Renée Martel: «avoir des projets m’aide à tenir le coup» | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Renée Martel: «avoir des projets m’aide à tenir le coup»

Image principale de l'article «Avoir des projets m’aide à tenir le coup»
Photo : Bruno Petrozza / TVA Pu

En juin dernier, Renée Martel a annoncé qu’elle avait reçu un diagnostic de cancer du sein et qu’elle annulait tous ses engagements pour la prochaine année. Tous, sauf son spectacle prévu au Festival Western de St-Tite le 14 septembre. Avant de se retrouver sur scène, Renée Martel nous donne de ses nouvelles.

Depuis l’annonce de la récidive de son cancer, Renée Martel a pris du recul pour se concentrer sur le plus important: ses traitements et sa santé. «Ma santé va bien dans les circonstances. Ça se passe correctement. Je n’ai pas eu l’été que je rêvais d’avoir, mais ça va. Je suis en traitement et ça suit son cours. J’ai toujours eu un excellent moral, peu importe ce que je vivais. Mon moral est donc bon, et je me dis que, quand tout sera terminé, je vais être en forme et je vais continuer encore quelques années. J’ai hâte de revoir le public. À Saint-Tite, c’est toujours particulier. On m’a vue grandir à ce festival, depuis que j’ai commencé avec mon père. Les gens sont toujours au rendez-vous et j’ai très hâte.»

Entre deux traitements, la chanteuse de 72 ans a quand même travaillé sur le seul spectacle qu’elle a gardé à son horaire. «Je ne me sentais pas capable d’annuler le spectacle de Saint-Tite; il fallait que je le fasse. Ça fait plusieurs années que je prépare des spectacles originaux pour le Festival western de St-Tite. C’est important pour moi, car j’aime beaucoup cet événement. Ça fait quand même plus de 52 ans qu’il existe, et j’y ai été très souvent. Je pense même avoir été au programme du premier festival avec mon père. Pour moi, ç’a toujours été un moment particulier. J’ai une affection spéciale pour ce festival. Quand j’y vais, j’ai l’impression que les gens me disent: «Bienvenue chez toi!»

Un spectacle unique

Pour La fête à St-Tite!, le 14 septembre, Renée Martel a voulu organiser un véritable party. «Cette année est assez particulière, parce que j’avais envie de faire une grande fête. On va présenter un mélange de chansons folkloriques, de country et d’autres styles, mais ça restera toujours festif. Parmi mes invités, il y aura Paul Daraîche, Annie Blanchard, Laurence Jalbert, Yves Lambert, Manon Bédard, Les Frères à ch’val, Marc Hervieux et Laurie Leblanc. Je veux un mélange de styles, mais tout le monde va être là pour fêter.»

Renée Martel s’est entourée principalement d’amis proches qui la connaissent bien: «J’ai une liste d’amis que j’invite chaque année à Saint-Tite. Ce sont des gens que j’aime. Ça me prend des artistes professionnels sur qui je peux compter, et c’est important aussi qu’il y ait un lien entre nous en dehors de la scène. Cette complicité doit se ressentir quand on fait un spectacle.»

La chanteuse précise qu’elle sera présente et qu’elle chantera plusieurs chansons. «Mais c’est surtout un spectacle collectif. C’est une belle gang; on va avoir du plaisir ensemble et avec le public.» Parlant de public, l’émotion risque d’être intense lors de son arrivée sur scène, où elle se retrouvera pour la première fois depuis l’annonce de ses traitements contre le cancer au printemps dernier. «Peut-être, admet-elle humblement. Je pense surtout que ça va être réciproque. Dans le contexte actuel, pouvoir monter sur scène pour rencontrer le public, ça va représenter beaucoup pour moi.»

Des projets pour 2020

Ce spectacle ne signifie toutefois pas un retour au travail immédiat pour Renée Martel. «Je n’ai rien à l’horaire après ça. Je vais d’abord me concentrer sur ce que je vis en ce moment. Je pense reprendre le travail vers l’été 2020.» Si la tournée Cowgirl dorée a été complètement abandonnée, la chanteuse réfléchit à d’autres projets, notamment une tournée — et éventuellement un album — avec Paul Daraîche. «Ça fait tellement longtemps que j’ai un projet avec lui! On y a vraiment pensé en même temps et de la même façon! C’est normal: on est des «jumeaux», on pense pareil. (Par un heureux hasard de la vie, ils sont tous deux nés le 26 juin 1947.) Maintenant, il s’agit juste de mettre sur pied ce projet, mais c’est mon objectif. Dans les circonstances, je trouve que les projets donnent beaucoup d’espoir. Avoir des projets m’aide à tenir le coup.»

Renée Martel peut compter sur son entourage pour l’aider dans l’épreuve qu’elle traverse actuellement. «J’ai des enfants adorables qui sont très proches. Ils s’occupent très bien de moi. Je suis extrêmement bien entourée, et c’est très réconfortant.»

À lire aussi

Et encore plus