Maïka Desnoyers dévoile son corps post-accouchement pour exposer la réalité | 7 Jours
/news/nouvelles

Maïka Desnoyers dévoile son corps post-accouchement pour exposer la réalité

Dans le but de montrer la vraie réalité qui suit un accouchement, Maïka Desnoyers a dévoilé des photos de son corps post-accouchement sur son Instagram.  



Celle qui a accouché de la petite Livia le 21 août dernier a tenu à passer un message important à travers un carrousel composé de clichés la montrant à différents stades après sa grossesse : douze heures après l’accouchement, une semaine, puis deux semaines.

Sur les images, on peut toujours apercevoir son ventre rebondi, ce qui est tout à fait normal, a tenu à souligner l’animatrice.     



«Comme vous pouvez voir, le corps ne reprend pas sa forme immédiatement après un accouchement, et c’est normal... Livia est née il y a trois semaines et j’ai encore 35 livres à perdre pour retrouver mon poids d’avant grossesse!»

Elle avoue qu’elle n’aurait auparavant «jamais voulu montrer ces photos», mais que «dans un monde où la pression face à la perfection est si intense», elle jugeait crucial de montrer la réalité, telle qu’elle est, en faisant un parallèle avec les images auxquelles les femmes sont constamment confrontées.     



«Des filles qui reprennent leur shape rapidement, il y en [a]... et elles sont chanceuses en titi (et souvent elles s’entraînent et mangent supers (sic) bien, alors elles ont toute mon admiration )... mais la majeur partie des femmes prendront des mois avant de retrouver leur corps d’avant. Parfois, elles ne le retrouveront pas. Et vous savez quoi? C’est la vie!!», a illustré celle qui est en couple avec Étienne Boulay.

À ses yeux, le corps de la femme mérite «un peu de respect et de compassion», car c’est ce dernier qui fabrique les enfants.     



Son témoignage, qui a été «aimé» près de 13 000 fois, a été accueilli de manière très positive dans les commentaires, alors que plusieurs femmes ont salué ses propos, en plus de se reconnaître dans ceux-ci.      

À lire aussi

Et encore plus