Rencontre | Maria Bello, de NCIS | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

Rencontre | Maria Bello, de NCIS

«C’est un vrai plaisir de jouer avec Mark Harmon»

Image principale de l'article Maria Bello, de NCIS
Photo : Getty Images

L’actrice de 52 ans s’est jointe à NCIS pour prêter ses traits à Jacqueline Sloane, une psychologue qui n’a pas peur de tenir tête à Gibbs, le chef d’équipe. Femme de caractère révélée à la fin des années 1990 dans Urgences, Maria Bello s’est confiée à TV Hebdo lors de son passage au Festival de Télévision de Monte-Carlo.

Pourquoi aimez-vous le personnage de Jacqueline Sloane, que vous jouez depuis la 15e saison de NCIS?

Ce que j’apprécie chez elle, c’est qu’elle est sur un pied d’égalité avec Gibbs (Mark Harmon). Elle ne travaille pas pour lui, et il ne travaille pas pour elle. Ce sont des collègues qui éprouvent un vrai respect l’un pour l’autre. Pour que j’accepte le rôle, c’était vraiment important qu’il y ait cette égalité, surtout à mon âge et en tant que femme. Je voulais m’assurer d’incarner un personnage qui dispose d’un certain pouvoir.

Comment s’est passée votre intégration dans une série où tout le monde se connaît depuis des années? 

Ça s’est fait facilement, de façon très naturelle. C’est un vrai plaisir de jouer avec Mark Harmon. C’est un gars très sympathique et fiable. Je suis ravie de me retrouver sur un plateau tous les jours avec des gens que j’apprécie. Tout va de mieux en mieux. On travaille dur, pratiquement 10 mois par an, pour tourner 24 épisodes. Malgré ça, je suis toujours très heureuse d’aller au travail. Faire partie d’une série qui a autant de succès est vraiment agréable.

Avec Mark Harmon dans la série.

Photo : Getty Images

Avec Mark Harmon dans la série.

Jouer dans une série à succès vous assure également une certaine stabilité. Avez-vous eu peur, à un moment dans votre carrière, que le téléphone ne sonne plus et qu’on ne vous propose plus de rôles?

Je suis souvent passée d’un rôle à l’autre sans jamais savoir ce que j’allais faire ensuite. Il y avait quelque chose d’exaltant là-dedans. Avant de me joindre à NCIS, je ne savais pas si j’étais faite pour travailler avec la même équipe, au même endroit, durant plusieurs années. J’étais un peu nerveuse à l’idée de m’engager dans un contrat de longue durée, mais je dois avouer aujourd’hui que je me sens beaucoup plus épanouie dans la vie. C’est une vraie bénédiction. J’ai plus de tranquillité pour développer d’autres projets, comme la production de films ou l’écriture de livres.

Avec les autres comédiens de NCIS.

Photo : SERIES+

Avec les autres comédiens de NCIS.

Qu’aimez-vous faire quand vous ne travaillez pas?

Je lis beaucoup de livres et j’aime aussi cuisiner à la maison. Je tiens ça de ma mère (Kathy Bello), qui a publié un livre de recettes en 2011. Elle m’en a enseigné quelques-unes. Je prépare des plats tout le temps. C’est la chose qui m’excite le plus quand je rentre à la maison après une journée de tournage: essayer de nouvelles recettes! Pour mon anniversaire, en avril, j’ai reçu des amis à la maison et j’ai préparé 200 boulettes de viande! 

Gardez-vous de bons souvenirs de votre passage dans les troisième et quatrième saisons d’Urgences, où vous incarniez la Dre Anna Del Amico?

Ç’a été un de mes premiers rôles importants, je commençais dans le métier, et j’étais vraiment une «enfant sauvage»! J’étais un peu trop immature à l’époque pour vraiment apprécier ce que je faisais sur le moment. Avec le recul, je me dis que j’aurais dû rester dans Urgences plus longtemps, mais je voulais essayer beaucoup d’autres choses et me lancer dans le cinéma. 

Quelle est votre plus grande crainte aujourd’hui?

Que Trump soit réélu! C’est ma hantise de voir mon pays devenir celui de la série La servante écarlate, où les femmes sont privées de leurs droits. Il faut encore se battre aujourd’hui pour le droit à l’avortement, et ça m’inquiète énormément. 

En 16 ans d’existence, la série NCIS n’a jamais été récompensée aux Emmy Awards (les Oscars de la télévision), malgré son énorme succès auprès du public. Comment expliquer ce manque de reconnaissance?

C’est difficile à expliquer, mais, ce qui est sûr, c’est que les gens aiment la série. Et ce qui compte, c’est la reconnaissance du public. Dans le fond, c’est tout ce qui m’importe.

La 16e saison de NCIS est présentée le lundi à 20 h, à Séries+

À lire aussi

Et encore plus