L’envers du personnage | Raphaël Boudrias de L'heure bleue | 7 Jours
/magazines/tvhebdo

L’envers du personnage | Raphaël Boudrias de L'heure bleue

Un rebelle fragile

Jean-Philippe Perras dans le rôle de Raphaël.
Photo : Eric Myre

Jean-Philippe Perras dans le rôle de Raphaël.

Maintenant que Raphaël a développé des relations plus saines avec son père, sa mère, Véronique, débarque dans sa vie et brasse son quotidien. L’auteur de L’heure bleue Michel d’Astous nous en dit plus long sur ce bum qu’on se plaît à aimer.

Comment imaginez-vous Raphaël enfant?

Raphaël a été un enfant abandonné qui s’est construit une carapace de petit baveux. À un moment donné, il est devenu obsédé par l’image de sa mère partie. Dans ses fantasmes, il se l’imaginait comme la princesse rebelle qui reviendrait le sauver.

Quels traits de caractère a-t-il hérités de Véronique (Pascale Bussières)?

Il a hérité de sa tendance aux excès et de son instabilité. Lorsqu’il découvre que sa mère a eu des problèmes de drogue, tout comme lui, il éprouve un certain soulagement. C’est comme s’il comprenait mieux son ADN. Avec Bernard (Benoît Gouin), il a toujours peur de se faire juger.

Que retient-il de son père, justement?

Je crois qu’il a sa bonté et sa ténacité. Il l’aime profondément et a beaucoup d’admiration pour lui. 

Mis à part Bernard, qui est son meilleur allié?

Je pense que c’est Normand (Jean Petitclerc). Ils ont des personnalités à l’opposé l’une de l’autre, mais le côté ordonné de Normand tempère Raphaël. Et Normand a sans contredit de l’affection pour lui. 

Quelle femme serait la bonne pour Raphaël?

Je ne sais pas s’il est capable d’une relation durable. Celle avec qui il s’est le plus approché de l’amour, c’est Pauline (Sylvie Moreau), même s’il l’a trompée. Elle était sans doute trop dépendante de lui, et Raphaël n’avait pas les épaules assez solides pour être le leader de son couple. Simone (Véronique Beaudet) savait où elle frappait lorsqu’elle lui a dit qu’il était un perdant sans envergure, parce que c’est ce que Raphaël pense de lui-même.

C’est avec Pauline que Raphaël a connu ce qui, pour lui, se rapproche le plus d’une histoire d’amour.

Photo : Eric Myre

C’est avec Pauline que Raphaël a connu ce qui, pour lui, se rapproche le plus d’une histoire d’amour.

Quelles sont ses ambitions?

Il veut devenir quelqu’un, aux yeux de ses parents en premier lieu, puis à ceux de tout le monde. Il cherche la reconnaissance et le succès, car il a très peu confiance en lui.

Au début, Raphaël n’était pas un personnage très aimé du public, alors qu’aujourd’hui il a toute sa sympathie. Quand le vent a-t-il tourné, selon vous?

C’est lorsque d’autres personnages se sont mis à être plus méchants que lui. Au début de la série, il était évident qu’il voulait manipuler son père, mais tout aussi évident qu’il cherchait surtout son amour. Quand Bernard et Anne-Sophie (Céline Bonnier) se sont montrés trop durs envers lui, le public s’est mis à vouloir le pendre sous son aile.

Le jeune homme s’est beaucoup rapproché de son père au cours de la dernière saison.

Photo : Eric Myre

Le jeune homme s’est beaucoup rapproché de son père au cours de la dernière saison.

La hache de guerre n’est pas complètement enterrée entre Raphaël et Anne-Sophie. La paix est-elle possible?

Jamais elle ne lui fera confiance; il l’a quand même étranglée dans le passé! Ils ont fini par se dire leurs quatre vérités, mais ils ne deviendront pas des alliés. Pour lui, elle restera toujours la belle-mère qui a volé son père à sa mère, même si Véronique était partie d’elle-même.

L’arrivée de Véronique bouleverse Raphaël qui, pour le moment, ne veut rien avoir à faire avec sa mère.

Photo : Eric Myre

L’arrivée de Véronique bouleverse Raphaël qui, pour le moment, ne veut rien avoir à faire avec sa mère.

Raphaël deviendra-t-il père un jour?

Je ne crois pas qu’il souhaite fonder une famille. Par contre, si ça lui arrivait, ça pourrait être une félicité pour lui. Un bébé est prêt à aimer dans le moment présent, sans juger le passé. Raphaël serait sûrement un bon père, puisqu’il voudrait être à la hauteur de Bernard.

Jean-Philippe Perras n’était pas encore très connu lorsqu’il a obtenu le rôle de Raphaël. Qu’avez-vous vu en lui?

De prime abord, nous cherchions un acteur au look de bum, puis nous avons vu Jean-Philippe. Avec son allure de beau garçon, il apportait quelque chose de très différent au personnage, une sorte de fragilité qui lui était propre.

Où imaginez-vous Raphaël dans 20 ans?

Ce que je lui souhaite et ce que je pense réellement qui pourrait lui arriver ne sont pas les mêmes choses. De façon un peu cliché, je lui souhaite de trouver un bonheur familial et d’être en paix avec lui-même. Cependant, son instabilité me laisse plutôt croire qu’il restera toujours un rebelle. Ce n’est pas grave, parce qu’il n’est pas vraiment méchant. Il ne fait pas de mal autour de lui. 

Que lui arrivera-t-il cette saison?

Il suivra une forme de thérapie en côtoyant sa mère. Ce sera un voyage initiatique plutôt pénible. Alors que, d’habitude, c’est lui qui brasse les autres, il rencontrera plus fort que lui à ce petit jeu.

À lire aussi

Et encore plus