Révolution | La magie au rendez-vous | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Révolution | La magie au rendez-vous

Dimanche 22 septembre à 19 h, TVA (Début de la saison 2)

Les maîtres, Lydia Bouchard, Les Twins et Jean-Marc Généreux, et l’égérie, Sarah-Jeanne Labrosse.
Photo : © TVA

Les maîtres, Lydia Bouchard, Les Twins et Jean-Marc Généreux, et l’égérie, Sarah-Jeanne Labrosse.

L’automne dernier, de prestation en prestation, les danseurs de Révolution nous ont si bien charmés que nous pouvons nous demander si c’est possible de craquer autant pour ceux de la nouvelle saison. Or, selon Jean-Marc Généreux, Lydia Bouchard et les Twins, d’autres coups de foudre sont à prévoir. Et, pour une fois, les maîtres sont unanimes, comme nous l’explique Jean-Marc Généreux.

Jean-Marc, est-ce difficile de ne pas comparer les danseurs de la deuxième saison aux participants de l’an dernier?Je sais par expérience — pour avoir jugé So You Think You Can Dance America, So You Think You Can Dance Canada et Danse avec les stars en Europe — qu’on ne peut pas échapper au jeu de la comparaison... mais seulement pendant la première émission! (rires) Rapidement, on se laisse à nouveau porter par l’interprétation, l’originalité, le courage et la fragilité du danseur sur la scène, puisque chaque prestation est unique.  

Jean-Marc Généreux

Photo : Dominic Gouin

Jean-Marc Généreux

Que pouvez-vous nous dire sur la deuxième saison? 

Les participants ont regardé Révolution l’automne dernier, ils savent dans quoi ils s’embarquent et ils sont prêts! Que ce soit en solo, en duo ou en groupe, les danseurs ont élevé la qualité des prestations de plusieurs crans! Ils ont apprivoisé la machine, et les Révolutions sont tout simplement ma-la-des! D’ailleurs, ma femme, France, une ancienne danseuse de ballroom, a assisté à quelques tournages et a été ébahie par le niveau de talent.  

Avec tout ce talent, ce doit être encore plus difficile de juger les auditions! 

Oui, en effet. Lorsque nous ne retenons pas un danseur, il faut lui donner le plus d’informations possible pour qu’il sache ce qu’il doit améliorer, tout en restant brefs pour les besoins de la production. Voilà tout un défi! Lors du premier face à face, notre productrice est venue nous voir, Larry, Laurent, Lydia et moi, pour nous demander de faire des commentaires plus concis: nous avions parlé 19 minutes avec le premier danseur, et il nous restait sept autres prestations à juger! (rires)  

Tu es reconnu pour tes commentaires colorés. Y aura-t-il d’autres envolées à la «Oh! la, la, chihuahua»?  

Cet été, me suis beaucoup promené au Québec avec ma femme et ma fille Francesca. Dans chaque endroit public, on me saluait avec un «Oh! la, la, chihuahua!» J’aimerais vous dire que je suis un génie du marketing, que j’ai créé cette expression dans le but d’établir une marque de commerce et vendre des t-shirts, mais non! Ce sont des commentaires qui me viennent spontanément lorsqu’une prestation fait chavirer mon cœur de danseur.  

Le point de vue des autres maîtres 

Lydia Bouchard

Photo : Dominic Gouin

Lydia Bouchard

Lydia: «Nous avons tous le sentiment d’avoir vécu un moment précieux l’automne dernier, non seulement entre nous, mais aussi collectivement, avec tout le Québec! Jean-Marc, Larry, Laurent et moi croisons les doigts pour que cette magie, qu’on ne peut pas contrôler, soit de nouveau au rendez-vous! Et ça s’annonce bien, puisque la complicité est incroyable sur le plateau. J’ai l’impression d’avoir repris là où nous nous étions quittés.» 

 

Les Twins

Photo : Eric Myre

Les Twins

Les Twins: «New York, Paris, Japon, Hawaii, Los Angeles... Mon frère et moi, nous avons beaucoup voyagé ces derniers mois dans le cadre de notre métier. Nous avons travaillé non seulement comme danseurs, mais également comme acteurs, designers et mannequins. Cependant, lorsque nous avons retrouvé nos sièges de maîtres à Révolution, nous nous sommes sentis... à la maison!» raconte Laurent. «Le public québécois nous a rapidement adoptés. Sur le plateau de Révolution, nous retrouvons notre deuxième famille», enchaîne Larry. 

Secret de tournage 

À la suite d’une prestation, les maîtres doivent donner leurs commentaires à chaud aux danseurs. «Parfois, je ne comprends pas pourquoi mes collègues ont apprécié la chorégraphie, alors que je ne la trouvais pas tout à fait au point, ou vice versa. Donc, une fois que le régisseur crie “Coupez”, nous continuons à discuter durant les pauses. Et les discussions sont parfois très animées!» souligne Jean-Marc Généreux. 

À lire aussi

Et encore plus