37 nouveaux personnages clés de la rentrée | 7 Jours
/magazines/echosvedettes

37 nouveaux personnages clés de la rentrée

Que ce soit à Cowansville, à Belleville ou à Valmont, de nouveaux visages feront leur apparition dans nos séries, et certains créeront des remous dans leur entourage. Gros plan sur ces personnages qui, comme l’expliquent les auteurs, auront un rôle à jouer dans le dénouement des diverses intrigues automnales, qui commenceront pour la plupart la semaine du 9 septembre, alors que Faits divers ne reviendra qu’en octobre.  

L’échappée (Lundi 20 h, TVA)     

Mateo Da Costa (Victor Andres Trelles Turgeon)   

Photo courtoisie

Un étranger à Sainte-Alice  

Noémie (Anick Lemay) est revenue du Costa Rica, où elle a séjourné un moment. Maintenant qu’elle est de retour, il semble qu’un homme de ce passé récent ait décidé de la retracer, et il est recherché par les policiers. «Il s’est passé des choses pendant qu’elle était là-bas, révèle Michelle Allen. Elle ne dit pas tout, elle a ses secrets, et on comprendra que ce gars-là en fait partie. Il vient la retrouver au Québec. Il connaît aussi Clément (Rémy Girard), qui a supposément fait beaucoup d’argent avec le bois de teck. Toutefois, ça n’a peut-être pas été aussi limpide que ça, ce qu’il a fait au Costa Rica...»     

Françoise Chaput (Emmanuelle Lussier-Martinez)    

Photo TVA, Eric Myre

Au-delà des apparences  

«On a compris que Rosalie (Milya Corbeil-Gauvreau) vit dans une famille très autoritaire qui tente de contrôler sa vie et qui fréquente un milieu aux allures de secte, rappelle Michelle Allen. Au départ, on aura l’impression que sa mère est très docile, que, dans son monde, la femme obéit à l’homme, et que son objectif pour avoir une vie heureuse est d’avoir une famille et des enfants. On constatera cependant que son rapport avec son mari n’est peut-être pas aussi simple qu’on aurait pu le penser. On ira assez loin dans cette histoire.»     

Astrid Voyer (Éléonore Loiselle)   

Photo courtoisie

Une adolescente hors de l’ordinaire  

«C’est une fille qui a un look absolument différent de tout ce qu’on a pu voir jusqu’à maintenant. Joëlle (Laurie Babin), quand elle est arrivée, était dans la séduction, la manipulation. Astrid, c’est le contraire, mais c’est aussi dérangeant, en raison, notamment, de son hyperactivité non contrôlée, relate Michelle Allen. Elle n’a pas de malveillance en elle, de méchanceté, mais elle est impulsive et sans filtre. Ce qui m’intéressait avec un personnage comme celui-là, ce sont les enjeux reliés au TDA et au TDAH: les problèmes rencontrés par les personnes touchées quand elles sont en relation, la question à savoir si on a trop tendance à les médicamenter, etc.»     

Julien Lalonde (Hubert Proulx)     

Photo courtoisie

Un homme éploré  

«C’est le père de Romy (Sophie Nélisse) et il existe une grande dépendance entre lui et son enfant, précise Michelle Allen. Il a perdu sa femme et se sent coupable parce que sa fille veut vivre alors que lui, il vit dans le passé. Elle veut s’occuper de lui parce qu’elle sait qu’il ne va pas bien, mais c’est trop pour elle. Comme on le découvrira, cela lui est intolérable.»     

Philippe Duval (Stéphane Archambault)     

Photo courtoisie

Une nouvelle philosophie  

«Il remplacera Cécile (Anne Casabonne), qu’on a vue assez autoritaire et directive, voire tyrannique. Ça irritait beaucoup ceux qui travaillent à L’Échappée, précise Michelle Allen. Philippe a complètement une autre attitude. Il est relaxe, il fait du renforcement positif et, pour lui, il n’y a jamais de problèmes. Ce qui m’amuse beaucoup avec ce personnage, c’est que c’est aussi compliqué de travailler avec des personnes comme ça, parce qu’elles n’affrontent pas les conflits, elles ne nomment pas les choses. Ça créera aussi un certain nombre d’ennuis.»     

Armand Lyndsay (Guy Thauvette)     

Photo TVA, Yan Turcotte

Père indigne  

«Depuis le début, le père de Martine (Sophie Bourgeois) n’a jamais donné signe de vie à sa fille, même si celle-ci a vécu des choses terribles et graves, raconte Michelle Allen. Il ne semble pas du tout préoccupé de savoir qui est Martine et de connaître ce qu’elle a vécu. On va très vite comprendre pourquoi leur relation est si complexe. Le fait d’avoir un père comme le sien n’a pas dû aider Martine à avoir des relations saines avec les hommes.»     

Romy Lalonde (Sophie Nélisse)     

Photo courtoisie

Psychose et cannabis  

«Romy, c’est un cas différent, confie Michelle Allen. Elle a une forte consommation de cannabis et arrive au centre en pleine psychose. Elle a une histoire familiale lourde, comme d’autres filles. Sinon, elle n’a pas d’autres problèmes de comportement. On comprendra pourquoi elle consomme, et elle sera obligée de démêler des liens unissant des membres de sa famille.»     

Macha Labonté (Bénédicte Décary)     

Photo TVA Publications, Patrick Seguin

Non à la médication  

«C’est la mère d’Astrid (Éléonore Loiselle), précise Michelle Allen. Par principe, elle est contre la médication et nuira peut-être à sa fille, qui pourrait en vouloir ou en avoir besoin. C’est un enjeu actuel. Cela dit, on a vu des adolescentes qui, jusqu’à maintenant, pouvaient être en conflit ouvert avec leurs parents, mais ce n’est pas le cas d’Astrid et Macha. Elles n’ont pas une relation d’antagonisme. Elles sont plutôt complices, et Macha n’est pas du tout hostile au personnel du centre. Elle sait que sa fille a besoin d’être encadrée, alors elle accepte de tenter cette expérience.»     

L’heure bleue (Mardi 20 h, TVA)     

Audrey Douville-Aubert (Jade Charbonneau)    

Photo TVA Publications, Bruno Petrozza

Complice et rivale  

«C’est la fille de Véronique (Pascale Bussières). Ça n’a pas été simple pour elle: durant 10 ans, sa mère était plus ou moins là, raconte Michel D’Astous. Avoir un parent qui déteste la routine, ça peut être stimulant pour un enfant, mais en même temps, Véronique est quelqu’un qui ne respecte pas ses engagements et qui peut changer d’idée à la dernière minute. Audrey a plutôt trouvé la stabilité du côté de son père adoptif. Mère et fille ont une relation instable; c’est presque un rapport amour-haine. Une journée, elles sont de grandes complices qui font des mauvais coups, et le lendemain elles s’envoient promener et se réconcilient dans les larmes. Véronique manipule un peu sa fille, mais Audrey fait la même chose; elle a été à la bonne école. Toutefois, il y a une grande tendresse entre elles. Il y a quelque chose chez l’adolescente qui ressemble beaucoup à sa mère. Après tout, c’est le modèle qu’elle a eu!»     

Véronique Douville (Pascale Bussières)     

Photo TVA Publications, Bruno Petrozza

Le retour d’une intrigante  

L’ex de Bernard (Benoît Gouin) et mère de Raphaël (Jean-Philippe Perras) est de retour après une longue absence, et sa présence ne sera pas accueillie sans méfiance par les deux hommes. «Elle a quitté Bernard il y a très longtemps, explique Michel D’Astous. Raphaël n’avait que cinq ans à l’époque. Elle est partie en disant: “Je ne suis pas une bonne mère, alors je m’en vais.” Depuis, elle a vécu un peu partout: en Asie et en Afrique, entre autres, avant de s’installer à Sept-Îles, où elle vivait depuis quelques années avec un homme, Alain (Bernard Fortin), qui a adopté sa fille. Véronique est une femme assez instable qui arrange un peu la réalité. Je ne dirais pas qu’elle est méchante, mais elle est un peu inconséquente. Elle a longtemps consommé des drogues dures. Comme d’autres qui ont vécu la même chose, elle sait manipuler les gens et tronquer un peu la vérité, comme elle le faisait pour cacher le fait qu’elle consommait. On sait que leur séparation est un sujet qui n’a jamais été réglé pour Bernard. On le sent encore intéressé, ému par elle. C’est une belle femme qui a du panache, mais Bernard se méfie un peu d’elle. Il ressent de l’attirance pour elle, mais en même temps de la crainte, et Véronique joue là-dessus.»     

Alain Aubert (Bernard Fortin)   

Photo TVA Publications, Dominic Gouin

Le syndrome du sauveur  

«Véronique (Pascale Bussières) lui a dit qu’elle partait pour des vacances à Cape Cod avec sa fille, explique Michel D’Astous. Dans la réalité, on sait qu’Audrey (Jade Charbonneau) a été suspendue de son école à Sept-Îles. Pendant un certain temps, Alain croit qu’elles vont revenir, mais peu à peu il se fait à l’idée que ça n’arrivera pas. Cet homme, c’est le sauveur, le bon gars généreux. C’est un V.-P., un homme de pouvoir et d’argent. Il représentait une sécurité pour Véronique et il l’a sauvée d’une certaine façon, mais quand il comprend qu’il risque de devoir renoncer à sa fille, il retontit à Cowansville pour demander des comptes. Véronique ne veut rien savoir d’un retour à Sept-Îles, alors c’est peut-être lui qui finira par bouger...»     

Casey Karpman (Victoria Diamond)     

Photo courtoisie

Manipulée par sa mère  

«C’est la vraie sœur de David (Nico Racicot). Elle est mariée et enceinte, mais elle est malheureuse dans son couple, raconte Michel D’Astous. Casey est un peu restée dans le giron de sa mère, Ruth (Susie Almgren). Cette dernière fait beaucoup de chantage financier avec elle et joue la carte de la maman qui doit recevoir l’affection indéfectible de sa fille. Casey jouera les conciliatrices entre son frère et sa mère. Même si elle n’est pas dupe des manœuvres de Ruth, celle-ci demeurera toujours sa mère. Quant à David, il a compris que, pour garder son équilibre, il devait s’éloigner d’elle.»     

Une autre histoire (Lundi 20 h, Radio-Canada)     

Jessica (Ève Lemieux)   

Photo courtoisie

Mère porteuse  

«C’est la mère porteuse de Louis (Marc Bélanger), l’ex de Sébastien (Benoit McGinnis), et son conjoint. Elle s’impliquera auprès d’eux, mais elle se confiera aussi à Sébastien, confie Chantal Cadieux. C’est lui qui sera là quand, pour la première fois, elle entendra le cœur du bébé. Elle se tournera aussi vers lui quand elle se sentira un peu inquiète ou lorsqu’elle aura des questions sur les futurs parents du bébé. Lui qui ne voulait pas d’enfants et qui voit ça arriver dans la vie de son ex, ça va l’ébranler.»     

Valaire Petterson (Steve Banner)     

Photo TVA, Yan Turcotte

Une dette oubliée?  

Cet ex-criminel repenti est propriétaire d’une entreprise de construction, mais a-t-il vraiment laissé son passé derrière lui? «En fait, il n’est pas très repenti, admet Chantal Cadieux. Jean-Olivier (Adam Kosh), qui se cherche du travail, se présentera à son entrepôt, et Valaire lui offrira un emploi. C’est comme ça que nous apprendrons qu’il a bien connu Ron (Vincent Graton) et que ce dernier a toujours une dette envers lui. En fait, ils se sont connus à l’époque où les enfants étaient jeunes, alors qu’Anémone (Marina Orsini) s’appelait toujours Manon. Durant quelques années, Valaire a laissé Ron tranquille, mais là il revient en force. Sans s’en douter, Jean-Olivier réveillera un peu l’eau qui dormait.»     

Mona Petterson (Marie-Evelyne Baribeau)     

Photo courtoisie

Une rencontre troublante  

«C’est la fille de Valaire (Steve Banner), mais comme il l’a reconnue sur le tard, ils n’ont pas un rapport très chaleureux, raconte Chantal Cadieux. Ceci dit, elle est plus humaine que lui. Cette fille en a vu d’autres et elle s’est imposée à son père. Elle sait qu’il trempe dans un milieu dangereux, mais elle ne s’en fait pas avec ça. C’est aussi une fille qui voyage et ça va tout de suite cliquer avec Caroline (Debbie Lynch-White), qui a toujours eu du mal à avoir des amies et qui s’est toujours sentie un peu seule. Ce sera troublant pour Caroline, et elle se demandera pourquoi elle est dans tous ses états quand elle est avec Mona...»     

Gisèle Primeau-Dupont (Dorothée Berryman)    

Photo courtoisie

 Un reflet pour Anémone  

«C’est l’ancienne mairesse de Belleville, une femme d’affaires impliquée dans la communauté mais qui, aujourd’hui, souffre de la maladie d’Alzheimer, explique Chantal Cadieux. Son fils vient de mourir, alors elle vient au salon pour les arrangements. Elle est encore assez lucide pour parler et se déplacer. Sa présence trouvera un écho chez Anémone (Marina Orsini), qui voit vers quoi elle-même s’en va. Gisèle est un peu le miroir de ce qui l’attend. C’est une femme très directe qui, avec la maladie, n’a plus de filtre. Elle dit ce qu’elle pense et elle a une idée de ce qui a causé la mort de son fils. À certains moments, elle est lucide, à d’autres, elle est complètement perdue.»     

5e Rang (Mardi 21 h, Radio-Canada)     

Chloé Delisle-Langlois (Jade Charbonneau)     

Photo courtoisie, Radio-Canada

Une adolescente en deuil  

Comme nous l’avons appris, l’ex de Paul (Luc Senay) est décédée subitement, et leur fille va devoir habiter avec l’ours mal léché qu’est son père. «C’est difficile, parce qu’ils n’ont jamais cohabité depuis la séparation, dit Sylvie Lussier. Ce n’est pas lui qui avait la garde de sa fille, alors il la voyait un week-end sur deux. Chloé a été influencée par sa mère, qui éprouvait beaucoup de ressentiment envers Paul. C’est une fille secrète et, à son arrivée, elle est boudeuse, car elle a perdu ses repères. Elle a dû déménager dans un nouveau village, changer d’école et elle n’est pas contente d’être là. Leur relation n’est pas harmonieuse au départ, mais Chloé est dans une position vulnérable et a besoin de son père. Malgré ses failles, Paul veut faire de son mieux.»     

Marc Trempe (Marc Béland)     

Photo TVA Publications, Julien Faugere

Louche ou simplement secret?  

«C’est un de nos vilains de la saison, confie Sylvie Lussier. Marc deviendra rapidement un suspect aux yeux de Fred (Maxim Gaudette) lorsque le cadavre sera identifié. Au fil de l’enquête, on s’apercevra que les restes découverts sont ceux d’une femme morte dans les années 1990, à une époque où il y a eu plusieurs disparitions et meurtres non élucidés en Montérégie. Fred soupçonnera rapidement que c’est l’œuvre d’un tueur en série après avoir établi des similitudes entre ces femmes, dont certaines ont connu Trempe, qui était musicien dans un band avec lequel jouait une des victimes. C’est un homme un peu secret qui a de drôles de comportements.»     

Laurent Beauséjour (Denis Marchand)     

Photo courtoisie

Les mains baladeuses  

«Il est responsable du marché des jardiniers. On se rend compte que ce n’est pas une personne très agréable. C’est un harceleur qui tripote toutes les vendeuses et qui fait toujours des grosses jokes grasses de mononcle, décrit Sylvie Lussier. Même Kim (Catherine Brunet) a été victime de son intérêt mal placé. Il a déjà été agent d’artistes. C’est pourquoi il apparaît dans l’enquête de Fred (Maxim Gaudette), qui sait que les femmes disparues avaient un intérêt en commun: elles chantaient. Il cherche quelqu’un qui aurait pu promettre une carrière à des jeunes filles un peu naïves.»     

Olivier-Martin Duval (Louis-Philippe Dandenault)     

Photo courtoisie, Radio-Canada

Frères d’armes  

«C’est l’ami de Réginald (Maxime de Cotret). Ils ont servi dans l’armée ensemble et ils ont tous les deux été capturés et torturés, raconte Sylvie Lussier. Ça remonte à loin, mais ils sont demeurés des frères d’armes. On peut dire qu’Olivier s’en est mieux sorti. Ce qui l’a aidé, c’est qu’il est tombé amoureux de son infirmière après avoir été hospitalisé à son retour. Il a une vie plus équilibrée que Réginald, qui a encore de la misère à s’en sortir. Olivier essaiera d’aider son camarade en lui offrant un emploi dans son entreprise de paysagement. C’est un homme rieur et très solide.»     

Laura Kaminski (Léa Girard-Nadeau)     

Photo courtoisie, Radio-Canada

Objet de désir  

«C’est l’escorte que Charles (François Papineau) préfère, précise Sylvie Lussier. Il essaie toujours d’obtenir ses services quand, de temps en temps, il se paie des filles. Il a l’impression qu’ils ont développé une relation privilégiée, mais c’est l’illusion que Laura donne à tous ses clients. Elle offre ce qu’on appelle une girlfriend experience et, une fois que le contrat est fini, c’est terminé pour elle. Elle était autrefois représentée par une agence, mais elle a décidé de s’établir à son compte et ne veut plus venir en campagne. Elle dira à Charles qu’elle n’a plus le goût de coucher avec un vieux fermier qui sent le fumier. Ce sera difficile pour lui.»      

Yves Ménard (Jean L’Italien)     

Photo courtoisie

La force tranquille  

«C’est le supérieur de Fred (Maxim Gaudette). Avec la découverte du squelette dans le parc à cochons de Marie-Luce (Maude Guérin) et un autre meurtre qui nécessitera une enquête, nous avons eu besoin d’étoffer notre brigade, spécifie Sylvie Lussier. Ce n’est pas un chef orageux qui pense détenir la vérité ou encore un baveux, comme Nicolas Giguère (Frédéric Pierre). C’est quelqu’un de très humain: le bien-être de ses troupes, la bonne entente et la rigueur sont des choses importantes pour lui. C’est un homme compréhensif, donc un personnage qu’on aimera.»     

Corinne Faucher (Sonia Vachon)      

Photo courtoisie, Radio-Canada

De retour d’Afrique  

«La sœur de Charles (François Papineau) est infirmière et a travaillé 20 ans en Afrique. Elle était mariée avec un Sénégalais, mais il est mort. Elle a des ennuis de santé, alors elle a décidé de revenir chez son frère — avec qui elle est propriétaire de la ferme — pour se faire traiter ici, confie Sylvie Lussier. Sa présence adoucit Charles, même si celui-ci demeure un homme assez renfermé. C’est presque un ermite! C’est difficile au départ, mais Corinne ne s’en fait pas trop avec ses humeurs. Il ne l’impressionne pas du tout lorsqu’il fait ses gros yeux enragés quand il n’est pas de bonne humeur. Elle essaie d’en prendre soin, mais ça lui fait de la peine de le voir aussi solitaire.»     

Les Invisibles (Mercredi 20 h, TVA)     

Fabrice Henry (Frédéric Etherlinck)     

Photo TVA, Philippe Bossé

Alexandra ébranlée  

«C’est un homme à femmes, dit Catherine Léger. Il débarque à l’agence avec une certaine arrogance, mais il est bon dans ce qu’il fait et il est efficace. Il déstabilisera Alexandra (Karine Gonthier-Hyndman), qui est pourtant difficile à impressionner. Ayant une préférence pour les femmes, elle ne tombera pas amoureuse de lui, mais ils développeront une drôle de dynamique.»     

Philippe (Lou-Pascal Tremblay)     

Photo TVA, Pierre Crépô

Victime de plagiat?  

«Il est introduit dans la série par Zach (Christophe Levac), précise Catherine Léger. Philippe est très malheureux, parce qu’il vient de voir un entrefilet dans un journal: Stéphan Allard — qui lui a enseigné à l’UQAM, mais qui est aussi un client de l’agence — se lance dans l’écriture d’un nouveau projet. Croyant que celui-ci lui a volé son idée, Philippe va vouloir parler à Jean-Frédéric (Bruno Marcil). Zach, en voyant qu’il y a une possibilité de conflit avec son père, sautera vite sur l’occasion. Il sent qu’il a été trahi; pour lui, ce sera comme un os à gruger.»     

Julie (Rose-Anne Déry)     

Photo TVA, Pierre Crépô

Une tempête de Vancouver   

Surprise pour Gabriel (Benoît Mauffette), qui voit son ex débarquer chez lui. «On a senti dans la première saison qu’elle a un certain pouvoir sur lui, rappelle Catherine Léger. Il a eu de la difficulté à décrocher alors, évidemment, au moment où il semble sur le point de pouvoir vivre quelque chose avec Sofia (Leïla Donabelle Kaze), Julie débarque. Elle n’arrive pas à un bon moment et ça crée une dynamique qui est comique, parce que c’est aussi l’ex de Thomas (Christophe Payeur). C’est elle qui l’a amené dans la vie de Gabriel. Alors, quand elle débarque de Vancouver sans prévenir, ils ne sont pas tout à fait contents de la voir!»     

Faits divers (Octobre, Tou.tv)     

Claude Voyer (Daniel Brière)     

Photo courtoisie

Un lien mystérieux  

«C’est le patron de Fred et Antoine (Émile Proulx-Cloutier et Fred-Éric Salvail). Il est originaire de Mascouche et a déjà travaillé comme policier dans la région, raconte Joanne Arseneau. Il a déjà eu un lien avec Sylvain Lauzon (Patrick Hivon), l’ex de Constance (Isabelle Blais). On connaîtra la nature de cette relation durant la saison. C’est un personnage assez intrigant.»     

Guildo Poupart (Sylvain Massé)     

Photo courtoisie

Poissons de façade  

«C’est un motard et un complice de Denis Fontaine (Steve Laplante). Il est chargé de revendre la marchandise, confie Joanne Arseneau. Comme façade, il a une boutique où il vend des aquariums et des poissons tropicaux, mais ce n’est pas la seule chose qui se passe dans son commerce. Son fils Ludovick (Jean-Luc Terriault) fait partie d’un cercle de “sextorsion” avec ses amis.»     

Kevin Fontaine (Éric Robidoux)     

Photo Serge Gauvin

Sexe, drogue et volaille  

Cette rock star déchue «au regard d’épagneul», comme le décrit la créatrice de la série, aura un rôle primordial à jouer dans l’intrigue de la saison. «Il a fait partie d’un groupe, Colonel Scarlett, qui a été très populaire autour de l’an 2000, mais ses années de gloire sont derrière lui, explique Joanne Arseneau. Aujourd’hui, il est ce qu’on pourrait appeler un has-been. Il a mené la vie de château pendant un certain temps, il était une vedette et il s’est un peu enflé la tête. Il a quelque peu délaissé sa famille, qui était dans l’élevage de dindons. C’est son frère (Steve Laplante) qui a fait fructifier son héritage et, aujourd’hui, Kevin doit travailler pour lui, et disons qu’il n’a pas la plus belle job sur la ferme. Comme sa vie amoureuse et sexuelle est en déclin, il est frustré. Ça ne va pas bien pour lui.»     

Benoît Charron (Blaise Tardif)     

Photo Serge Gauvin

En attendant les soucoupes  

«Officiellement, il est propriétaire d’une compagnie de camions, mais ses véhicules ne servent pas qu’à transporter des légumes, explique Joanne Arseneau. Du côté du
commerce de la drogue, c’est le partenaire de Denis (Steve Laplante). C’est aussi un amateur d’ufologie. Il donne des conférences les fins de semaine sur les abductions et les soucoupes volantes.»      

Kathleen Charron (Brigitte Lafleur)     

Photo Serge Gauvin

Une affaire de clone  

«Elle est l’épouse de Benoît (Blaise Tardif) et, elle aussi, elle s’intéresse à tout ce qui touche les ovnis, précise Joanne Arseneau. Lorsque son mari disparaîtra dans des circonstances mystérieuses, elle compliquera un peu l’enquête de policiers. Elle est convaincue qu’il a été enlevé par des extra-terrestres, qui l’ont remplacé par un clone.»     

Marc Laveau (Stéphane Demers)    

Psychopathe cherche vengeance  

«Il a déjà travaillé avec Denis Fontaine (Steve Laplante). Ils étaient des partners in crime à une époque, mais Marc s’est fait prendre. Il a accepté de prendre tout le blâme à condition d’être payé en retour à sa sortie de prison, mais son associé n’a pas tenu sa promesse, confie Joanne Arseneau. C’est un psychopathe et il est de retour à Mascouche pour se venger de Denis en manipulant Kevin (Éric Robidoux). C’est comme ça que ce dernier découvrira comment son frère arrondissait ses fins de mois. Il sera étonné d’apprendre que Denis est un criminel.»     

Denis Fontaine (Steve Laplante)     

Photo courtoisie

Un renard dans le dindonnier  

«Quand leur père a laissé la ferme en héritage à ses fils, Kevin (Éric Robidoux) était dans la chanson et la ferme ne l’intéressait pas. Denis en a donc un peu profité, raconte Joanne Arseneau. C’est un homme d’affaires et il a bien fait avec la ferme, qui est devenue une grosse entreprise. Ça roule bien et il a plusieurs employés, mais il mène d’autres activités en parallèle pour arrondir ses fins de mois...»     

Ruptures (Lundi 21 h, Radio-Canada)     

Christelle (Mahée Paiement)     

Photo courtoisie, Radio-Canada

Le fardeau de la preuve  

La nouvelle saison nous apportera de nouveaux cas, dont celui de cette femme qui risque de tout perdre après avoir fait son lot de sacrifices. «Christelle vit une séparation compliquée avec son conjoint (Steve Banner), parce qu’ils n’étaient pas mariés, explique Daniel Thibault. Si son ex est archiriche, c’est qu’elle a contribué à son succès en laissant à monsieur le temps de développer ses affaires pendant qu’elle s’occupait de la famille. C’est ce qu’on appelle une cause d’enrichissement injustifié. C’est un dossier qui demandera beaucoup de travail au personnel du bureau. Elle aura une grosse preuve à faire si elle ne veut pas se retrouver bredouille après avoir tout investi dans son mariage.»     

Jean-Michel Cabal (Steve Banner)     

Photo courtoisie, Radio-Canada

Fric et gros ego  

«L’ex-conjoint en question, c’est le type d’homme qui a réussi et qui a l’impression d’avoir tout fait par lui-même. Il a de la difficulté à reconnaître la part que sa conjointe (Mahée Paiement) a jouée dans son succès, précise Daniel Thibault. Disons que Christelle peut être assez intense et imbue d’elle-même, mais Jean-Michel a lui aussi une bonne estime de soi. On ne peut pas réussir en affaires sans avoir un ego surdimensionné. Il croit que tout ce qui nous arrive dépend de notre seule personne. C’est une façon un peu étroite de voir les choses.»     

Catherine (Joëlle Paré-Beaulieu)      

La vie parfaite?  

«On retrouvera Ariane (Mélissa Desormeaux-Poulin) quelques mois plus tard, raconte Daniel Thibault. Elle a une nouvelle vie et semble prête pour une existence plus rangée, qui n’est pas consacrée qu’à sa carrière. Elle fait la rencontre de cette femme qui donne l’impression de tout avoir: une carrière de procureure qui fonctionne super bien, un mariage qui semble heureux avec deux jeunes enfants... tout semble extraordinaire. C’est certain que c’est une belle image pour Ariane, qui aspire à ce genre de vie, mais, lorsque nous retrouverons Catherine plus tard dans la saison, nous allons sérieusement déconstruire ce modèle.»     

Louis (Mathieu Quesnel)    

Photo courtoisie, Radio-Canada

Un visage à deux faces  

«L’époux de Catherine (Joëlle Paré-Beaulieu) n’acceptera pas le choix qu’elle fera de se retirer de son travail pour prioriser sa famille, confie Daniel Thibault. C’est une femme forte. Pour mettre des Hell’s Angels en prison, il ne faut pas avoir froid aux yeux! Mais, comme tout le monde, elle a aussi ses insécurités et elle est folle d’amour pour son conjoint. Ça mènera à quelque chose de dramatique. Louis a vraiment l’air d’un bon gars devant tout le monde... sauf pour sa femme.»      

À lire aussi

Et encore plus