolades de Charles. Celui qui a habité huit ans chez Édith Piaf avouait y ramener des filles constamment. Il arrivait à les draguer justement parce qu’il les faisait monter dans la voiture de la chanteuse — une plaque à son nom était posée dans l’habitacle. Les conquêtes d’Aznavour demeuraient parfois chez Édith quelques nuits, mais seulement si elles avaient l’approbation de madame Piaf elle-même. 

Celles qu’il a aimées

Il est beaucoup question des femmes de la vie d’Aznavour dans le documentaire, surtout de Micheline, la première, qu’il a quittée en ami, et de la dernière, Ulla Thorse. Quant à Evelyn Plessis, avec qui il a convolé en secondes noces, il disait principalement que ses amours avec elle avaient été des plus compliquées. «La première, j’étais trop jeune; la deuxième, j’étais trop con; la troisième, ça va très bien», disait-il pour résumer sa vie matrimoniale.

Photo : Radio-Canada

On voit aussi ses enfants grandir et passer de bambins à adultes, puis à protecteurs de leur papa vieillissant. Katia, par exemple, qui suivait son père en tournée en tant que choriste, était toujours nerveuse pour lui, même s’il a composé plus de 1200 chansons, chanté en huit langues et vendu près de 180 millions de disques. 

Si Aznavour a été le père de six enfants, seuls Seda, Katia, Mischa et Nicolas sont mentionnés dans la première partie du documentaire.

Les copains 

Au cours de sa carrière impressionnante, qui lui a valu la 2618e étoile du Hollywood Walk of Fame, Charles Aznavour s’est fait de nombreux amis célèbres, dont il dévoile un portrait bien personnel grâce à ses archives. Son ami Frank Sinatra disait de lui: «C’est l’un des plus grands artistes du monde. Il a mis tout le monde à genoux, à Hollywood.» Plus récemment, Carla Bruni traduisait pour lui en italien Sa jeunesse devant l’œil de la caméra. Triste, il évoquait ses copains perdus, dont Charles Trenet, avouant qu’il a toujours préféré s’entourer d’homosexuels, comme son ami Michou, le directeur de cabaret. «J’ai beaucoup plus d’affinités avec les gais qu’avec les autres. Si je ne suis pas gai, c’est vraiment parce que je n’étais pas fait pour», expliquait le chanteur, dont la composition Comme ils disent a été un premier hymne pour la communauté gaie.

Photo : Radio-Canada

Bien qu’on ait, grâce à Aznavour, autobiographie, accès à l’authenticité de l’homme et à son regard sur sa vie, le documentaire n’est pas là pour relater les faits d’armes de l’étoile décédée ou pour rappeler les épreuves qu’elle a dû traverser, à la manière d’une musicographie. Les fans aimeront plutôt voyager avec leur idole à travers les souvenirs qu’elle chérissait.

À lire aussi

Et encore plus