Gino Chouinard: «C’est précieux de voyager avec ses enfants» | 7 Jours
/misc

Gino Chouinard: «C’est précieux de voyager avec ses enfants»

<em></em>
Photo TVA, Bruno Petrozza

C’est un été de rêve, rempli de superbes découvertes, que Gino Chouinard a vécu auprès des siens. Après un séjour à Paris, des moments de grâce en Grèce et le retour au calme et à la nature dans la région de Mégantic, l’animateur de Salut Bonjour nous raconte ses vacances et nous fait part de ses coups de cœur de voyage. 

Gino, chaque année, à la fin des classes, vous partez en voyage avec les enfants. Où êtes-vous allés cet été? 

Cette année, nous avons décidé de faire un voyage plus culturel. Nous sommes d’abord allés à Paris, où nous avons passé trois jours. Emmener les enfants voir la tour Eiffel, ç’a été l’un des faits saillants des vacances; c’était magique! Ils ont tripé, mais évidemment il a d’abord fallu passer par les guérites de sécurité au rez-de-chaussée. J’étais déjà allé à Paris et il n’y avait rien de cela à l’époque: on arrivait de n’importe quel côté de la tour Eiffel et on pouvait entrer. C’était tout simple. Maintenant, c’est structuré, sécurisé, et on comprend pourquoi. Mais ça m’attriste de voir à quel point on est rendus méfiants de l’autre et à quel point on se surprotège. En même temps, on n’a pas le choix... Cela dit, les enfants ont adoré! Ils sont montés jusqu’en haut et nous avons pris une cinquantaine de photos de la famille avec la tour Eiffel. C’était un rêve que les enfants avaient d’aller à Paris et de voir cette grande attraction touristique. 

Avez-vous eu un autre coup de cœur dans la Ville Lumière? 

Oui, les trottinettes électriques, qui sont maintenant à Montréal! Nous nous sommes promenés en trottinette à trois reprises durant quelques heures. Nous avons roulé le long de la Seine et nous nous sommes rendus jusqu’à Notre-Dame-de-Paris. Nous avons aussi roulé beaucoup à Saint-Germain-des-Prés, le quartier où nous habitions. Les enfants ont adoré.  

Avez-vous fait découvrir autre chose aux enfants à Paris? 

Oui, nous sommes allés au pont des Arts, où tout le monde installait des cadenas pour sceller leur amour. La Ville a enlevé les cadenas et installé des parapets de verre pour éviter que les gens accrochent des cadenas. Malgré tout, les gens ont recommencé à en mettre sur la structure, autour des poteaux. J’ai expliqué à Marilou ce que c’était, et elle était bien impressionnée de voir ça. Le pont des Arts est mon pont fétiche; chaque fois que je suis allé à Paris, j’ai pris le temps de m’y rendre.  

Vous vous êtes ensuite rendus en Grèce... 

Nous avons fait une courte escale à Athènes, mais nous avons eu le temps de nous rendre à l’Acropole. On a tous vu ça en photo mille fois dans nos cours d’histoire au secondaire, mais être là avec les enfants et voir cette imposante structure, c’était magnifique. Nous avons passé beaucoup de temps en haut; c’était inspirant de voir cette vieille structure et de voir Athènes tout en bas. Je n’étais jamais allé en Grèce, mais ça faisait longtemps que je voulais m’y rendre. J’ai trouvé Athènes plus belle que je l’avais imaginé. J’ai beaucoup aimé le quartier de Pláka, situé en bas de l’Acropole et formé de ruelles piétonnières. C’est beau et les gens sont très sympathiques. Cette journée passée à Athènes a vraiment été marquante.  

Avez-vous eu un autre coup de cœur? 

Nous avons passé trois jours sur l’île de Santorini, dans la ville de Fira. Nous avions une vue sur la mer et le volcan. Avec le paysage qui s’offrait à nous, les couchers de soleil étaient hallucinants! J’aurais voulu ne jamais repartir de là! C’est drôle parce qu’ici, au travail, ce sont les levers du jour que je vois, et là-bas, ce sont les couchers de soleil qui m’ont fait capoter. En Grèce, les couchers de soleil étaient toujours orangés; c’était hallucinant! Nous sommes allés huit jours en Crête, et tous les soirs je voulais voir les couchers de soleil. C’était magnifique!  

As-tu aimé la Grèce au point de vouloir y retourner un jour? 

Oui. Il y a des dizaines d’îles que je n’ai pas vues, et j’aime les gens, la bouffe et la chaleur de cet endroit. Ç’a vraiment été un voyage énergisant. J’étais tellement reposé au retour de ces vacances que je serais revenu travailler! 

Les enfants ont-ils aimé leur voyage?  

Oui. Au retour, ils nous ont dit que c’était le plus beau voyage qu’ils avaient jamais fait. Je pense qu’ils commencent à s’intéresser à la culture. À Paris, notre hôtel était juste à côté du Musée d’Orsay, alors j’y suis allé avec les enfants; nous y avons passé environ deux heures. Ils ont aimé ça. Par contre, nous ne les avons pas trop «organisés», ils ont aussi pu avoir des loisirs, faire de la plage... Un soir, nous devions aller au restaurant et les enfants se sont mis à jouer dans l’eau. Ils n’étaient pas habillés pour ça, puisque nous sortions. Mais nous les avons laissés jouer dans l’eau durant deux heures. Nous sommes arrivés en retard au restaurant, mais ce n’était pas grave. Le soleil se couchait, Isabelle et moi prenions un verre en les regardant jouer. C’était vraiment un beau moment.  

Les enfants ont adoré leur voyage, mais visiblement toi aussi! 

Tu sais, il y a des voyages que je classe dans une catégorie à part. Il y a d’abord ceux que j’ai faits pour aller adopter en Chine et au Viêtnam. Ils sont spéciaux, parce que c’est là que je suis devenu papa. C’était quelque chose d’unique. Ensuite, il y a mon voyage de noces en Thaïlande. Celui-là va être difficile à battre, parce que c’était parfait. Mais celui que nous avons fait cet été, il n’est pas loin derrière. Nous étions avec de bons amis et, comme les enfants vieillissent (Nathan et Marilou ont respectivement 9 et 12 ans), ils sont plus autonomes et ils sont curieux d’entendre et de découvrir des choses. Je trouve que c’est une richesse de pouvoir voyager avec ses enfants dans des pays comme ceux-là, pour leur montrer ce qui se fait ailleurs. Nous leur avons expliqué que, durant sept à huit mois, les Grecs travaillent sept jours par semaine. Le restaurateur qui était notre voisin là-bas m’expliquait qu’il rentrait au travail à 6 h tous les matins et qu’il finissait sa journée à 23 h, et ce, sept jours sur sept. C’est ça leur vie; ils ont eu de graves problèmes économiques, et ceux qui veulent s’en sortir doivent travailler comme des fous. Les enfants se disaient que ça ne se pouvait pas, mais nous leur avons expliqué que la réalité n’était pas la même partout.  

Vous avez passé combien de temps en vacances à l’extérieur du Québec? 

Près de trois semaines. Ensuite, nous sommes allés passer trois semaines à Mégantic, où j’ai fait du bateau, du ski, du surf, de la pêche...  

Tu aimes beaucoup te retrouver dans ce petit coin de paradis, n’est-ce pas? 

Tellement! C’est beau la Grèce, mais si tu me laissais le choix, je passerais deux mois à Mégantic. Les matins où je me retrouve à pêcher à la mouche sur le lac, ça n’a pas de prix pour moi. J’ai besoin de ça. Quand je suis là-bas, j’ai l’impression que je me reconnecte avec mes racines. C’est comme si j’offrais aussi à mes enfants le bonheur de vivre dans un endroit paisible, où il n’y a pas de bruit et pas de tablette, parce que nous essayons de mettre ça de côté durant cette période. Mon fils aime ramasser des morceaux de bois et bricoler des trucs. Les enfants comprennent que c’est aussi ça la vie. Je trouve important et le fun qu’ils l’apprennent. On roule à un rythme fou au quotidien, mais s’offrir de tels moments pour décrocher contribue à équilibrer le tout.  

Tu as donc passé énormément de temps en famille cet été? 

Oui. Et maintenant que Nathan est plus grand, je vais à la pêche avec lui. Je conserve un précieux souvenir d’une sortie qu’on a faite un matin à 5 h avec un de mes amis. Nathan a attrapé une belle truite grise de 17 ou 18 po! Quant à Marilou, je l’ai amenée suivre un cours de peinture avec une amie, Lucie Chicoine. Ça faisait deux ans que je promettais un atelier de peinture à ma fille. C’était sa journée à elle. Elle a tellement aimé ça que nous allons probablement y retourner éventuellement. Je trouve ça le fun, quand on a deux enfants, de prendre le temps de passer des moments seuls avec l’un et l’autre. Ça crée des souvenirs dans leur tête, et ça solidifie les liens. 

Après ces vacances de rêve, c’est maintenant le retour au quotidien à Salut Bonjour pour ta 13e année? 

Treize! C’est tout un chiffre, ça! Sans compter l’émission du week-end, que j’ai faite durant quatre ans. C’est sûr que durant l’été je pars longtemps, mais quand arrive le moment du retour à Salut Bonjour, je suis prêt et je recommence à me lever à 3 h le matin.

Photo TVA Publications, Bruno Petrozza

Du nouveau à Salut Bonjour!

Il y a des nouveautés dans la dernière heure de Salut Bonjour. «Il faut faire des changements de temps en temps pour que ce soit toujours le fun de faire l’émission, dit-il. Au printemps, j’ai participé à des réunions pour lancer des idées, et celles-ci se sont concrétisées pour la nouvelle saison.» À quoi les téléspectateurs doivent-ils s’attendre? «Entre 9 h et 10 h, les gens auront droit à des surprises et à plus d’interactions entre les membres de l’équipe et l’invité du jour, à qui nous offrirons une heure spéciale. L’invité va participer à plein de trucs. Nous allons adapter cette heure-là à ses goûts, à ses désirs et à ses intérêts. Par exemple, si la personnalité invitée aime commenter l’actualité, elle va participer à la section “Actualités”. Il se peut aussi que nous recevions des invités-surprises pour cet artiste... Tout est possible! Nous voulons que ce soit surprenant et divertissant.» 

Salut Bonjour, du lundi au vendredi, à 6 h. 

À lire aussi

Et encore plus