Matt Holubowski: un gosseux de chansons | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Matt Holubowski: un gosseux de chansons

Image principale de l'article Un gosseux de chansons
Photo Agence QMI, Dominick Gravel

À la demande de la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants, Matt Holubowski a récemment accepté de revisiter sa chanson Exhale-Inhale pour la transformer en berceuse. Un travail qu’il a trouvé très stimulant. «Au moment où la proposition est arrivée, j’avais un peu de mal avec l’écriture de mes nouvelles chansons. Ça m’a fait du bien de sortir de ma bulle pour retravailler cette chanson-là. J’étais dans un chalet pour une retraite de quelques jours dans les bois. Habituellement, ces moments où je suis loin de tout sont très “intérieurs” pour moi, mais ça m’a donné l’occasion d’être un peu nostalgique en repensant à la raison pour laquelle je l’ai écrite, d’où elle venait, au chemin qu’elle a fait et à celui qu’elle va faire sous une nouvelle forme.» Il reconnaît que si on lui avait donné le choix, il aurait certainement opté pour une autre de ses chansons. «Mais je comprends ce choix: c’est une des chansons les plus populaires de mon répertoire. Il a quand même fallu que je la retravaille en profondeur.»

Si c’est la première fois qu’il fait ce travail de relecture sur un de ses anciens titres, Matt Holubowski a confié avoir pas mal changé sa façon de travailler dans la dernière année. «Habituellement, j’écrivais une chanson et je la faisais comme elle sortait, c’est tout. Si je ne la trouvais pas assez bonne dans sa forme originale, je l’oubliais et je passais à autre chose. Je ne faisais pas de travail de correction pour l’arranger comme je voulais.» Mais cette façon de faire, un peu intransigeante, est désormais chose du passé. «Maintenant, je compose une chanson, puis j’essaie de la retravailler. Je change d’instrument, en passant par exemple de la guitare au piano, ou je change le tempo. Je tente davantage d’habiller les chansons de façon différente. Dans le monde du folk, c’est très puriste, avec des instruments acoustiques. Et on dirait que j’associais la pureté de cette musique avec un moment parfait. J’étais un peu obsédé par le désir de capter le moment, plutôt que de penser à forger quelque chose de magnifique.» 

On devrait donc ressentir les effets de ce nouveau travail sur son prochain album, dont la sortie est prévue en février 2020. «L’écriture a commencé à Banff l’an dernier et s’est poursuivie durant mes deux mois en Pologne, où je me suis rendu à la fin de ma tournée. C’est un processus qui dure depuis un bout de temps. Ce n’est pas forcément le voyage qui m’inspire; c’est plutôt le retrait, le fait de me retrouver seul et isolé.»

À lire aussi

Et encore plus