Pierre Nadeau (1936-2019): un grand homme nous a quittés | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

Pierre Nadeau (1936-2019): un grand homme nous a quittés

Image principale de l'article Un grand homme nous a quittés
Photos Archives

Un grand journaliste vient de nous quitter à l’âge de 82 ans. «Le cœur brisé, je vous annonce que ce matin, tout doucement, dans mes bras, est décédé mon courageux, résilient et combatif père, Pierre Nadeau. Je te souhaite le plus beau des voyages. Je t’aime», a écrit sa fille, Pascale Nadeau, chef d’antenne à Radio-Canada, mardi sur Twitter. Outre cette dernière, il laisse dans le deuil son fils, Sylvain, qui est avocat à Paris. Ses deux enfants étaient issus de sa relation avec la journaliste et animatrice France Johnson (ils ont été mariés de 1957 à 1983). Celle-ci a rendu l’âme le 9 juillet. Sa conjointe, Clarence Loth, est décédée elle aussi cette année, le 16 février. 

Pierre avec sa fille, Pascale Nadeau, aux Gémeaux, en octobre 2001.

Photo Archives

Pierre avec sa fille, Pascale Nadeau, aux Gémeaux, en octobre 2001.

On savait l’homme atteint de la maladie de Parkinson depuis plusieurs années. Il l’avait appris en 2006, après le tournage d’un reportage en Cisjordanie. Son fils lui avait fait remarquer sa drôle de démarche courbée. Il avait dès lors cessé ses apparitions publiques.  

Avec sa conjointe, Clarence Loth, en 1996. Ils ont fini leurs jours ensemble.

Pierre a amorcé sa carrière en 1956, après des études en sciences politiques, en tant que reporter à la radio CJBR, à Rimouski. L’année d’après, il faisait son entrée comme journaliste à Radio-Canada. «La journaliste Judith Jasmin a été une mentore pour moi en plus d’être une amie. Elle m’a permis de faire mes premiers pas dans le métier, dans la mesure où j’étais étudiant en France quand elle est arrivée comme correspondante à Paris, à la fin des années 1950. Quand elle ne pouvait pas faire un topo qui lui était demandé pour le téléjournal, elle recommandait toujours qu’on fasse appel à moi», avait-il raconté dans les pages d’Échos Vedettes en 2008, alors qu’il venait de recevoir le prix Judith-Jasmin Hommage.  

Il a entretenu une longue amitié avec Richard Garneau. Tous deux sont arrivés à Radio-Canada la même année, en 1957.

Le journaliste était souvent salué pour la rigueur de son travail et ses qualités d’intervieweur. Il a évolué à la Société d’État — où il a fait son entrée la même année que Richard Garneau, avec qui il a entretenu une grande amitié — durant 20 ans. Il y a notamment animé Caméra, Le monde maintenant, Le 60 et Pierre Nadeau rencontre. Il a été à la barre du Téléjournal et du Point (aux côtés de Simon Durivage). 

Ses deux enfants, Sylvain et Pascale, avec leur mère, France Johnson.

Photo Archives

Ses deux enfants, Sylvain et Pascale, avec leur mère, France Johnson.

Il a également travaillé sur les ondes de TVA, où il a fait le grand saut à la fin des années 1980. Il y a coproduit l’émission Sept jours et coanimé avec Jean-Pierre Ferland le talk-show Ferland-Nadeau en vacances et Ferland-Nadeau en direct. Il a aussi coproduit et présenté la série Les grands procès. Il a produit Nord-Sud, qui a été en ondes à Télé-Québec de 1982 à 1995. «C’était un mentor, un modèle. Ma première émission était une version nouveau genre de Nord-Sud, et j’ai eu l’occasion de travailler avec lui pendant quelques mois, se souvient Isabelle Maréchal. Au moment où on vit une crise des médias, son décès nous ramène à l’essentiel quant à ce que c’est qu’être journaliste et avoir de la rigueur et de l’éthique.» 

À lire aussi

Et encore plus